AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE CRAZYLOVE

Partagez|

It's not a goodbye

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité

MessageSujet: It's not a goodbye Lun 19 Jan - 0:56



   
    Diego Fitzduncan and Madison Campbell
    It's not a goodbye.

H
ome's Madison. 10th january 2015

Je me souvenais de ce que à quoi je pensais lorsque les bombes faisait des éclatements puissants dans le dos, alors qu'on était protégé par un petit mur. En l'espace d'une seconde on peut s'imaginer la vie qu'on aurait pu avoir, rencontrer une fille, l'aimer, lui faire l'amour comme si elle était la première, puis lui demander sa main dans un lieu romantique, par la suite l'épouser et avoir des enfants avec elle, puis faire face à la vie tous les deux. Tandis que moi, je n'imaginais rien de tout ça, et je crois que c'était en train de changer, je commençais à m'imaginer une vie avec Madison, elle commençait à devenir la personne pour laquelle je reviendrais pour elle, juste elle, pour que je puisse être à ses côtés. Je ne pensais pas que cela allait arriver, c'était comme se prendre une grosse claque en pleine gueule, et je ne pouvais pas renoncer à cela, elle y avait prit trop d'importance dans ma vie, je suis censé de la protéger du mal, et j'avais peur de lui faire du mal.
Il y a quelques jours, je lui avais dévoilé des sentiments que je ressentais depuis un petit moment. Puis les jours suivants, j'avais reçu un appel où on me rappelait à la base. J'avais posé mes jours où j'étais convoqué, et également nommé un médecin à ma charge de chef. J'avais pensé voir Madison avant, vu que je partirais à la première heure le lendemain, et ça me fendait le coeur. J'étais engagé, je ne pouvais pas refusé, je devais être envoyé là-bas afin de supervisé une équipe, si je désertais, je serais renvoyé, chose que je ne suis pas du genre à abandonner mon équipe.
En fin de soirée, j'avais envoyé un message à Madison si je pouvais passer à la maison, afin de lui dire quelque chose important, je savais que ce moment serait crucial. J'étais enfin posé, et j'avais trouvé une raison de vivre, maintenant je dois juste la laisser. Celle-ci au bout de quelques minutes, m'envoya un message comme quoi elle venait de finir son service, et qu'on se rejoignait chez elle. Aussitôt, j'enfilais ma tenue militaire, dans lequel elle ne m'avait jamais vu encore. Il était d'un ton très militaire, qui moulait parfaitement ma carrure musclé, et des grosses bottes. En passant j'avais acheté à manger, du chinois, et ramener les robes qu'elle voulait, dont une était blanche, avec un corsage serrer, légèrement dorée, d'une autre où elle était rouge comme une fleur, et de l'autre. Tous dotés d'une grande marque de couturière, effectivement, être chef apporte beaucoup de choses. Je rentra dans l'appartement de Madison, où la clef était caché sous le paillasson, puis déposa soigneusement les robes l'une sur l'autre, de l'autre le dîner au frigo. Puis je posa sur la chaise à attendre Madison, je réfléchissais à toute les sortes de réactions qu'elle pouvait avoir. Puis un crochement se fit entendre, la poignée se tourna, je vis Madison rentrer, je me leva de ma chaise, assez inquiet. Salut.. Dis-je doucement, puis m'avança doucement vers elle. J'ai pris les robes, et le diner. Dis-je en poursuivant, puis m'avança vers elle pour l'embrasser en déposant un petit baisé afin qu'elle prenne le temps de poser ses affaires.
 
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: It's not a goodbye Lun 19 Jan - 2:42



∞  it's not a good bye.

d i e g o . f i t z d u n c a n . f t . m a d i s o n . c a m p b e l l .


La journée avait été assez épuisante et heureusement que j’aimais mon métier, sinon je n’aurai pas eu le courage de la terminer. Aujourd’hui, il y avait eu un gros accident impliquant une vingtaine de blessé. En d’autres termes, c’était la folie à l’hôpital...
A la fin de mon service, je reçu un message de Diego. Ce dernier devait me parler de quelque chose d’important. Naturellement, je lui avais donc proposé de me rejoindre chez moi, dans mon appart en lui indiquant que la clé était sous le paillasson.
Une vingtaine de minutes plus tard, je pu déposer mes pieds au sol en descendant de ma voiture afin de marcher dans ma résidence et monter jusqu’à mon appartement. Sur le chemin, j’avais aperçu William qui jetais ses poubelles. Néanmoins, je ne m’étais pas arrêtée pour le saluer car je savais que Diego m’attendait à la maison. J’étais si intriguée par ce qu’il avait à me dire que je n’avais pas voulu perdre de temps.
Une fois devant ma porte, j’ouvris cette dernière afin d’entrer et à ma grande surprise, j’aperçu Diego en tenu de militaire. Aucun mot n’était sorti de ma bouche pour le coup, j’étais assez surprise. Je suis peut-être blonde mais loin d’être stupide. « Salut. J'ai pris les robes, et le diner. » Il s’avança jusqu’à moi et m’embrassa simplement. J’espérai me tromper mais il y avait peu de chance pour ça. Pourquoi aurait-il enfilé sa tenue de militaire sinon ? Et pourquoi aurait-il coupé ses cheveux aussi courts ? Si tu n’es pas là pour faire cet essai clinique, ces robes ne servent à rien, il n’y aura plus de gala... Et puis ce dîner non plus ne sert à rien, je n'ai plus tellement faim tu vois. Lui répondis-je en posant mon sac à main sur le meuble situé à l’entré. J’étais dégoûtée, je ne savais pas quoi dire, quoi penser. La seule chose que je savais, c'est qu'il allait m'annoncer qu'il allait partir. Et à présent, il est au courant que je l'ai compris. J’espérai qu’il me dise « mais non, tu fais erreur Madison, j’ai enfilé cet uniforme pour te faire une farce. » Bien sûr, j’étais consciente que cela n’arriverait pas, qu’il ne me dirait pas ça mais quelques parts, j’espérai que si même si il n’y avait aucune chance que cela arrive.
© DAVINA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: It's not a goodbye Lun 19 Jan - 2:54



   
    Diego Fitzduncan and Madison Campbell
    It's not a goodbye.

H
ome's Madison. 10th january 2015

À peine arriver, je voyais le visage de Madison tomber en morceaux, elle devait avoir compris que j'étais rappeler à partir à la base militaire. Sa réaction me brisa le coeur, ce n'était pas mon but de lui faire mal à ce point. Je ne pouvais pas prévoir que j'allais retourner de sitôt, mais on avait besoin de moi là-bas où la guerre faisait rage. Madison... Dis-je doucement, je voyais qu'elle posait son sac sur le meuble situé à l'entrée de la maison. Je m'avança doucement vers elle, prenant ses mains dans les miens, essayant de sourire un petit peu, c'était la moindre des choses que je pouvais faire. Oui.. Je vais repartir.. Mais je vais revenir dans 3 semaines, minimum, on a besoin moi... Dis-je, celle-ci baissa la tête, ne voulant rien entendre que j'avais à dire, je voyais qu'elle commençait à s'attacher à moi. Écoute.. je reviendrais à temps pour ton anniversaire et la St Valentin, je te le promet. Dis-je en souriant, puis, je lâcha les mains de Madison, puis me dirigea vers les robes, en prenant le bout du cintre afin les portés debout. S'il te plaît essaye les, j'ai envie de voir à point tu es sexy là-dedans. Demandais-je, tout ce que j'avais besoin c'était de passer une superbe soirée avec elle, une soirée inoubliable. À croire, la citation qui était vrai, chaque personne qu'on s'autorise à aime, est de prendre le risque de le perdre. Et ça m'arrivait, là, juste à l'instant.
 
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: It's not a goodbye Lun 19 Jan - 3:11



∞  it's not a good bye.

d i e g o . f i t z d u n c a n . f t . m a d i s o n . c a m p b e l l .


Je ne prenais pas bien le départ de Diego. Il y a quelques jours, il m’a avoué un tas de chose, il m’a dit clairement qu’il m’aimait et aujourd’hui, il a pour but de m’annoncer qu’il s’en va de nouveau pour faire la guerre ? C’était injuste, oui, ce n’était pas juste du tout. « Oui.. Je vais repartir.. Mais je vais revenir dans 3 semaines, minimum, on a besoin moi... » Automatiquement, ma tête se baissa, je ne voulais pas le regarder, j’étais beaucoup trop dégoutée mais finalement, je ne pus m’empêcher de lui dire ce que je pensais. Trois semaines minimum ? On sait ce que ça veut dire : trois ans maximum. Dis-je après avoir relevé ma tête. Ce départ était pour moi un coup de poignard dans le dos. « Écoute.. je reviendrais à temps pour ton anniversaire et la St Valentin, je te le promet. » N’importe quoi, je n’y croyais absolument pas. Je ne comptais pas espérer quelque chose qui n’arrivera surement pas. Non. Ne me promet pas des choses dont tu n’as aucune certitude. Ne me fais pas des promesses que tu n’es pas sûr de tenir. Lui répondis-je alors et puis si ça se trouve, il y restera et je ne le rêverai plus jamais. Si ça se trouve, il trouvera la mort. « S'il te plaît essaye les, j'ai envie de voir à point tu es sexy là-dedans.» Il insistait pour que je les porte mais je ne le ferai pas. Il n’avait pas l’air de saisir ce qu’il se passait. C’était peut-être égoïste mais je n’avais aucune envie qu’il s’en aille. A mon sens, il n’a pas le droit de me faire ça. Il n’a pas le droit de me dire qu’il m’aime pour se barrer ensuite à l’autre bout de la planète et risquer sa vie. Et moi j’ai envie que tu retires cet uniforme pour me confirmer que tu ne retourneras pas là-bas. Mais visiblement, on n’a pas tout ce qu’on veut dans la vie. Terminais-je alors en croisant les bras, continuant de le fixer par la même occasion.
© DAVINA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: It's not a goodbye Lun 19 Jan - 3:33



   
    Diego Fitzduncan and Madison Campbell
    It's not a goodbye.

H
ome's Madison. 10th january 2015

Je ne savais vraiment pas quoi dire à ce propos, j'étais aussi assez dégouter d'apprendre la nouvelle, et d'annoncer à la personne que j'aime le plus. Je trouvais cela tellement injuste, oui pour la première fois je trouvais le bonheur, où on commence à être bien, qu'il faut toujours quelque chose pour gâcher, et c'était de ma faute, je le prenais sur moi, mais j'avais un engagement à respecter, je n'avais pas le choix. Et visiblement, elle le prenait vraiment très mal. Non, juste trois semaines, quatre au maximum, ils veulent que je forme les nouveaux arrivants. Après je reviens ici, je ne peux pas toucher une arme là-bas vu que je suis en sabbatique, je ne serais d'aucune utilité. Dis-je en essayant d'expliquer mon rôle, et mon devoir ce que j'avais à faire une fois sur les lieux. Je voyais que Madison partait dans la négation, une chose que je détestais, et je voyais qu'elle détestait le faite que je pars. Il était vrai que c'était quelque chose que je ne pouvais pas promettre, mais j'y tenais tellement que je me donnerais les moyens pour y arriver. J'étais si bien, j'aurais voulu qu'au moins qu'elle soit compréhensive, une chose me fit sourire, c'était qu'elle me veux ici, égoïstement, je trouvais cela mignon, mais revenons à nos moutons. Je peux te promettre que je reviendrais.. J'ai une raison de revenir, et c'est toi point barre. Dis-je sincèrement, je voulais m'affirmer, je voulais m'accrocher de toutes mes forces à elle, cette magnifique, douce, merveilleuse et belle femme. Elle insistait pour que je n'y retourne pas, je voyais ses yeux qui brillaient à moité, luttant contre l'envie de pleurer peut-être ? Je me précipita pour poser les robes sur le bord du canapé, puis regarda Madison. Très bien, tu as envie que je me déshabille. Dis-je en souriant, je commença à retire mon uniforme en balançant par terre, je me retrouvais en caleçon, mais j'avais qu'une envie c'était de la faire rires, je n'aimais pas qu'elle soit triste que je parte. Je m'approcha doucement vers elle. Je ne peux pas te promettre une tel chose, de ne pas partir, cela signifierait de renoncer à mon devoir. Mais si tu me dis que tu as envie que j'ôte mes vêtements sur le champs je le fais. Dis-je, en souriant. Si tu veux pas essayer les robes, je le ferais ! Dis-je en pointant mon doigt vers mon torse. J'étais capable à tout, avant de poursuivre. Je sais.. c'est dur.. mais, tout ce je t'ai dis c'est réel, je le ressens.. Je sais que tu ne l'as pas dit, et peut importe, je reviendrais rien que pour entendre ces trois mots un jour. Dis-je en poursuivant, certes j'avais l'air ridicule en caleçon où se portait des gâteaux en formes de cupcakes.
 
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: It's not a goodbye Lun 19 Jan - 19:46



∞  it's not a good bye.

d i e g o . f i t z d u n c a n . f t . m a d i s o n . c a m p b e l l .


Bien que je trouve son départ injuste, je comprenais ses obligations. Il s’est engagée à défendre l’Amérique et secourir les innocents. Je respecte ça, oui, je le respecte mais c’est vrai que son départ me donnait un gout amer… Ça me rend triste et le montrer autant n’est pas dans mes habitudes. C’est pourquoi, il serait préférable que je me mette de nouveau des barrières afin d’éviter d’être déçue comme je peux l’être. « Non, juste trois semaines, quatre au maximum, ils veulent que je forme les nouveaux arrivants. Après je reviens ici, je ne peux pas toucher une arme là-bas vu que je suis en sabbatique, je ne serais d'aucune utilité. » J’acquiesais mais au fopnd de moi, j’étais persuadée qu’il reviendrait dans plus longtemps. J’espère me tromper mais je préfère ne pas me faire d’idée, je préfère éviter d’être une nouvelle fois déçue. Les hommes m’ont beaucoup trop déçue jusqu’à maintenant pour que je continue de laisser ça arriver. Ok. Lui répondis-je simplement. Je n’avais pas le choix, j’allais devoir m’y faire. Diego partira sans doute dans très peu de temps, « Je peux te promettre que je reviendrais.. J'ai une raison de revenir, et c'est toi point barre. » Affirmait-il. Quelque part, ça me fessait plaisir, je souriais d’ailleurs très légèrement mais dans un autre sens, même si je comprenais les raisons de son départ, j’avais cette envie de le retenir sauf que je ne pouvais pas. Il partira que je le veuille ou non. Tu as intérêt de revenir oui sinon je viendrai moi-même te chercher. Lui répondis-je en souriant. Je n’avais aucune envie de pleurer, j’étais triste certes mais je comprenais et puis je ne suis pas le genre de femme qui pleure pour un homme. « Très bien, tu as envie que je me déshabille.» Et sans plus attendre, il se déshabilla afin de se retrouver finalement en caleçon. Face à ça ? Que pouvais-je faire d’autres que de rire ? Je ne peux pas te promettre une tel chose, de ne pas partir, cela signifierait de renoncer à mon devoir. Mais si tu me dis que tu as envie que j'ôte mes vêtements sur le champs je le fais. Si tu ne veux pas essayer les robes, je le ferais ! Ajouta-t-il avant de reprendre de poursuivre :  Je sais.. c'est dur.. mais, tout ce je t'ai dis c'est réel, je le ressens.. Je sais que tu ne l'as pas dit, et peut importe, je reviendrais rien que pour entendre ces trois mots un jour. Il avait réponse à tout et il s’ouvrait vraiment. A la différence des hommes que j’ai pu rencontrer jusqu’à maintenant, Diego ne tourne pas autour du pot. Le pauvre aura beaucoup de mal avec moi puisque je passe mon temps à lancer des messages codés…  Je sais d’avance que j’aurai beaucoup de mal à lui dire ces trois mots qu’il attend même si je les pense un jour. Il devra être patient… Si tu en essayes une, j’en essaye une aussi. Lui dis-je en souriant avant de m’avancer vers lui pour l’embrasser rapidement et de saisir la robe blanche au corsage serrer et légèrement doré.
Ne voulant plus paraître triste même si je l'étais, je m'étais sans plus attendre déshabillée devant lui pour me retrouver en sous-vêtement léopar. J'aimais beaucoup ces sous-vêtements puisqu'il m'allait très bien au teint. Et d'un mouvement fluide, je m'étais permise d'enfiler cette robe.


© DAVINA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: It's not a goodbye Lun 19 Jan - 20:19



   
    Diego Fitzduncan and Madison Campbell
    It's not a goodbye.

H
ome's Madison. 10th january 2015

Je n'étais pas prêt pour ce moment, je ne le serais probablement jamais j'imagine. C'est sûrement l'une des décisions les plus dures que j'ai prise, mais je n'avais pas le choix avant tout, je n'étais pas du genre à abandonner. Je savais quelque part je l'avais déçu, mais ce n'était pas mon intention, je voulais me montrer présent envers elle, faire ma carrière de médecine, et me poser pour une bonne fois de toutes. Mais c'est fois-ci j'avais une raison de revenir, et une bonne, pour elle, juste pas parce que je l'aime, mais non seulement pour voir son visage, son sourire encore et encore. Elle lâchait un simple ok, ce qui me mettait en doute, ce n'était pas facile, il fallait l'admettre. En voyant son sourire, je ne pu m'empêcher de sourire très légèrement aussi. Apparemment, j'avais intérêt à revenir vite, sinon c'était elle qui revenait me chercher. Je lâcha un petit rire, quelque part en moi, ça me faisait chaud au coeur, je n'en doutais même pas une seule seconde qu'elle serait capable de le faire. Je te crois capable de le faire. Dis-je en souriant, je lui avais tout dit sur le coeur, un grand maximum pour essayer de la rassurer, et de la convaincre de me laisser partir, même c'est dur.
Par la suite, je m'étais déshabillé, afin de la convaincre d'essayer les robes, pour qu'on puisse passer une bonne soirée tout les deux. Je faisais peut-être un peu le fou, mais c'était pour la bonne cause, j'avais beau de dire ce que je pensais, mais pour le moment il valait mieux rigoler un peu. Si tu en essayes une, j’en essaye une aussi. Disait-elle, j'ouvris mes gros yeux sans attendre, elle ne rigolait pas, mais fallait bien être ridicule parfois pour la femme qu'on aime j'imagine. Je n'avais jamais vécu ça, je faisais les choses qui venaient du coeur, et on verra par la suite. Elle se déshabilla devant moi, je ne pouvais pas m'empêcher de regarder ses sous-vêtements, et de siffler. Je suis chanceux j'avoue. Dis-je en souriant, celle-ci enfila sa robe, puis je m'avança devant une robe, j'allais être ridicule, tant pis. Je glissa dans l'une des robes, et me tourna vers Madison, en prenant une voix féminine. Ma parole, t'es canon ! Dis-je voulant plaisanter, et je commença à regarder Madison, par rapport à moi. Je pense que ça t'ira mieux sur toi cette robe, remarque, j'aime beaucoup la blanche. Dis-je en souriant, je m'avança vers elle, glissa mon bras derrière son dos, et la tira vers moi pour l'embrasser fougueusement. Tu es sublime Madison Campbell. Dis-je doucement, proche des lèvres.
 
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: It's not a goodbye Lun 19 Jan - 22:45



∞  it's not a good bye.

d i e g o . f i t z d u n c a n . f t . m a d i s o n . c a m p b e l l .


Comprendre les raisons de son départ n’était pas si difficile que ça mais les accepter, c’était une autre histoire. Mais quoi qu’il en soit, je n’avais pas le choix et je devrais vivre avec son absence apriori temporaire. « Je te crois capable de le faire. » En effet, j’en étais capable mais je n’irai jamais jusqu’à le chercher. Diego est un homme, un adulte responsable capable de faire ses propres choix. C’est pourquoi, je n’aurai pas eu le culot d’aller le chercher là-bas. Je suis capable de tout. Lui répondis-je en souriant. Ce que je venais de lui dire n’était pas faux, je suis une femme capable de tout pour arriver à ses fins. Je pense que je l’ai assez prouvé dans le passé.
Puis, pour lui montrer que je comprenais son choix, j’avais abdiquée en acceptant d’essayer l’une de ces robes à condition qu’il en essaye une. Bien entendu, je plaisantais mais apparemment, il allait quand même le faire. Cet homme me surprendra toujours. « Je suis chanceux j'avoue.. » Dit-il en souriant. Amusée, je me vis dans l’obligation de lui répondre : Savoures la chance que tu as parce qu’elle pourrait tourner en ton absence.  J’aimais beaucoup le taquiner, j’étais devenue très taquins ces derniers mois. Embêter les autres, c’est si jouissif en réalité mais beaucoup moins que d’apercevoir Diego dans une robe. Mon dieu, quelle horreur ! Un énorme rire s’échappa de ma bouche. Il était si ridicule dans cette robe, lui qui est d’habitude si sexy et virile. «Ma parole, t'es canon ! » S’exclama-t-il d’une voix féminine. J’étais choquée de l’entendre parler ainsi mais c’était si drôle. Il avait l’air d’une vrai folle. Tu n’es pas mal non plus ma chérie. Lui répondis-je amusée, le sourire aux lèvres en voyant ensuite qu’il me scrutait. Je pense que ça t'ira mieux sur toi cette robe, remarque, j'aime beaucoup la blanche. Il n’avait pas tords, je pense que cette robe m’irait mieux qu’à lui. Je lui avais donc souris en guise de réponse avant que ce dernier me saisisse à l’aide de sa main afin de me rapprocher de lui pour m’embrasser fougueusement.   Tu es sublime Madison Campbell. Dit-il très proche de mes lèvres. En guise de réponse, je m’étais contentée de l’embrasser à mon tour avant de prendre la parole de la même façon que lui c’est-à-dire proche de ses lèvres :  Tu vas me manquer. Lui souriais-je en posant ma main sur son torse recouvert par cette robe qu’il avait enfiler.  Tu ferais mieux de la retirer, je vais aller réchauffer le dîner. Lui souriais-je avant de le laisser pour regagner la cuisine afin de mettre le dîner qu’il a précédemment acheté à chauffer.
Ensuite, je ne perdis pas de temps pour retirer cette jolie robe afin de la remettre sur son cintre et me rhabiller.


© DAVINA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: It's not a goodbye Lun 19 Jan - 23:23



   
    Diego Fitzduncan and Madison Campbell
    It's not a goodbye.

H
ome's Madison. 10th january 2015

Je savais bien qu'elle était capable de tout, la preuve elle m'a déjà jeter un sandwich dans un avion parce que je m'étais comporté comme un crétin, fallait avouer que je l'avais bien mériter sur ce coup-ci. Je m'étais permis de lui sourire par politesse, je ne remettais jamais en question, après tout elle avait un caractère assez solidifié, et ça me plaisait comme toujours.
Il était vrai que j'étais très chanceux, je prenais soin de savourer chaque moments passés avec elle, c'était précieux, ça me m'était dans un moment de nostalgique je devais dire, mais bon, ne perdons pas de temps. Très drôle, j'espère que non ! Dis-je en rétorquant, suivi par un petit rire, je savais qu'elle me taquinait, avec le temps j'apprenais à la connaître, et je dois dire que cela me déplaisait pas. Par la suite, j'avais donc enfiler cette robe comme promis, j'aimais les défis, j'en étais capable. Je voyais que Madison commença à rigoler en me voyant dans cette robe ridicule, je pensais également à Alfie et ce qu'il s'était passé dans le chalet, mais hors de question que je lui en parle, je serais aussi fou que lui ! Je m'étais mis à imiter une fille pour le fun, mais bon, je n'étais pas non plus atteint à ce niveau là quand même, mais on a tous nos degrés de folies. J'avais l'air pas mal aussi apparemment, mais on savait tout les deux que c'était un mensonge, j'avais déjà hâte de retrouver mon marcel blanc dans mon sac. Avoue que je suis horrible là-dedans. Dis-je en pointant du doigt, montrant comment j'étais habillé comme une femme.
Par la suite je l'avais prise dans mes bras, afin de déposer un baisé fougueux sur ces lèvres, et de lui dire qu'elle était sublime dans cette robe. Je n'aurais jamais cru qu'elle prononcerait ces mots. Tu vas me manquer aussi. Répondis-je à mon tour, puis déposa un baisé sur son front pour qu'elle puisse retirer la robe. Ça marche. Répondis-je, je m’exécuta pour retirer la robe, et la déposer sur un cintre, que Madison récupère en passant. Je fouilla mon sac que j'avais déposé près de canapé, et enfila un marcel blanc, puis rangea mon uniforme à l'intérieur.
En revenant Madison commença à préparer le dîner que j'avais ramené dans une casserole, pour réchauffer, je m'approcha d'elle passant derrière elle. Mh, ça sent bon. Dis-je en fixant le plat, c'était chinois que j'avais pris rapidement en passant un coup de fil au restaurant Mong Hong. Je poussa ses cheveux de l'autre côté, puis je glissa ma tête dans son cou afin de déposer des petits baisés sur le long. Je posa mon doigt légèrement afin d'attraper sa bretelle et la faire tomber sur le côté déposant toujours des baisés, pour essayer de la perturber alors qu'elle cuisinait. Presque deux semaines, là je pars pour quatre semaines, ça va être terriblement dur. Dis-je en chuchotant à l'oreille.
 
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: It's not a goodbye Mar 20 Jan - 22:34



∞  it's not a good bye.

d i e g o . f i t z d u n c a n . f t . m a d i s o n . c a m p b e l l .


« Avoue que je suis horrible là-dedans.. » Dit-il en se pointant du doigt. Il  n’avait pas tords, cette tenue ne  lui allait pas du tout. Heureusement qu’il n’a pas de tendance étrange comme ces hommes qui se travestissent pour leur bien être alors qu’ils sont hétéro. J’avoue, ce n’est pas la tenue qui te met le plus en valeur. Seuls les draps blanc te vont comme un gant. Lui souriais-je pour faire référence à la nuit bestiale que nous avions passés le jour de noël. En effet, nous avions couchés un nombre incalculable de fois ce jours-là. Dans son lit, dans la douche, dans son lit à de nombreuses reprises, dans sa chambre, dans ma chambre, près de la fenêtre, sur le sol. Cette journée restera inoubliable je pense.
Il en avait d’ailleurs profité pour m’attraper afin de m’embrasser fougeusement. J’adorai quand il agissait de la sorte. J’aimais beaucoup. Je suis tellement habituée à dominer dans la vie de tout les jours que sa manière me fait énormément de bien. Et je pense même que c’est ce qui explique l’intérêt de notre relation. Nous sommes complémentaire….
Puis, quelques minutes plus tard, alors que je me trouvais devant les fourneaux après m’être rhabillée, ce dernier se mit derrière moi. Un petit sourire illumina ainsi mon visage. J’étais heureuse de l’avoir près de moi, j’avais complètement réussie à oublier qu’il allait partir pour l’Irak. « Mh, ça sent bon. » Dit-il en posant sa main sur mon épaule. C’est vrai et je pense qu’on va bien se régaler ce soir. Souriais-je juste avant qu’il pousse mes cheveux de l’autre côté afin de couvrir mon cou de baisés. Il en profita ensuite pour abaissé ma bretelle afin de poursuivre ses baisés. Cela me fessait sourire et me déconcentra. A présent, il me promulguait de nombreux frissons. Et honnêtement, c’était ce qui pouvait m’arriver de mieux ce soir. En fin de compte, s’il y a bien une qualité que j’aime chez Diego, c’est sa tendresse.   « Presque deux semaines, là je pars pour quatre semaines, ça va être terriblement dur. » Murmura-t-il au creux de mon oreille. Tu étais préoccupée par l’opération de ta mère. Maintenant que c’est terminé, on va essayer de rattraper le temps perdu et puis  on mettra les bouchés doubles à ton retour. Lui répondis-je en souriant de façon amusée.  Tu préfères qu’on s’installe où pour manger ? Parce que c’est prêt dans moins d’une minute. Terminais-je en tournant mon visage vers le sien pour le regarder. Il a un regard magnifique. Cet homme est à tombé par terre. Il disait toute à l’heure qu’il avait de la chance mais finalement, je pense que s’il y a bien quelqu’un de chanceux ici, c’est moi.


© DAVINA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: It's not a goodbye Mar 20 Jan - 23:15



   
    Diego Fitzduncan and Madison Campbell
    It's not a goodbye.

H
ome's Madison. 10th january 2015

Après avoir essayer une robe qui ne m'allait pas du tout, j'avais envie de la ôter sur le champ mais c'était pour la bonne cause. Le sourire de Madison n'a pas de prix, ni son rire. Elle me complimenta en retour que les draps blancs se portaient mieux sur moi, je ne pouvais pas m'empêcher de rigoler, c'était assez mignon. Je ne peux pas dire le contraire. Dis-je en la regardant, je savais qu'elle faisait référence à nuit de Noël, où on avait passé la nuit et la journée collés l'un sur l'autre. Un des moments marqués de notre relation qui débutait, et je pense qu'aujourd'hui ce n'est le début même si je partais le lendemain, j'espère que ça dura encore un certain temps. J'osais même espérer que ce n'a prendra jamais fin, Madison m'apportait tellement de choses ce qui faisaient parti d'elle, et je ne pouvais pas demander de plus sachant que c'était la première fois que j'avais une relation aussi sérieuse, et aussi celle la plus longtemps que j'ai eu.
Puis une quinzaine minutes plus tard, celle-ci avait pris le sac afin de réchauffer le diner, qui sentait terriblement bon, j'avais faim en effet. Après avoir essayer les robes, il me tardait d'être présent à la gala afin d'être à ses côtés et non d'être en Irak. Également être là pour la St Valentin, et son anniversaire, je réfléchissais pour son cadeau, fallait que j'en achète deux, je dois avouer que cette femme me demandait beaucoup, mais peut importe, je pense que rien n'est assez pour elle. Je pense aussi, ça fait un moment que je n'ai pas mangé chinois. Dis-je en fixant le plat, j'avais envie de prendre le plat. Puis par la suite, je voulais lui faire comprendre que j'avais autre chose en tête, mais apparemment ce n'était pas réussi, celle-ci réussi à se défiler sous nez, que je baissa ma tête pour soupirer pendant un instant, et relever ma tête en m'exclamant. C'est vrai...... Dis-je, puis elle me demanda où je préférais manger. Je pris la casserole, tirant vers le haut, et me dirigea vers la table, j'avais envie de la taquiner. Croisant son regard contre le mien, on partagea un moment de complicité. Je vais manger tout seul par là merci ! Dis-je en voulant plaisanter, puis je m'approcha de nouveau vers elle en embrassant son front, prenant les assiettes sur le chemin avec les baguettes, et me dirigea vers la table. Ici, ça sera très bien, et j'ai pas envie de me faire engueuler si je fais tomber une petite goutte sur ton canapé. Dis-je en faisant un clin d'oeil le faite qu'elle soit maniaque, elle me rejoignit en s'asseyant à côté de moi. Je me leva de nouveau à mon tour pour fouiller dans le sac dans lequel il y avait les sauces, je pris les petites boites et les petites serviettes que je revins avec. Je commença à servir avec les baguettes dans les assiettes, puis commença à manger une fois assis. Puis voulant faire encore une fois le plaisantin, je mis les baguettes dans ma bouche voulant ressembler à un morse. Regarde, j'ai l'air d'un morse hein? Dis-je souriant bêtement. Puis on finissait de manger, je pris les assiettes, je vis que Madison voulait aussi se lever. Laisse je m'en occupe, tu as travaillé aujourd'hui. Dis-je en apportant la vaisselle dans le lavabo, puis pris l'éponge en mettant du produit lave-vaisselle et commença à frotter en nettoyant le tout. Puis pris les sauces, nettoyant la table puis enfonça dans la poubelle.
 
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: It's not a goodbye Mer 21 Jan - 0:57



∞  it's not a good bye.

d i e g o . f i t z d u n c a n . f t . m a d i s o n . c a m p b e l l .


« Je pense aussi, ça fait un moment que je n'ai pas mangé chinois. » M’annonça-t-il. Forcément, je m’étais mise à rire aussi discrètement que je le pouvais avant de répondre : Ah bon ? Il ne mange pas Chinois en Irak ? C’est étonnant qu’ils n’aient pas encore réussie à s’implanter là-bas.  J’aimais beaucoup le taquiner, j’en fessais mon jeu favoris. Diego fonce toujours la tête la première, c’est tellement drôle de le taquiner.
Honnêtement, je mourrai de faim. Après cette journée de travail, manger semblait plus important que d’avoir des rapports intimes avec lui. J’aime beaucoup son anatomie mais à ce moment précis : moins que la nourriture chinoise que je venais de réchauffer. «Je vais manger tout seul par-là merci ! . » Dit-il après être partit avec la casserole. Diego aime me taquiner tout autant que j’aime le faire et c’est une chose que j’aime beaucoup dans notre relation. Pas de problème, j’irai dormir seule par là-bas dans ce cas. Lui souriais-je alors en le regardant amusée et sûr de moi. Je ne doutais principalement jamais de moi sauf en ce qui concerne mes histoires sentimentale. Naturellement, il revenu près de moi par la suite pour m’embrasser sur le front et mettre les couverts sur la table. « Ici, ça sera très bien, et j'ai pas envie de me faire engueuler si je fais tomber une petite goutte sur ton canapé.. » Plaisantait-il à moitié puisqu’il est clair que j’aurai rouspétée. Je suis de nature très maniaque, j’aime que mes affaires soient bien rangées, que tout soit propre. J’apporte en fait beaucoup d’importance à l’esthétisme. C’est ce qui me rend heureuse. Ça va, je t’aurai juste coupé la tête. Rien de bien méchant. Lui répondis-je amusée avant de le rejoindre pour dîner à ces côtés.  Mais comme à son habitude, monsieur Fitzduncan se mit à faire le clown et comme à mon habitude, je m’étais mise à rire. Regarde, j'ai l'air d'un morse hein? Je suis très bon public on dirait alors que généralement, ces mecs-là ne m’intéresse pas. Comme quoi, il ne faut pas se fier aux apparences et à ce que l’on pense.  Tu as juste l’air d’un imbécile. Je dirais même que tu as l’air d’être un patient de psychiatrie. Répondis-je amusée avant de mettre une baguette au-dessus de ma lèvre et de la maintenir en levant la lèvre supérieur.  Regardes, je ressemble à ton père. Lui balançais-je avant d’éclater de rire. En fait, j’avais un fou rire. Cette plaisanterie que je venais de faire, je la trouvais juste excellente. Je repensais en effet à son père. Il avait une moustache que je trouvais très moches le jour où il m’a fait littéralement chié toute la journée.
Puis alors que je m’apprêtais à débarrasser pour aider Diego, ce dernier m’en empêcha : « Laisse je m'en occupe, tu as travaillé aujourd'hui. » Quel gentleman ! Ce qui est magnifique avec Diego, c’est qu’il est d’une gentillesse infinie alors qu’il peut aussi apparaître comme un connard infini. De ce fait, je ne m’étais pas fait prier. Je partis dans la salle de bain me brosser les dents en vitesse avant d’aller dans ma chambre. Le temps était compté, il ne lui faudra pas une heure pour faire la vaisselle et tout nettoyer.
Face à ma penderie, je pris un soutient gorge noir au tissu exceptionnel. Je l’avais payé une fortune et esthétiquement, je pense que c’est celui qui me va le mieux. Ensuite, je m’étais emparée du string qui allait avec. Et sans perdre de temps, je m’étais dirigée vers les bougies au doux parfum d’été présente dans ma chambre pour les allumées. Amusée, je m’étais ensuite mise devant mon miroir pour me refaire une mise en beauté. Etant déjà maquillée, j’avais juste remis un petit coup sur mes lèvres avant de lâché mes cheveux bouclés. Puis en l’entendant arrivée, je m’étais assise sur le lit afin d’être la première chose qu’il puisse voir lorsqu’il rentrera dans cette chambre.  


© DAVINA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: It's not a goodbye Mer 21 Jan - 2:02



   
    Diego Fitzduncan and Madison Campbell
    It's not a goodbye.

H
ome's Madison. 10th january 2015

Voyant qu'elle me taquinait déjà, je lâcha un petit rires à sa petite blague. Faut croire que non. Dis-je en rétorquant suite à ce qu'elle avait dit. Nous en faisions plus qu'un en l'espace d'un instant. On se comprenait mutuellement et je crois que c'est l'une des choses les plus importantes de notre relation.
Voulant la taquiner pour la énième fois, j'avais pris la casserole, et l'éloigner d'elle en faisant comprendre que je mangerais seul le repas qui sentait très bon. C'était une plaisanterie, qui a son tour plaisanta aussi en disant qu'elle dormirait par là sans moi, chose que je ne voulais pas. Ah non, je reviens tout de suite alors. Je revenais donc avec la casserole en embrassant son front prenant le tout de ce qu'on aurait besoin pour manger dans le confort. J'avais décidé qu'on mange à table, car si jamais je tâchais son joli canapé, j'en étais sûr qu'elle me referait le portrait. Je commençais à connaître Madison petit à petit, c'est pour cela que je ne prenais pas autant de risque de tâcher son canapé, mais fallait bien rire un petit peu. Ça c'est rassurant. Dis-je en levant les yeux en l'air, fixant le lustre, réfléchissant puis rétorqua de nouveau. Non, je suis trop beau, t'oserais pas. Dis-je en voulant la taquiner, ça me plaisait beaucoup de la faire sourire, j'imagine que tout homme doit faire rire la femme qu'il aime. Puis on commença à manger dans la bonne ambiance, prenant le temps de savourer chaque petites bouchés qui s'engouffraient dans notre bouche, je m'étais mis à agir comme un vrai plaisantin en me faisant passer pour un morse avec les baguettes dans la bouche. Elle s'était mise à rires, ce qui me fit plaisir, je retira de suite les baguettes pour les reposés sur la table. Je serais prêt à aller en psychiatrie apparemment, un sourire se dessina sur mon visage. Puis elle se mit à son tour rentrer dans la peau de mon père, où j'éclatais de rires également, on était parti dans un fou rires. Apparemment toi aussi tu as l'air d'une patiente en psychiatrie. Dis-je amusé, j'avais du mal à calmer mon rire, ca faisait tellement longtemps que je n'avais pas passé un bon moment comme ça, où je rigolais tellement. Il était vrai que voir la veine qui sortait du front de mon père était assez drôle à voir.
Puis par la suite je m'étais porté volontaire de débarrasser la table, chose que j'avais l'habitude de faire quand j'étais chez quelqu'un mais surtout pour Madison qui avait passer une journée assez chargée comparer à la mienne. Je voulais la soulagée de cet tâche. Madison était partie dans sa chambre, sûrement en train de ranger ses affaires, je m'étais mis à nettoyer la table. Au bout de quelques minutes je m'étais décidé à la rejoindre dans sa chambre, à ma plus grande surprise en ouvrant la porte, je la retrouva en sous-vêtements noirs très jolies. Excusez-moi, je me suis trompé de chambre, vous saurez où est ma copine par hasard ? Dis-je en souriant, en m'avançant tout doucement dans la pièce, où les bougies étaient la lumière. Faudra rien dire à ma copine hein? Dis-je en plaisantant. Puis je m'avança sur le lit, en m'approchant vers elle en l'embrassant fougueusement, en montant sur lit.
 
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: It's not a goodbye Jeu 22 Jan - 23:16



∞  it's not a good bye.

d i e g o . f i t z d u n c a n . f t . m a d i s o n . c a m p b e l l .


La soirée avait pour moi mal commencée. L’annonce de son départ ne m’avait pas fait sourire, loin de là. J’avais ressentie l’envie de m’énerver tellement j’étais en colère mais ce n’était pas vraiment ce que j’avais fait puisque je comprenais dans un sens les raisons de son départ. Il n’avait pas le choix et mine de rien, j’allais devoir m’y faire si je veux faire plus qu’un bout de chemin avec lui. Il peut être amené à rejoindre une équipe sur le terrain, c’est son métier, sa vocation. J’espère juste qu’il reviendra saint et sauf, c’est la seule chose que je demande.
Cependant, nous n’avions pas mis longtemps à nous taquiner comme on aimait le faire. Nos moments de complicités ont repris leur place. La soirée s’annonce donc très bonne. Je tiens à Diego, c’est certain. Etre en sa compagnie ? C’est juste fantastique.
Après le repas, je m’étais rendu dans ma chambre pendant qu’il fessait la vaisselle. J’en avais profité pour lui réserver une petite surprise. J’étais persuadée qu’il allait aimer. Je commence à connaître Diego de plus en plus et je sais à quel point il aime ce genre de plan. J’en avais donc profité pour me mettre en valeur au maximum et de mettre cette chambre en valeur au maximum également avant de m’asseoir sur le bord de mon lit en l’attendant. Et quand il pointa le bout de son nez, je pu immédiatement remarquer son état d’esprit. « Excusez-moi, je me suis trompé de chambre, vous saurez où est ma copine par hasard ? » Demanda-t-il en s’approchant de moi le sourire aux lèvres. Non, je ne sais pas. Mais moi je suis là.  Lui répondis-je amusée, persuadée qu’un nouveau jeu était en train de commencer. « Faudra rien dire à ma copine hein? » Dit-il avant de m’embrasser fougueusement en montant sur lit, nous fessant ainsi basculé complètement dessus. Il était à présent au-dessus de moi et la tension sexuelle ne cessait de s’accroitre. Oh si, je vais lui dire… Lui souriais-je toujours aussi amusée avant de poursuivre notre baisé en lui retirant son marcel pour pouvoir par la suite toucher ses pectoraux.


© DAVINA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: It's not a goodbye Ven 23 Jan - 0:12



   
    Diego Fitzduncan and Madison Campbell
    It's not a goodbye.

H
ome's Madison. 10th january 2015

La guerre, ce n’est pas un sujet plaisant à en parler, et pourtant j’y étais bien placé pour savoir ce qu’elle était comme monstruosité en Irak. Mon supérieur m’avait appelé pour je puisse superviser un groupe sur terrain. J’aimais mon métier, mes deux métiers, ceux qui consistaient à sauver le plus de personnes que possible. Mais, pour la première fois j’étais si bien aux côtés de Madison, il a fallu qu’on me gâche ce moment de paix, et je n’avais guère le choix d’y aller. Ça me brisait le cœur de la laisser, et je pense aussi l’avoir déçue. Mais j’essayais de faire un maximum de promesses pour qu’elle soit rassurée, que je reviendrais sain et sauf pour elle. On s’était battu comme des enfants, on s’était fini par s’attacher en tant qu’adulte. Madison devenait pour moi ma raison de vivre si je devais retourner en Irak, elle devenait ma raison de revenir auprès d’elle, ainsi qu’Alfie mon meilleur ami. Mais seul le Dieu saurait ce qu’il se passerait une fois que je serais sur le terrain.
Je décida de profiter de l’instant du moment, j’avais rapporté le diner, puis j’avais tout nettoyer dans l’ordre comme elle l’aimait faire, je savais que Madison aimait bien que tout méticuleusement bien rangé chez elle. Je préférais en rires, que de penser où j’allais partir en Irak pour un mois. Une fois que j’avais fini de ranger tout cela, j’avais rejoint dans la chambre de Madison, où celle-ci s’était enfilée de très beaux sous-vêtements, qui la mettaient parfaitement en valeur. On commença un nouveau jeu, et c’était quelque chose qu’on appréciait de se taquiner l’un sur l’autre, et je crois que c’était l’une des choses qui allait me manquer, son rire. Je m’avança près d’elle, en l’embrassant fougueusement, nous étions soudainement bousculer sur le côté, où je me retrouvais sur elle, Comment te convaincre que tu vas rien lui dire ? Dis-je amusé une nouvelle fois, après l’avoir embrasser fougueusement et qu’elle m’ait retiré mon marcel, je me retrouvais maintenant en caleçon, je déposais des baisés sur son cou, ma main droite attrapa son sein pour le malaxer puis je descendis doucement, mes deux mains se promenaient sur les côtés jusqu’à ce que j’attrape le string pour l’ôté, puis je me baissa la tête à son entre-jambe, où je commença à lécher son sexe, et jouer avec ma langue avec le point faible du sexe, le clitoris. Ses jambes étaient écartées,  et je faisais sorte qu’elle prenne énormément de plaisir.

 
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: It's not a goodbye Ven 23 Jan - 9:38



∞  it's not a good bye.

d i e g o . f i t z d u n c a n . f t . m a d i s o n . c a m p b e l l .


Le jeu qui s'est installé m'amusait beaucoup. Et à chaque fois que je me retrouve dans l'intimité avec Diego, j'ai cette impression d'être dans un autre monde. C'est incroyablement jouissif. « Comment te convaincre que tu vas rien lui dire ? » Avait-il demandé une fois son marcel retiré. Il était à présent en boxer, torse nu. Un plaisir pour mes yeux. Mission impossible, je lui dirai.  Souriais-je alors qu’il déposait de nombreux baisés sur mon cou avant de malaxer ma poitrine avec ses mains. Nos regards se croisèrent et un sourire se dessina sur mon visage. Puis, il descendit ses mains le long de mon corps afin de réussir à retirer mon string noir. Et sans que je ne m’y attende, ce dernier écarta mes jambes avec ses mains avant de descendre sa tête jusqu’à mon entre jambe. Je ressentie ensuite un frisson parcourir l’intégralité de mon corps lorsque sa langue entra en contact avec la partie sensible de mon intimité.  Naturellement, je m’étais mise à gémir sans attendre puisque Diego réussissait à le faire parfaitement, ce qui n’est pas le cas de tout le monde.
Un moment plus tard, Diego se redressa pour retirer son boxer et recommencer à nouveau ce qu’il fessait auparavant. Les frissons que je ressentais ne cessaient de s’accroître à l’instar de la tension sexuelle qui régnait à présent dans ma chambre. Puis, au bout de quelques minutes, il releva son visage avant de s’avancer un peu plus vers moi afin de me pénétrer d’une traite. Assurant ainsi un énième gémissement. Nos mains s’entremêlèrent automatiquement. C’était un moyen de s’accrocher l’un à l’autre afin que nos mouvements puissent être de plus en plus rapides et bestiaux.
Ce n’est pas simple de trouver son partenaire sexuelle idéale mais une fois qu’on l’a trouvé, je pense qu’on le sait. En ce qui me concerne, Diego réveille en moi des sensations nouvelles que je n’avais jamais ressentie auparavant. Nous sommes en parfaite harmonie à ce niveau-là et je pense que plus ça ira et plus notre plaisir augmentera.

© DAVINA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: It's not a goodbye Ven 23 Jan - 17:02



   
    Diego Fitzduncan and Madison Campbell
    It's not a goodbye.

H
ome's Madison. 10th january 2015

J'avais beau de l'avoir fait avec plusieurs femmes, mais c'était sans plus, c'était des coups d'un soir, où les sentiments n'y étaient pas présents, juste de l'amusement. Je n'étais pas intéressé d'avoir une relation, je voulais juste m'amuser. Tandis qu'avec Madison c'est complétement différent, je commençais à avoir de réels sentiments envers elle, elle me faisait ressentir des choses que je n'avais jamais ressentis auparavant. Je m'étais attaché à elle, je me suis soucié à son égard, j'ose même dire qu'aujourd'hui, je suis un homme amoureux. Si quelque chose lui arrivait pendant mon absence, je crois même que je me le pardonnerais jamais. Je pouvais l'entendre gémir, prendre du plaisir à ce que je faisais, c'est à dire que ma langue jouait avec son intimité pendant plusieurs minutes. Puis je m'étais redressé afin d'ôter mon boxer, que je jeta au dessus de mon dos, pour regarder un instant son corps sublime, elle y prenait soin, je pouvais le voir. L'excitation en moi ne cessait de monter petit à petit, ce que mon sexe montrait bien, puis je me pencha en avant pour rejoindre ses lèvres pour l'embrasser fougueusement, et glissa ma main entre nos deux corps où glissant doucement mon sexe à l'intérieur du sien d'une traite. Je sentais ses jambes se frotter sur mes hanches durant le mouvement, nos mains s'entremêlèrent automatiquement sans que je le veuille, où j'accélérais le mouvement qui devenaient plus brutaux qu'au début. Je lâcha des soupirs de satisfactions doucement, pour une fois il n'y avait personnes dans les lieux, on pouvait faire ce qu'on voulait.
Durant quelques minutes, je continuais toujours le mouvement aussi bestial et brutal, puis je me décida de relever Madison en glissant ma main derrière son dos pour la relever d'un bond vers moi où je ne quitta pas mon sexe à l'intérieur du sien, elle monta sur moi, croisant ses jambes au bas de mon dos où ses jambes commença à faire pression afin qu'elle bouge au dessus de mon sexe. Où une de mes mains maintenait à l'arrière du dos, à de manière qu'elle ne tombe pas derrière. Tandis que l'autre main se promenait derrière son dos, et dégrafa son soutient-gorge noire, je sentais ses bras autour de mon cou, où sa main se faufila dans mes cheveux pendant qu'elle continuait le mouvement. Puis glissa un de ses bras à de manière pouvoir retirer le soutient gorge qui devait être une gêne, qu'elle jeta sur le côté, notre respiration devenait de plus en plus intense, où montrait la satisfaction qu'on partageait. Je glissa ma main entre nos corps, où je pris son sein afin de le malaxer une nouvelle fois.
Puis quelques minutes par la suite la suite, je sentis ses mains se posés sur mes pécteraux qu'elle poussa où je tomba en arrière, et qu'elle commença à prendre le contrôle au dessus de moi, je profita pour regarder le corps de Madison en plein mouvement en posant mes mains sur ses cuisses. Je commença à respirer très vite, où j'étais sur le point d'exploser, l'excitation de cette position me faisait perdre le contrôle effectivement, Madison allait très vite où elle montrait qu'elle y était presque. Je pris ses mains, tirant vers moi d'un geste, et leva mes fessiers très rapidement afin de pénétrer plus fort par la suite pendant quelques secondes, où mes bras étaient entourés sur son dos serrant contre mon torse, à de manière qu'elle ne bouge plus, l'un de ses bras autour de mon cou, et de l'autre planta ses ongles sur mon biceps. Puis ralentissais le mouvement, j'essayais de ne pas prendre tout de suite le plaisir avant qu'elle l'ai, en donnant à chaque fois un mouvement brutaux. Puis je lâcha un énorme gémissement en soufflant, continuant à ralentir doucement, où j'éjaculais, puis retira mon sexe en glissant en dessous, je sentais le coeur de celle-ci qui battait fort contre mon torse, également son souffle sur mon cou qui était irrégulier. Je relâcha mes bras autour de son dos, où celle-ci leva sa tête au dessus de moi, j'étais complétement essouffler. Ouah.. Dis-je en essayant de retrouver mon souffle petit à petit.
 
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: It's not a goodbye Sam 24 Jan - 17:30



∞  it's not a good bye.

d i e g o . f i t z d u n c a n . f t . m a d i s o n . c a m p b e l l .


Dès que je fus au-dessus de lui, prêtes à prendre le contrôle de la situation, le taux d’excitation augmenta considérablement. Le baromètre fut sur le point d’exploser. Concrètement, c’était incroyable. J’accélérai un maximum pour me donner encore plus de plaisir mais aussi pour être à la hauteur face à Diego. Ce dernier est un véritable dieu du sexe, oui, c’est un dieu du sexe. Il est tellement bestial, tellement dynamique, tellement efficace que j’en perds les mots. Coucher avec lui, c’est comme être accrochée à une étoile filante. Je n’aurai jamais pensé pouvoir ressentir une telle chose auparavant, sexuellement parlant. Je n’ai eu de rapports aussi mouvementés, aussi sauvages et aussi excitants que ceux que je partage avec Diego.
Face à la beauté de son corps, je ne ressentais aucun blocage. J’avais comme une envie de fusionner. D’autant plus que les  « coups » brutaux que me donnait Diego me rendaient complètement folle. Mon corps devenait de plus en plus chaud. A vrai dire, mon corps est dans le même état que l’était la maison de Sebastian avant que le feu ne soit stoppé. Oui, je suis en feu et je pense qu’avec lui, je n’ai pas fini de l’être. Du moins s’il revient un jour d’Irak puisque même si partir en Irak le rend encore plus sexy et réveille donc d’avantage mon appétit sexuel, il est possible qu’il ne revienne jamais. Tout peut arriver.
L’orgasme était atteint et pas qu’un peu.  J’ai complètement compris ce soir la notion de « septième ciel ». C’était juste dingue et épuisant à la fois. Et aussi paradoxale qui ça puisse être, j’étais à la fois morte de fatigue et à la fois pleine d’énergie.
Lorsqu’il éjacula avant de retirer son sexe, je m’étais permise de respirer sur cou pour reprendre mon souffle. Cependant, cette tâche fut assez difficile. Ma respiration était irrégulière et saccadée. « Ouah » Dit-il en essayant lui aussi de récupérer sa respiration. Un sourire se dessina alors pendant que j’admirais ses yeux. Et sans vraiment prendre conscience de ce que je m’apprêtais à faire, mon visage s’approcha du sien pour que je puisse l’embrassement avec énormément de tendresse et très lentement. Je t’aime. Lui dis-je très proches de son visage après lui avoir donné ce tendre baissé.  
La seconde d’après, je m’étais laissé basculée pour être à mon tour allongée sur le lit et à ses côtés. Venais-je réellement de lui déclarer mes sentiments alors qu’il s’apprête à quitter Newport pour l’Irak ? Quelque chose ne tourne pas rond chez moi, c’est certain.

© DAVINA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: It's not a goodbye Sam 24 Jan - 17:53



   
    Diego Fitzduncan and Madison Campbell
    It's not a goodbye.

H
ome's Madison. 10th january 2015

C'était juste incroyable, je n'avais jamais ressentis quelque chose d'aussi fort qu'avec Madison, elle me complétait parfaitement. Elle s'était laissé basculer de l'autre côté pour reprendre son souffle, tandis que moi aussi, c'était très intense. Je tourna ma tête, mon regard croisa le sien, si beau, si hypnotisant, qu'elle s'approcha de moi pour déposer un baisé remplis de tendresse, sans que je m'y attende elle prononça ces trois mots. Peut-être parce que je partais en Irak, et elle pensait que je n'allais jamais revenir, je n'en savais pas trop, je ne voulais lui mettre la pression sur quoi que soit, je voulais que les choses se passent fur à mesure, quand elle se sentira prête, c'est qui m'importait le plus. Je pris sa main pour la poser sur mon torse, où battait fort mon coeur. Moi aussi, je n'ai jamais ressentis d'aussi fort auparavant, mais je ne veux pas te mettre de la pression sache le avant tout. Dis-je avec une voix douce, avec un petit sourire sur le coin. Mes doigts s'entremêlèrent dans les siens automatique, je m'approcha d'elle tout doucement, où je glissa ma main autour de son cou pour partager un baisé passionné. Puis je recula une nouvelle fois, en me mettant sur le ventre pour ramasser le soutient gorge noire que je regardais sur les moindres détails. T'es incroyablement sexy dans ça. Dis-je en souriant, puis je tourna ma tête vers elle, en grattant ma joue. Tu penses que la barbe ça m'irait ? Demandais-je intrigué. On se découvrait l'un sur l'autre, c'était fascinant, on pouvait se taquiner, je passais un très bon moment. Je m'en voulais déjà de partir, et si je ratais tout cela ? Et si j'y perdais la vie en laissant Madison ? Je ferais tout pour cela n'arrive pas, parce que j'ai une raison de revenir. Alors qu'on était toujours nu sur le lit, afin de partager des choses, il était environs vingt-deux heures par là et je partais dans sept heures.
 
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: It's not a goodbye Sam 24 Jan - 19:21



∞  it's not a good bye.

d i e g o . f i t z d u n c a n . f t . m a d i s o n . c a m p b e l l .


Je n’étais pas tout à fait certaine d’avoir fait le bon choix en lui confiant mes sentiments. Diego est un homme super mais j’ai souvent pensé que d’autres hommes l’étaient aussi et au bout du compte, je suis toujours tombée de haut. J’ai accordé ma confiance à des hommes qui ne le méritaient visiblement pas et je ne voulais pas souffrir de nouveau. Non, je ne voulais plus souffrir. Depuis l’accident de ma sœur, ma vie a connu beaucoup trop de malheureux événement et je veux me sortir de là. Je veux être heureuse et refaire ma vie comme je l’entends.  C’est pourquoi, j’espère ne pas avoir fait d’erreur en lui disant que je l’aimais et surtout en m’autorisant à l’aimer. « Moi aussi, je n'ai jamais ressentis d'aussi fort auparavant, mais je ne veux pas te mettre de la pression sache le avant tout. » Dit-il d’une voix douce après avoir posé nos mains sur son torse. Nos doigts s’entremêlèrent naturellement, signe que nous étions bien l’un avec l’autre. Si bien, qu’il pencha son visage vers le mien pour m’embrasser d’une manière passionnée. J’étais satisfaite de l’entendre dire en d’autres termes que je suis à ses yeux une femme différente des autres.
Suite à ceci, il se repositionna sur le ventre, laissant ainsi apparaître son joli fessier rond et musclé comme ceux des footballeurs européen. « T'es incroyablement sexy dans ça. » Dit-il en agitant mon soutien-gorge qu’il venait de saisir dans sa main. Automatiquement, je m’étais mise à sourire avant de rire légèrement. Oui, je sais. On me l’a déjà dit. Lui répondis-je amusée pour le taquiner.
J’espérai ne pas perdre ce que j’ai avec lui à cause de son départ pour l’Irak. J’espère que rien ne changera à son retour et qu’on sera toujours aussi proche l’un de l’autre et toujours aussi complice. « Tu penses que la barbe ça m'irait ? » Demanda-t-il soudainement en se grattant la joue. Mon visage se tourna alors vers lui pour l’observer et imaginer cette vision. Si tu as une barbe de deux, trois jours, oui, tu seras surement encore plus sexy mais avec une longue barbe, je ne pense pas. Tu ressembleras à un épouvantail mal taillé. Souriais-je amusée en le regardant avant de me mettre à mon tour sur le ventre, planquant ainsi ma poitrine contre le drap. Tu veux que je te fasse couler un bain ? Lui demandais-je alors en caressant doucement son avant-bras.

© DAVINA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: It's not a goodbye Sam 24 Jan - 20:26



   
    Diego Fitzduncan and Madison Campbell
    It's not a goodbye.

H
ome's Madison. 10th january 2015

Mon seul envie du moment c'était passé du temps avec Madison, je me laissais aller avec elle, j'en avais connu des femmes, mais comme Madison, c'était la première fois où je m'engageais dans le sens où on se complétait parfaitement. Je ne savais pas trop comment agir tel qu'un homme, mais une chose était sûr, je ne serais jamais comme mon père. En Irak j'avais souvent vu des choses, surtout des équipiers, qui embrassait une photo où se montrait leur femme et leurs enfants, ils priaient pour revenir sain et sauf auprès d'eux, sauf que moi je n'avais jamais guère connu cela, mais à entendre les histoires, disant d'avoir trouver l'unique, c'était spécial. Et aujourd'hui, j'étais un homme posé, où je m'étais engagé coeur et âme auprès d'elle, où le soir on partageait le même lit, se soutenir l'un et l'autre, se taquiner et aimer son rire, sa manière d'être. Je ne voulais pas précipiter les choses avec Madison, on ne sait jamais ce qu'il peut se passer du jour au lendemain, la peur restait permanente, dans le sens de ne plus la revoir un jour. Elle avait ces trois fameux mots, qui signifiaient tellement à ses yeux, j'étais tout de même compréhensif avant tout, je savais qu'elle avait vécu des choses dans sa vie, mais chaque chose en son temps, j'avais la patience. Parfois non, ça dépendait. Je ne pouvais m'empêcher de sourire en voyant son sourire, parfois c'est le seul moment qui illumine ma journée au travail.
Alors que j'étais sur le ventre en train de regarder le soutient-gorge de Madison, que j'adorais voir celle-ci avec. Lorsque j'entendis qu'on lui avait déjà dit, une petite jalousie se provoqua à l'intérieur, que j'essayais de masquer, que soudainement je lâcha le soutient-gorge, puis me gratter légèrement par la suite derrière la tête gêner, je ne m'y attendais pas. Ah.. euh.. Bon à savoir. Dis-je avec un sourire gêner, certes on a eu un passé, où on a eu des amants, ou premier amour. Puis par la suite, j'avais demandé si la barbe m'irait bien, elle répondit en me fixant, que deux trois jours ça passait encore, mais avoir la barbe comme Dumbledore, non. Un petit rire se fit entendre, je m'imaginais avec cette barbe, c'était vrai que ca ne le ferait pas. Tu as raison, vaut mieux que je ne ressemble pas à Dumbledore. Dis-je en souriant, puis celle-ci, elle se mit dans la même position que moi en me demandant si je voulais prendre un bain, l'idée était tentante. Uniquement si tu viens avec moi ? Dis-je en souriant, je posa ma main sur la sienne qui était en train de caresser mon avant-bras.
 
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: It's not a goodbye Sam 24 Jan - 21:46



∞  it's not a good bye.

d i e g o . f i t z d u n c a n . f t . m a d i s o n . c a m p b e l l .


Pour le tester et m’amuser un peu, je lui avais répondu que j’étais consciente d’être sexy dans ces sous-vêtements puisqu’on me l’avait déjà dit, autrement dit, j’insinuais qu’un autre homme a déjà eu la chance de pouvoir m’observer dans cette tenue. Je pus facilement remarquer le mal l’aise de Diego. C’était bien entendu faux puisque je ne l’ai pas depuis longtemps et qu’aucun homme ne m’a déjà vue avec. « Ah.. euh.. Bon à savoir. » Dit-il alors. Loin de moi l’intention de le faire marcher longtemps, la situation m’avait déjà fait énormément sourire. Ca va, je plaisante. Tu es le seul à m’avoir vu avec ces sous-vêtements-là. Souriais-je donc pour estomper ce mal à l’aise. Je n’avais pas envie qu’il soit gêné ce soir et je ne voulais que ça devienne bizarre. Surtout pas ce soir.
Face à Diego, j’essayais de l’imaginer avec une grosse barbe de dix jours et clairement, je n’étais pas partante. Ca ne lui irait pas du tout. « Tu as raison, vaut mieux que je ne ressemble pas à Dumbledore. » Dit-il en souriant. En effet, il avait raison. Cette barbe de lui irait pas du tout et puis, la magie n’existe pas, le père noël n’existe pas alors cette barbe ne doit pas exister non plus.   J’ai toujours raison mon chéri, essayes de ne pas l’oublier. Lui répondis-je amusée le sourire aux lèvres. J’étais parfois désespérante mais c’est bon enfant, j’adore taquiner.
Puis, naturellement, après m’être mise dans la même position que lui pour pouvoir lui parler, je lui avais proposé de lui faire couler un bain. Un bon bain chaud avant de partir pour l’Irak lui fera surement le plus grand bien. « Uniquement si tu viens avec moi ?  » Répondit Diego sans grande surprise. Je m’attendais à ce qu’il me réponde quelque chose du genre.   Ok, ça me va. Lui répondis-je en le regardant, le sourire aux lèvres avant de me lever progressivement pour rejoindre la salle de bain et faire couler l’eau chaude avant d’y verser mon produit pour le bain moussant. Je m’étais ensuite mise devant le miroir pour m’observer. Plus je me regardais et plus j’avais l’impression d’être chanceuse. Je ne m’étais pas sentie aussi comblée depuis un moment. La seule chose qui me manquait, c’était Kenny. Ce bébé me manque terriblement, j’ai le cœur en morceaux quand je pense à lui. J’espère qu’il va bien. J’appellerai surement demain pour avoir de ses nouvelles de toute façon.
Peu de temps après, le bain fut rempli et mousseux à souhait. Je partis donc dans la chambre pour rejoindre Diego et accéder à ma penderie par la même occasion. Le bain est prêt. Tu peux y aller, je ne vais pas tarder à te rejoindre. Lui souriais-je en entrant dans la chambre avant d’ouvrir ma penderie pour sortir une nuisette que je mettrai après le bain.
© DAVINA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: It's not a goodbye Sam 24 Jan - 22:50



   
    Diego Fitzduncan and Madison Campbell
    It's not a goodbye.

H
ome's Madison. 10th january 2015

La dernière chose que je m'y attendais pas, c'était qu'on évoque notre passé amoureux si l'on puisse le dire pour moi, c'était que des coups d'un soir, en réalité je crois que je n'avais jamais été prêt à être dans une relation où cela impliquerait l'attention, s'inquiéter pour cette personne, la faire rire, et tout ces petites choses qui fait tout ce qui veut dire le mot "amour", et quand je regarde Madison, dans ses yeux, tout ce que je vois c'est de l'amour. Et à ce moment là je comprenais dans quoi je m'engageais, chaque personnes que tu t'autorises à aimer, tu prends le risque de la perdre, elle me faisait sentir spécial, et j'appréciais énormément cela, j'osais même espérer que c'était réciproque, sinon on n'en serait pas là aujourd'hui. Je me suis mis à rigoler assez nerveusement, bizarrement, oui je pouvais sembler jaloux, c'était un bon côté peut-être ? Ou un mauvais ? Je ne sais pas. D'accord, désolé... Je sais que je peux paraître assez.. jaloux. En même temps c'est normal. Dis-je en souriant, je me sentais l'homme le plus chanceux de la planète à ses côtés, c'était juste magique ce que nous partageons.
Par la suite, j'avais demandé son avis concernant la barbe, j'avais tendance à la laisser pousser quand je partais en Irak, forcément on a pas de rasoirs quand on est là-bas, on est plutôt occupé à tirer, et courir partout. Le faite qu'elle me dise qu'elle a toujours raison, me fit rigoler, effectivement l'ambiance se remettait petit à petit. Je plongea ma tête sur le bord du lit, où la couette m'arrivait jusqu'aux oreilles, recouvrant la partie du visage, on pouvait m'entendre faussement grommeler, puis releva d'un bond en voulant rétorquer. Mais... D'accord t'as raison, ou pas. Dis-je amusé, effectivement, j'adorais la provoquer, c'était un jeu qui s'était installé entre nous, et je ne pouvais plus m'en passe, ou plutôt du sourire de celle-ci. J'avais accepté volontiers de prendre un bain, uniquement si elle venait, c'était l'occasion de partager un moment. Elle se releva pour aller préparer le bas, où mes yeux étaient posés sur elle, admirant chaque coins du corps, un petit sourire se dessina sur mes lèvres. Madison semblait avoir la tête un peu ailleurs, que j'avais pu remarqué, je m'inquiétais un peu rapidement. Je m'étais échappé un moment afin de prendre un pantalon de pyjama où dessus se portait des tasses de cafés une touche humoristique. Puis Madison rentra dans la chambre, se dirigeant vers l'armoire et m'annonçant que le bain était prêt. Je me leva en attrapant Madison sur mon épaule que je m'étais mis à porter en tapotant doucement ses fesses, avant de la reposer sur le sol une fois arriver dans la salle de bain comme un petit enfant amusé. Puis jeta mon pantalon sur le bord du lavabo où ma trousse de toilette était déjà présente. Ça va ? Tu me sembles un peu ailleurs. Demandais-je intéresser. Oui je me faisais du soucis, aussitôt je rentra dans le bain en prenant la main de Madison pour qu'elle me suit. Je pouvais remarquer une cicatrice sur le ventre, je ne voulais pas être indiscret, je faisais attention de ne pas être trop maladroit. Madison rentra dans le bain, et s'était assise entre mes jambes, s'allongeant sur mon torse. L'eau était bien chaude, c'était paisible, je ne pouvais pas m'empêcher de sourire où je l'avais surprise dans la salle de bain dans la montagne, un petit sourire se dessina. Je m'étais mis automatiquement à prendre des petites poignées d'eau que je faisais glisser sur ses épaules, puis j'entourais mes bras autour de ses épaules en posant ma tête sur ses cheveux blonds.
 
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: It's not a goodbye Dim 25 Jan - 0:52



∞  it's not a good bye.

d i e g o . f i t z d u n c a n . f t . m a d i s o n . c a m p b e l l .


Je n’avais jamais eu vraiment l’occasion de voir ne serait-ce qu’une once de jalousie  venant de lui et je dois avouer que je n’aurai jamais pensé pouvoir observer ça ce soir à cause d’une petite plaisanterie. « D'accord, désolé... Je sais que je peux paraître assez.. jaloux. En même temps c'est normal.  » Dit-il pour se justifier, ce qui me fit doucement sourire. Je trouvais ça tellement mignon, c’était une jalousie innocente que je n’avais pas eu l’occasion de voir depuis longtemps. Ce genre de jalousie n’appartient qu’aux personnes véritablement sincères et finalement, ça m’encourage à ne plus douter de Diego. Ça n’a jamais été contre lui mais mon vécut ne m’encourage pas à faire confiance aux hommes. C’est pourquoi c’est difficile pour moi de donner à Diego autant d’attention et de confiance que j’en reçois de sa part. Tu n’as pas besoin d’être jaloux Diego, crois-moi.  Lui répondis-je simplement.
Puis, après quelques taquineries, je m’étais levée pour rejoindre la salle de bain et faire couler un bain moussant. J’avais envie de me détendre et je pense que Diego aussi.
En revenant dans la chambre, je lui avais donc affirmé que le bain était prêt avant d’aller saisir dans ma penderie ma nuisette de couleur émeraude. Cependant, sans que je ne m’y attende, ce dernier m’attrapa par les jambes pour soulever et avancer jusqu’à la salle de bain en me gardant sur son épaule. Naturellement, je m’étais mise à rire sur le trajet d’autant plus qu’il me tapotait les fesses. Tu es complètement fou Diego Fitzduncan ! Riais-je légèrement au-dessus de son épaule avant qu’il me dépose sur le sol de la salle de bain.  
« Ça va ? Tu me sembles un peu ailleurs. » Mince, je ne pensais pas qu’il le verrait. Je ne voulais pas qu’il puisse observer un changement chez moi. Je m’étais mise à penser à plusieurs choses il y a quelques minutes, plusieurs choses en rapport avec mon passé, mes sentiments et mes difficultés actuelles. Oui, oui, ça va, ne t’inquiète pas. Lui répondis-je alors avant de le suivre dans la baignoire.
Assise entre ses jambes, plaquée contre son torse, je profitais des moments de tendresse que m’accordait Diego en ce moment.   J’ai jamais eu de chance en amour. La première personne dont je suis tombée amoureuse a tué ma sœur. Puis mon ex-mari et moi avons divorcés juste après que je sois tombée amoureuse de lui. J’ai eu beaucoup de mal à avancer, je me suis lancée cœur et âme dans mon association, dans mon magazine et dans mon internat à l’hôpital sans oublier Kenny, le petit bébé qui nous a permis de nous rencontrer dans cet avion. Dis-je simplement en regardant devant moi. Je voulais être sincère avec lui et sa réaction de toute à l’heure me pousse à l’être d’avantage.  Je ne savais pas comment lui expliquer ce que je ressentais alors j’essayais de faire au mieux. Si je te dis ça, c’est pour que tu comprennes pourquoi j’ai autant de mal à accorder ma confiance et pourquoi je peux paraître distante par moment.  J’espérai qu’il comprenne que ces trois mots prononcés n’ont pas été prononcés à la légère.
© DAVINA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: It's not a goodbye Dim 25 Jan - 1:28



   
    Diego Fitzduncan and Madison Campbell
    It's not a goodbye.

H
ome's Madison. 10th january 2015

Alors Madison me rassurait que je n'avais pas être jaloux, mais en même temps une si belle femme comme Madison, je ne pouvais pas m'empêcher de penser ce qu'il y avait eu derrière elle. Si j'étais incapable de donner ce qu'elle attend de moi ? C'était ça qui me faisait peur. Mais ces mots avaient l'air rassurant, mais mon rôle était de la protéger de tout ce qu'il lui arriverait, et parfois je ne serais pas présent malheureusement à cause de mon métier militaire, ça me faisait peur. D'accord, je te fais confiance après tout. Dis-je simplement. Oui, je lui faisais confiance, elle m'avait sauvé plusieurs fois, et j'étais juste serein avec elle sans aucune raison, l'amour me faisait ça.
Par la suite, je m'étais levé afin d'attraper Madison où sur le trajet je tapotais sur ses fesses comme un petit enfant, oui j'adorais l'embêter, rien que pour entendre son rire. Une fois que j'avais posé ses pieds sur le sol, je la regardais sincèrement dans son regard. Fou de toi, oui je le suis. Dis-je en déposant un baisé sur ses lèvres remplis de passion. Oui, Madison m'avait changé complétement depuis ce jour, je ne saurais même pas comment l'expliquer, j'étais devenue une meilleure personne. Je commençais à diminuer mon envie de drogue, je n'y pensais plus tellement, et je craignais qu'une fois retour en Irak, je risquerais d'en reprendre à cause de la douleur que je subissais et j'avais tendance à abuser de la dose.
Alors qu'on était dans le bain, bien chaud, et mousseux, Madison s'était mis entre mes jambes, plaquant son dos contre mon torse. Puis elle s'était mise à parler, dévoilant son passé amoureux, qu'elle n'avait pas été chanceuse dans le passé, je ne savais pas trop quoi dire, j'étais à l'écoute, pendant qu'elle parlait, je déposa mes lèvres sur sa clavicule pour faire un bisous chatouilleux. Eh bien, je ne sais pas quoi dire.. Dis-je, vraiment, aucune idée. Puis je me rendis compte que je devais la rassurer un grand maximum. Je comprend mieux maintenant pourquoi tu ne voulais pas t'ouvrir à moi si facilement. Mais, je peux te rassurer que je ne te ferais jamais du mal, pas de cette façon. J'ai vécu aussi des histoires, mais sans lendemain, je prenais les filles pour acquises. Mais quand je t'ai rencontré, ta façon d'être coriace m'a attiré sans aucune raison, j'ai adoré ton côté de peste, et je pense que c'est pour cela que je suis tombé amoureux, bon j'avoue ton physique y est pour quelque chose, mais tu as un gros coeur Madison. Dis-je doucement près de son oreille. Puis elle poursuivait le faite qu'elle avait du mal à accorder sa confiance aux gens, et ce qui était tout à fait normal, je le comprenais parfaitement. Ne t'en fait pas, je comprend, crois-moi. Prend ton temps avec moi, du moment que tu te sens bien dans cette relation. Dis-je en espérant que mes mots la rassure un grand maximum, puis je voulais rajouter quelque chose, en prenant ses mains qui étaient posés sur son ventre. Si c'est dur, sache que tu n'es plus seule, tu pourras toujours compter sur moi quoiqu'il arrive. En tout cas, je suis désolé pour tout cela, j'aurais pas du tout être indiscret. Dis-je, j'avançais ma tête à l'avant où je pouvais croiser son nez, également son regard, puis je regarda le fond de la baignoire. J'avais 16 ans, je suis parti de chez mes parents.. Et j'ai vécu dans une voiture, pendant un long moment, je subissais les pires humiliations du lycée. Un soir, je travaillais, je voulais prendre ma voiture, il y avait deux hommes qui essayaient de voler ma voiture, qui m'ont tabassés, puis qui m'ont trainer en voiture parce que pour eux c'était marrant et m'ont planté un couteau à l'arrière du dos, ils m'ont laissé pour mort.. Et à ce moment là, je me suis juré de ne plus être faible, d'où pourquoi je suis militaire et médecin. Dis-je me confiant une nouvelle fois de plus, pour qu'elle comprenne que rien n'est facile dans la vie, mais que la vie, elle ne devait plus l'affronter seule, parce que j'étais là, et je pouvais partager ses sentiments qu'elle ressentait.
 
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: It's not a goodbye

Revenir en haut Aller en bas

It's not a goodbye

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» I think that it's time to say goodbye [Libre]
» Goodbye my old friend...
» 08. I guess this is goodbye
» Kiss me goodbye [PV Natasha]
» Goodbye my lover ~ Goodbye my friend /Dawn/

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Oh i oh i oh i oh i
 :: Crazylove in LA :: Saison 3
-