AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

⌂ Why can't we try on different lives like dresses.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar

MessageSujet: ⌂ Why can't we try on different lives like dresses. Lun 22 Déc - 3:20


DIEGO D. FITZDUNCAN | ALFIE B. REYNOLDS.
Why can't we try on different lives like dresses
to see which one fits best ?
Afin de fêter les fêtes de fin d'années, nous avions décidé avec quelques amis de partager un chalet à la montagne. C'était Jessa qui m'avait proposé de venir, et elle m'avait également proposé d'inviter l'un de mes amis, si j'en avais envie. J'avais bien évidement accepter sa proposition, tout en invitant mon meilleur ami Diego à venir avec moi. Je m'étais dis que ce serait plus sympathique étant donné que cela faisait longtemps déjà que nous envisagions de fêter les fêtes de fin d'années ensemble. De plus, Diego étant l'un des seuls à savoir pour ma jambe, donc je savais que ce serait plus pratique de l'avoir à mes côtés si jamais j'avais un problème. Pour mon plus grand plaisir, il avait accepter de m'accompagner, et honnêtement je dois avouer que s'il avait refusé, je ne sais pas si j'aurais pris le risque d'y aller seul.
J'avais attendu que Diego soit en vacances pour partir avec lui, le soir même au chalet. Nous étions arriver bien plus tard que prévu finalement, puisque nous avions rencontré quelques problèmes sur la route, mais rien d'insurmontable pour deux hommes comme nous. Ni le froid, ni même la neige n'auraient pu nous stopper. En arrivant au chalet, on alla dormir assez rapidement pour ne pas réveiller les autres. On prévoyait déjà de faire une petite visite des lieux demain.

Le lendemain je me réveillai le premier avec Jessa, qui m'invita à aller petit-déjeuner dehors. J'acceptai sa proposition avec plaisir, en ne m'inquiétant pas trop pour Diego qui j'en étais sûr allait très bien s'entendre avec Madison et les autres, en mon absence.
Je revins au chalet dans l'après-midi, seul, car Jessa avait du rejoindre d'autres de ces amis. Apparemment tout le monde était sortie, même Diego, puisqu'en arrivant je découvris le chalet vide. Je me réjouissais donc de pouvoir profiter de ce grand espace seul. Je pris le temps de visiter toutes les chambres, chose que je n'avais pas eu l'occasion de faire plus tôt étant donné que certains dormaient encore. En arrivant dans la chambre de Madison, je découvris une très jolie robe posée sur son lit. Je dois avouer que je ne sais pas trop ce qui me passa par la tête à ce moment là. Mais à cause de je ne sais quelle force surnaturel, mes mains attrapèrent la robe sans que je ne contrôle vraiment quoi que ce soit. Bizarrement, en me regardant dans le miroir de la chambre avec cette robe entre les mains, j'eus très envie de l'essayer. C'était peut-être du au fait que Madison était l'une de mes plus grandes inspirations pour mon roman, et que cette robe, la sienne, semblait m'inspirer d'autant plus. Il fallait impérativement que je la vois portée, et à défaut d'avoir une femme près de moi, je devais faire avec les moyens du bord, c'est-à-dire mon corps. Je me déshabillai rapidement, avant d'enfiler la robe et de me regarder dans le miroir. Je ne peux pas vraiment dire que de la voir sur moi m'aider à l'imaginer sur Madison. D'autant plus qu'avec cette prothèse, c'était bien difficile d'imaginer quoi que ce soit. Mais en tout cas, ça me confortait dans l'idée que Madison devait être hyper sexy dans cette robe et que j'avais hâte de la voir avec afin que cela m'inspire encore un peu plus pour mon roman.
Soudain, j'entendis du bruit dans le chalet. Quelqu'un venait de rentrer. Je précipitai alors mes mains sur cette fermeture qui semblait être bien plus difficile à défaire qu'à faire. Je forçai dessus, mais il n'y avait rien à faire, il m'étais impossible d'enlever cette robe. De plus, je fis tomber le cintre de la robe par terre dans la précipitation, ce qui indiqua ma présence dans la chambre de Madison à la personne qui venait de rentrer. « Y'a quelqu'un ? » entendis-je au loin, sans vraiment reconnaître une voix particulière. Je préférai ne pas répondre à cette question car je pouvais déjà voir la catastrophe arriver, non seulement on allait me voir en robe, mais en plus la personne allait voir ma jambe. Ces vacances s’apprêtaient à devenir les pires de toute ma vie. Dans un dernier instant de survie, je me précipitai dans le placard afin de ma cacher.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: ⌂ Why can't we try on different lives like dresses. Lun 22 Déc - 15:24



   
    Diego Fitzduncan et Alfie Reynolds
    What are you doing here ?!

C
HALET, SALTE LAKE CITY, UTAH 23th december

Ça faisait un bon moment que je n'avais vu Alfie, lorsqu'il m'avait proposé de venir à Salte Lake City afin de se reposer pendant les vacances de Noël également aussi de se ressourcé, me semblait une bonne idée, et puis cela faisait un bon moment qu'on parlait de faire les fêtes de fin d'année, mais on avait jamais eu l'occasion vu que j'étais parti à la guerre. Alfie prenait toujours des nouvelles de moi, tout comme moi je le faisais, j'étais le seul au courant de son secret, et pourtant je le traitait comme un homme normal, plus ou moins, hormis quand j'étais dans la peau de mon métier, où j'étais son médecin. On avait passé la nuit à conduire, malgré quelques embuscades, rien de grave heureusement. Le matin Alfie était parti avec Jessa, afin de régler quelques formalités du chalet, tandis que moi j'y étais resté avec Madison, sans que je le sache ou que je sois prévenu. J'avais passé la matinée avec elle, on pouvait dire que ça été assez... révélateur. Elle m'avait demandé de la déposer en ville, afin de faire ses achats de Noël avec Jessa durant l'après-midi, chose que j'avais accepté de l'accompagner. Au retour, je ne cessais de penser à mon père, ou à Madison. Tellement de choses se passaient dans ma vie, je ne savais plus trop quoi faire, mais cependant j'étais tellement content d'avoir Alfie avec moi, c'était mon meilleur ami, je lui confiais tout, et parfois il savait être intelligent pour me conseiller. Ma voiture arriva sur le terrain du chalet où nous logeons, Jessa m'avait dit que Alfie était rentré, je m'étais précipité pour le retrouver, afin que nous soyons entre mecs. Je coupa le contact en tirant sur le frein à main, et retirant mes clefs de voiture, puis ouvrit la porte par la suite en la claquant, et ferma avec le bip de ma clef. Je me dirigea vers le chalet, mes chaussures étaient remplis de neige, je secoua une fois sur le patio, et rentra dans le chalet en cherchant Alfie au coin du salon. Visiblement il n'y était pas. Peut-être qu'il y était en haut. Y a quelqu'un ? Demandais-je en vérifiant dans les chambres, puis j'entendis une porte grincé, c'était assez flippant j'espérais que ce ne soit pas un ours. Je passa dans ma chambre, afin de prendre mon pistolet d'armée, qu'on m'avait autorisé, j'avais le permis. Je passa doucement dans les chambres en pointant rapidement le geste. Je vis un cintre sur le sol dans la chambre de Madison, Madison tel que je la connaissais, elle était assez maniaque, cela voudrait dire qu'une personne était dans sa chambre. Je rangea mon pistolet à l'arrière de mon dos, en le coinçant dans mon pantalon et mis l'arrière du pull en avant afin de cacher. Je ramassa le cintre et jeta un oeil aux alentours de moi, je m'étais dis de ranger le cintre dans le placard, et puis partir à la recherche d'Alfie. J'ouvris le placard, et sans que je m'y attende, j'hurla de peur en voyant Alfie qui y était caché à l'intérieur avec le cintre prêt à le frapper de haut, mais je le reconnu avant. Putain Alfie ! Qu'es-ce.. Dis-je avant de m'aperçevoir qu'il était en robe de Madison, je le devisageais du haut jusqu'en bas avant d'éclater de rires. Mais qu'es-ce-que tu fais ? Demandais-je, tel que je connaissais Alfie, il avait tendance à faire des choses assez délirantes, afin d'essayer de comprendre les gens. Il était écrivains, et il s'y mettait souvent dans la peau du métier fallait dire, même un peu trop.
 
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: ⌂ Why can't we try on different lives like dresses. Mar 23 Déc - 22:15


DIEGO D. FITZDUNCAN | ALFIE B. REYNOLDS.
Why can't we try on different lives like dresses
to see which one fits best ?
En rentrant, après la matinée que je venais de passer avec mon amie Jessa, je me retrouvai seul au chalet. C'était l'occasion pour moi de terminé la visite du lieu, chose que je n'avais pas eu le temps de faire encore depuis notre arrivée avec Diego. En passant devant la chambre de Madison, mon attention fut retenue sur cette robe qu'elle avait laissé sur le bord de son lit. Je ne pus détacher mon regard de cette magnifique robe blanche. C'est d'ailleurs celle-ci qui m'incita à entrer afin de la prendre dans mes mains et de la voir de plus près.
Sans qu'elle le sache, Madison était devenue ma plus grande inspiration pour mon roman. Alors que mes idées ne devenaient plus très intéressantes, lorsque je l'avais aperçu pour la première fois dans un café, cela m'avait immédiatement donné l'idée d'un tout nouveau personnage. Et après cela, je m'étais arrangé pour revoir cette femme, sans jamais lui révélé qu'elle faisait en réalité partie de mon roman, et qu'elle était une grande inspiration pour moi. Du coup, lorsque Jessa m'avait annoncé qu'il y aurait Madison dans le chalet avec nous, cela m'avait rendu encore plus heureux. Cela allait me permettre d'apprendre encore plus à la connaître et donc également de peaufiner mon personnage.
En voyant cette robe dans sa chambre, je ne pus donc m’empêcher de l'imaginer sur elle. Et malheureusement comme l'imagination ne me suffisait pas, il me fallu essayer la robe afin de la voir portée dans la réalité. Bien que mon corps ne ressemblait absolument pas à celui de Madison, j'avais espoir que cela fasse l'affaire. Malheureusement ce ne fus pas le cas, et en plus de la déception, la peur que quelqu'un me voit habillé de la sorte et découvre ma jambe, vint s'ajouter à mes émotions. En effet, j'entendis la porte du chalet au loin, ainsi qu'une voix demandant si quelqu'un était là. Je tentai alors de me déshabiller au plus vite, sans succès puisque dans la précipitation il semblait impossible de défaire la fermeture de la robe. J'allai vite me cacher dans le placard, en sentant la présence s'approcher de la chambre. Evidemment, il fallu que je fasse tomber le cintre de la robe par terre, en chemin. Je pouvais vraiment être maladroit parfois. Une fois dans le placard, je me dis que c'était vraiment une idée idiote de venir me cacher ici car si jamais la personne qui venait de rentrer comptait rester au chalet un petit moment, je ne pourrais pas sortir avant de nombreuses heures. Et on ne peux pas dire q'un placard soit l'endroit le plus confortable au monde. Je retins ma respiration lorsque je sentis que la personne était dans la chambre. Mais apparemment ce ne fut pas très utile puisqu'on ouvra la porte du placard comme si finalement c'était évident que quelqu'un s'y trouve. Je me mis à crier et fermer les yeux en voyant Diego et un cintre me menacer de mort. Apparemment il criait aussi, je lui avais sans doute fait peur. Après quelques secondes, le calme revint dans le chalet et je rouvris les yeux afin de vérifier que c'était bien mon meilleur ami qui avait ouvert le placard. Il avait arrêté de crier pour laisser place aux rires, évidement. Je me redressai alors pour sortir du placard, tout en le poussant doucement. « Rien du tout ! C'est pas moi ... » commençais-je par lui dire à la fois énervé mais aussi rassuré que ce soit lui finalement. Je pris place sur le lit afin d'essayer d'enlever cette robe plus calmement. Mais il n'y avait rien à faire, je ne faisais que m’énerver sur une fermeture bloquée. « Putin mais c'est pas possible, comment elles font pour enlever ça les filles ? Aide-moi, pitié. ». J'en venais même à supplier Diego pour qu'il m'aide. Je passai mes mains dans mes cheveux épuisé par ce qui venait de se passer en attendant que mon meilleur ami vienne me sauver.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: ⌂ Why can't we try on different lives like dresses. Mer 24 Déc - 14:18



   
    Diego Fitzduncan et Alfie Reynolds
    What are you doing here ?!

C
HALET, SALTE LAKE CITY, UTAH 23th december

J'étais parti durant un petit moment afin d'accompagner Madison en ville avec Jessa et des amies à elle, après tout ce qu'il s'était passé durant la matinée, maintenant j'étais tenté de passer mon après-midi auprès de mon meilleur ami Alfie, dont sur le chemin j'avais pensé à elle, et à mon père, tout ce qu'il s'était passé il y a quelques heures de cela, j'étais assez perdu, j'avais besoin de me changer les idées, d'en parler également à Alfie, celui qui m'a toujours conseiller, et qui m'a toujours suivi dans mes pires conneries. Nous étions deux hommes légendaires, il fallait le dire.
J'avais entendu un bruit dans la chambre de Madison, lorsque le cintre est tombé sur le sol, je m'imaginais le pire il fallait dire, je pensais que c'était un animal qui était rentré à l'intérieur de la maison, mais c'était Alfie. Mais j'avais pris le soin de prendre mon arme, j'étais toujours prudent, mais je l'utilisais avec précautions heureusement, et ce dont je l'avais caché derrière mon dos en le coinçant dans mon pantalon à l'arrière. Et je peux vous dire que ce dernier m'avait fait sacrément peur, il arrivait toujours à se mettre dans le pétrin, et sauf que là heureusement pour lui c'était moi, juste moi son meilleur ami. Alors le cintre toujours à la main, que je surgissais de haut en hurlant, avant de me rendre compte que c'était juste monsieur en robe par la suite que j'éclatais de rires, je ne pouvais pas m'empêcher, j'étais mort de rires. Il se redressa en me poussant, il semblait soulagé, mais énervé le faite que je me moque de lui. Il me demanda de l'ôté, il n'arrivait pas à la retiré avec la fermeture du dos. Attend, je peux te prendre en photo s'il te plaît ? Dis-je encore sous l'effet du rires, c'était comme si il y avait du gaz hilarant dans la pièce, j'en pouvais plus. Après par la suite je repris mon sérieux, afin de l'aider. Je m'approcha de lui qui avait pris place sur le lit de Madison, puis pris la fermeture éclair qui semblait coincé avec mes deux doigts. Sérieux comment elles font les filles ? C'est une bonne question.. Dis-je en me concentrant sur la fermeture, on devait faire gaffe de ne pas abimer la robe, c'était une belle robe, qu'elle prévoyait peut-être de la porter pour le réveillons du lendemain. Je sorti mon couteau Suisse de ma poche, et sorti une pince minime, parfait pour défaire. Bouge pas Alfie. Dis-je derrière lui. Je mis mes mains derrière la robe, dont sur le dos d'Alfie, et appuya, puis descendais la fermeture jusqu'en bas. Puis rangea mon canif dans ma poche en le regardant se changer. Tu es très sexy comme ça tu savais ? Dis-je en plaisantant, j'étais encore sous l'effet. Au fait, j'ai vu Madison ce matin, dans la salle de bain.. Tu aurais pu me laisser un message ce matin ! Dis-je en répliquant, lui donnant une tape sur l'épaule, je lui en voulais bien entendu, je n'allais pas lui dire que je l'avais vu nue par surprise. Je ne le savais pas, et je devais que la journée était remplis de surprises !
 
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: ⌂ Why can't we try on different lives like dresses. Lun 29 Déc - 16:54


DIEGO D. FITZDUNCAN | ALFIE B. REYNOLDS.
Why can't we try on different lives like dresses
to see which one fits best ?
Lorsque la porte du placard s'ouvrit, laissant traverser une lumière blanche m'éblouir, je me mis a crier, effrayé par la situation. Après quelques secondes, je rouvris les yeux afin de voir qui était là et ce fut finalement Diego, mon meilleur ami, ce qui me rassura. Je sortis du placard en le poussant, tout de même, car j'étais quand même un peu en colère qu'il m'ait fait peur, mais qu'en plus il rigole de ma tenue.
J'allai m'asseoir sur le lit, afin de tenter d'enlever cette robe plus calmement. Malheureusement le calme ne faisait pas partie de mes qualités dans ce genre de situation. Je questionnai Diego pour qu'il me dise comment les filles faisaient pour porter des robes comme celle-la. Apparemment, il n'en savait pas plus que moi, et en plus il souhaitait profiter de la situation pour me prendre en photo, ce qui m'énerva d'autant plus, même si au fond j'avais un peu envie de relâcher la pression et de rire moi aussi. Je lui envoyai un coussin dans la tête  « Ferme-là et vient m'aider. » dis-je en laissant percevoir un tout petit sourire. Diego finit par venir me rejoindre sur le lit, afin de m'aider. Je le vis sortir son couteau suisse. « Non mais attend, qu'est-ce que tu fais ? T'es complètement fou ! » Il allait abîmer la robe avec son arme ou pire encore, il allait me blesser. Je me reculai un peu, mais il me demanda de ne pas bouger. Je me concentrai alors sur un point fixe devant moi, pour ne pas penser a ce qu'il était en train de trafiquer derrière mon dos. Mais finalement, il me débarrassa assez rapidement de la robe. Je me levai donc afin de la quitter au plus vite et de retrouver mes vêtements que j'avais laissé en boule dans le placard. « Haha très drôle » lui répondis-je tout en ramassant le coussin qui était resté au sol depuis tout à l'heure, et en le lui relançant à la figure.
Je ramassai ensuite mes vêtements, et je commençai a enfiler mon pantalon pendant que Diego me racontait qu'il avait vu Madison dans la salle de bain ce matin, et que j'aurais pu le prévenir. Je ris légèrement tout en passant mon tee-shirt au dessus de ma tête. Il ajouta également une petite tape sur mon épaule à son discours. « Fais pas comme si t'avais pas apprécié le spectacle ! Madison n'est pas la femme plus désagréable à regarder, n'est-ce pas ? » demandais-je en lui faisant un grand sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: ⌂ Why can't we try on different lives like dresses. Dim 4 Jan - 20:55



   
    Diego Fitzduncan et Alfie Reynolds
    What are you doing here ?!

C
HALET, SALTE LAKE CITY, UTAH 23th december

À ma plus grande surprise, j'avais trouver Alfie en robe, dans laquelle il s'était enfilé pour essayer, ou Dieu je ne sais quoi. Je ne pouvais pas m'empêcher de rigoler en le voyant, c'était tellement drôle, en même temps qui ne rigolerait pas en le voyant dedans ? Je voulais le taquiner un peu en voulant le prendre en photo et de calmer l'ambiance, mais il avait l'air énervé, je compris tout de suite ma petite plaisanterie n'était qu'une mauvaise. Je reçu un coussin en plein visage, je l'avais mérité, ça c'est clair. Je m'étais donc alors approcher d'Alfie, qui celui-ci avait l'air pétrifié de voir que je sortais un canif afin de le libéré de cette robe. Calme toi ! Laisse moi faire. Dis-je en posant ma main sur son épaule afin qu'il ne regarde pas ce que je fessais. Puis en quelques secondes, je réussi à baisser le zip de la robe, il se déshabilla, afin de prendre ses affaires cachés dans l'armoire. Hilarant. Dis-je en pouffant de rires avant d'ajouter. Pourquoi tu as mis la robe de Madi ? Demandais-je, je me retenais de rigoler, puis je pris la robe afin de la mettre sur un cintre et de fermer la fermeture éclair puis de faire comme si rien n'était sinon on était des hommes morts. Je fis la remarque qu'Alfie aurait pu me prévenir ce matin afin que je ne fasse pas la mauvaise rencontre avec Madison, fallait dire que c'était plaisant à voir, mais en même temps on était pas dans les meilleurs termes on va dire comme ça. On se chamaillait comme des enfants. Oh.. J'ai apprécié, mais j'ai été un boulet Alfie. Bien au contraire.. Elle est agréable à regarder.. Dis-je en souriant, puis en rêvassant, effectivement je repensais à ce qu'il s'était passé plus tôt. Puis me rendit compte que je partais un peu trop loin dans mon rêve dans un grand silence, je secoua ma tête en reprenant mes esprits. Bon mec ! T'as une fille en vue ? Demandais-je avec un grand sourire en posant une nouvelle fois ma main sur son épaule, afin de le pousser hors de la chambre Madison. Fallait qu'on ne reste pas trop longtemps, sinon elle le saurait.
 
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: ⌂ Why can't we try on different lives like dresses. Dim 11 Jan - 3:05


DIEGO D. FITZDUNCAN | ALFIE B. REYNOLDS.
Why can't we try on different lives like dresses
to see which one fits best ?
Finalement Diego, mon sauveur, me libéra rapidement de cette robe. Bien qu'il ait utilisé un couteau, qui m'avait d'ailleurs fait plutôt peur au début, il avait réussi à me sauver de cette situation sans abîmer la jolie robe de Madison, et sans me blesser bien évidement. Je ne perdis pas une minute après cela pour retirer la robe et récupérer mes habits que j'avais caché dans le placard avec moi un peu plus tôt. Diego en profita pour rajouter l'une de ces petites blagues, comme il savait si bien le faire. Je lui relançai donc le coussin à la figure avant d'enfiler mon jean puis mon tee-shirt. Il me demanda ensuite pourquoi j'avais mis la robe de Madison. Question, à laquelle je m'attendais évidement, mais à laquelle je n'avais pas vraiment de réponse à part celle-ci « C'est pas moi qui l'ait mise, c'est elle qui est venue se mettre sur moi déjà ! » commençais-je par lui répondre avant d'ajouter « Mais en même temps je trouve pas ça étrange qu'une robe veuille se mettre sur un corps d'Apollon, tu vois ? » dis-je en plaisantant bien sûr. Je n'étais pas assez prétentieux pour penser que j'avais un corps d'Apollon, et Diego le savait bien. Ce n'était pas avec ma prothèse que j'allais ne serait-ce que ressembler vaguement à un dieu grec. « En tout cas, c'est sûr que c'est pas à toi que ça arriverait un truc comme ça. » finis-je par lui dire en riant légèrement. J'aimais quand même bien jouer les mecs supers fiers, qui se croient plus beau et plus fort que tout le monde. Je terminai de m'habiller pendant que Diego ramassa la robe de Madison, ce qui m'arrangea bien d'ailleurs.
Je lui fis un grand sourire en apprenant qu'il avait vu Madison, ce matin, dans la salle de bain. Effectivement, j'aurais pu prévenir Diego que nous n'étions pas seul, et surtout que d'autres personnes que lui et moi pouvez se trouver dans la salle de bain, mais je n'y avait tout simplement pas penser. « Oh t'en fais pas, je suis sûr qu'elle a déjà oublier. Madison n'a pas l'air d'être le genre de femme super pudique, si tu vois ce que je veux dire ... » lui répondis-je alors qu'il m'avouait avoir été un boulet bien qu'il ait apprécié le spectacle. Même si je ne connaissais pas très très bien Madison, elle m'avait tout de suite donné l'air d'une femme très séductrice qui ne recule devant rien. De plus, je l'avais souvent vu entouré d'hommes lorsque je faisais en sorte d'être aux mêmes endroits qu'elle afin d'apprendre un peu plus à la connaître puisqu'elle était l'inspiration pour mon roman. Diego m'encouragea à quitter la chambre avec lui, une fois la robe rangée, le placard fermé, le coussin à sa place, et les draps du lit lisses. Il me demanda si j'avais une fille en vue, ce qui me mit un peu mal à l'aise. J'avais toujours du mal à parler de ça, avec qui que ce soit. D'autant plus que j'avais toujours un peu honte à côté de Diego. Il avait tellement d'expériences, surtout comparé à moi. Mais bon en même temps ce n'était pas comme s'il avait un gros défaut qui l’empêchait d'avancer. Alors que moi, j'étais coincé dans ce corps depuis presque neuf ans maintenant. « Des filles en vue, j'en ai des tas. Mais bon, tu sais, avec moi, ça s'arrête à la vision. » répondis-je au haussant doucement les épaule.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: ⌂ Why can't we try on different lives like dresses. Mer 21 Jan - 1:12



   
    Diego Fitzduncan et Alfie Reynolds
    What are you doing here ?!

C
HALET, SALTE LAKE CITY, UTAH 23th december

Alfie et moi nous étions meilleurs amis depuis un long moment, je pouvais toujours compter sur lui quoiqu'il arrivait, c'était quelqu'un que j'appréciais beaucoup pour ce qu'il était, et ma vision ne s'arrêtait pas à une simple prothèse, je pouvais voir la personnalité entière. Il était unique, et je crois bien même que c'est lui qui m'a fait tenir le coup lorsque j'étais parti en Irak, je ne sais pas comment j'aurais fait s'il ne m'avait pas écris pour me raconter sa vie, il me connaissait sur la pointe des doigts. Puis mon regard semblait perplexe lorsque il me disait que c'était la robe qui était aller se mettre sur lui. Puis c'était normal que ça aille sur un corps d'Apollon, suite à cette phrase, je ne pouvais pas me retenir de rigoler, c'était une situation tellement drôle en même temps. Je vois parfaitement, mais un conseil, ne porte pas ça pour draguer les filles. Dis-je en mettant ma bouche aux lèvres afin de me retenir de rires. Ça ne marchait pas vraiment fallait dire. Mais je savais très bien ce que voulait dire par là Alfie, son humour faisait de lui quelqu'un d'exceptionnel et il le savait.
Il me fit la remarque comme quoi que ce ne serait pas à moi que ça m'arriverait ce genre de chose, on ne savait jamais. Quoique draguer une fille en robe, rien que pour avoir son numéros, était un challenge. Mais je n'étais plus ce genre de gars, j'avais changer depuis le temps. Ne soit pas si sûr. Dis-je en faisant un clin d'oeil adresser à Alfie, je pouvais être capable de le faire. Et puis, on était assez fou pour faire ce genre de choses, que je comprenais parfaitement pourquoi Alfie ressentais le besoin de se mettre une robe, pour être inspirer peut-être ? Mais j'ignorais que Madison était une source d'inspiration pour lui.
Mais je n'avais pas encore dit à Alfie que j'éprouvais de l'attirance envers Madison, je n'arrivais à lui cacher quelque chose, je pouvais tout le dire sans qu'il me juge sachant qu'il savait très bien qui j'étais avant, un coureur de jupons qui couchait à droite et à gauche. Je lui avais donc raconter ce qu'il s'était passé ce matin, et celui-ci trouva la situation assez drôle. Je vois ce que tu veux dire, mais je suis sûr qu'elle n'a pas oublié... Dis-je en souriant, puis rétorqua de nouveau. D'ailleurs on s'est embrassé en allant faire de la luge, mais ce n'est pas allé plus loin. Dis-je en confessant à mon meilleur ami. Oui, il savait pas mal de choses sur moi, mais hormis mon attirance vers Madison, si je lui disais, je lui paraitrais trop nunuche. Par la suite on commença à quitter la chambre, je remarqua que j'avais été maladroit sur ce coup ci, de lui parler des filles comme ça, je savais qu'Aflie était timide, et qu'il se sentait un peu complexer par sa jambe, mais pourtant il a tout ce qu'il faut pour plaire à quelqu'un, c'était un homme avec beaucoup de charme, il fallait qu'il prenne un peu confiance en lui. Tu trouveras quelqu'un, j'en suis sûr. Dis-je en souriant, je n'étais pas du genre à le rabaisser, mais du genre à lui faire prendre confiance en lui, il en était capable.
 
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ⌂ Why can't we try on different lives like dresses.

Revenir en haut Aller en bas

⌂ Why can't we try on different lives like dresses.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le Patronat Haitien aux Travailleurs “C’est à Prendre ou à Laisser”
» —This is the dawning of the rest of our lives on holiday ♪
» Born to kill all lives...
» Barack Obama's brother lives on less than $1 a month
» Yon pitit diaspora ki renmen Ayiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Uh oh, uh oh, uh oh, uh oh
 :: Crazylove in LA :: Saison 3
-