AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

▲ garrett & alice; work is work.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
want to have fun
▲ en ville depuis le : : 16/04/2017
▲ mes mots d'amour : : 925
▲ mon sosie : : Nikolina Dobreva.
▲ deuxième compte : : Sevan Vanderbilt.
▲ copyright : : Dreamy.
▲ âge : : 25 ans.
▲ mon adresse : : Dans le grand manoir familial pour le moment, à savoir si je reste en ville ou pas.
▲ ce que je fais dans la vie : : Chroniqueuse célèbre et égérie dans un journal en pleins cœur de Manhattan.
▲ oooh needed me : :

Eliott + Noan + Jason .
D N A; in my veins.







Robyn + Cameron.
B A E; The best of my life.



MessageSujet: ▲ garrett & alice; work is work. Mer 3 Mai 2017 - 2:09

WORK IS WORK

GARRETT KINGSTON ⊹ ALICE DALGAARD  


Tight like a rope, try to not reach for memories. Lover, lover, what have we done ? We made our heart leap, then it gave up. Lover, lover, let me in. You came in the door like thunder, then hit the floor like thunder. Laying me down you wonder. You came towards like thunder.
J’étais en train de faire mes affaires pour retourner à New York. Ma valise se faisait tranquillement, je savais à présent, j’avais la confirmation que plus rien ne me retenais dans cette ville. Je ne faisais plus partie de ce monde, de son monde… Alors je ne voyais plus l’intérêt de rester ici. J’avais fait le bon choix de venir à cette soirée, cela m’avait permis de réellement dire au revoir à mon passée et de comprendre que ma vie était désormais à New York. Bien entendu, je n’avais prévenue personne que je repartais de nouveau, juste Tyler.

Je pris le cadre photo de lui et de moi, la regardant un moment. Me demandant si je devais la prendre avec moi ou pas. C’est alors que mon téléphone sonna, c’était le new york times. Je fronçai des sourcils et décrocha. J’écoutais donc attentivement. Je me mordis la lèvre un instant avant d’accepter la mission qu’on me chargeait. Cela pouvait faire monter ma carrière de journaliste encore plus haut, j’étais ravie qu’on me donne encore plus de responsabilité. Je raccrochai, remis mon téléphone dans ma poche, ayant toujours la photo de Tyler et de moi dans les mains.

Je souriais de manière vicieuse « Finalement tu ne débarrasseras pas de moi si facilement my sweet Tyler » Répliquais-je en posant alors le cadre. Je pris donc à la place mon sac à main. On m’avait attribué un coéquipier pour cette mission et j’avais déjà un rendez-vous de planifié au café dans quelques minutes. J’envoyais également un sms à un de mes contacts. Si je devais rester dans cette ville merdique, il fallait bien que je changer certaine chose à ma manière et surtout que j’impose mes désirs comme il se devait, si je devais rester dans cette ville c’est comme je le voulais.

C’est donc quelques minutes plus tard que j’arrivais au dépôt street, plus précisément au café. J’entrai donc à l’intérieur du café et j’observai autour de moi. Je reconnus donc mon contact, je ne l’avais jamais vu, mais son apparence et sa stature me révélait que c’était l’homme que je cherchai. Je me plaçai devant lui « Alors cher partenaire » Répliquais-je « Vous êtes prêt à tout révéler ? » Repris-je donc en croisant les bras et ayant un sourire au coin. Je sentais que j’allais bien m’amuser et que les esprits coincés de cette ville n’allaient pas aimés cela, ce qui rendait la tâche plus intéressante.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·



Darkness is my candle.
Alice Penelope Dalgaard ☽ Ces plaisirs violents ont des fins violentes. Dans leurs excès ils meurent tels la poudre et le feu que leur baiser consume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
want to have fun
▲ en ville depuis le : : 28/04/2017
▲ mes mots d'amour : : 135
▲ mon sosie : : andrew garfield.
▲ copyright : : timeless.
▲ âge : : trente ans.
▲ mon adresse : : depot street, greeneville.
▲ ce que je fais dans la vie : : journaliste reporter.
▲ oooh needed me : :

you broke my heart


MessageSujet: Re: ▲ garrett & alice; work is work. Lun 8 Mai 2017 - 19:38

work is work

{ alice dalgaard - garrett kingston }

Aujourd'hui comme on a mon habitude une fois levée j'avais pris mon café une fois sorti du lit. Je profitais un instant du calme, avant de filer sous la douche. Une fois sorti je jetais un coup d'oeil à mon téléphone, et je fronçais les sourcils en remarquant deux appels manqués de mon boulot. J'étais un peu surpris puisque je n'étais pas supposé travailleur aujourd'hui. Je passais alors rapidement ma serviette autour de ma taille avant de les rappeler. Mon patron ne tardait pas a m'informer que je me retrouvais en charge d'un article, que je devais écrire en collaboration avec une journaliste du New York Times. il souhaitait profiter de son retour dans sa ville natale pour cet article. Finalement il m'expliqua qu'elle avait déjà mise au courant et qu'elle était supposée me retrouver dans un café, par chance ce dernier se trouvait pas très loin de chez moi. Une fois mon téléphone je m'étais très rapidement habillé avant de finalement prendre quelques affaires et sortir de chez moi.

Je n'avais pas mis très longtemps avant de rejoindre le café, et je ne remarquais personne entrain d'attendre, je décidais donc d'attendre la personne que j'étais supposé rencontré avant de me commander quoi que ce soit. Je jetais alors un instant un regard sur mon téléphone afin de voir l'heure, et finalement je fus rapidement interrompu par une jeune femme prenant place devant moi. « Alors cher partenaire. » Je relevais un instant le visage dans sa direction, bien que je ne la connaissais pas personnellement, je connaissais la jeune femme de visage. « Vous êtes prêt à tout révéler ? » Je ne pus m'empêcher d'afficher un sourire amusé en la voyant croiser les bras. « Bien sûr et j'espère qu'il en de même pour toi. » répondis-je alors doucement. « Puisque l'on va bosser ensemble je pense que ça sera plus sympa qu'on se tutoie. » repris-je ensuite assez rapidement, ce qui me semblait tout de même plus simple, et puis ne semblions pas avoir tant de différence d'âges que ça tous les deux. « J'espère que tu as plus de détails que moi, puisque mon boss ne m'a pas réellement donné de détails. » concluais-je finalement, espérant que son employeur lui aurait donné plus d'informations que le mien.

··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·


the world was on fire and no one could save me but you, it's strange what desire will make foolish people do. i never dreamed that i'd meet somebody like you. i never dreamed that i'd lose somebody like you. no, i don't want to fall in love, this world is only gonna break your heart. no, i don't want to fall in love. ✰ wicked game, chris isaak.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
want to have fun
▲ en ville depuis le : : 16/04/2017
▲ mes mots d'amour : : 925
▲ mon sosie : : Nikolina Dobreva.
▲ deuxième compte : : Sevan Vanderbilt.
▲ copyright : : Dreamy.
▲ âge : : 25 ans.
▲ mon adresse : : Dans le grand manoir familial pour le moment, à savoir si je reste en ville ou pas.
▲ ce que je fais dans la vie : : Chroniqueuse célèbre et égérie dans un journal en pleins cœur de Manhattan.
▲ oooh needed me : :

Eliott + Noan + Jason .
D N A; in my veins.







Robyn + Cameron.
B A E; The best of my life.



MessageSujet: Re: ▲ garrett & alice; work is work. Mar 9 Mai 2017 - 1:23



work is work
Garrett Kingston & Alice Dalgaard
Je devais partir aujourd’hui pour New-York reprendre ma fameuse vie de célébrité. J’étais restée à Greeneville deux jours et j’en avais déjà marre. Cette ville, ses habitants ne plaisaient pas du tout… Je n’étais définitivement pas de ce milieu et je pense que je n’en ferais plus jamais parti, mais au final… Ce petit séjour avait était bon, je pouvais désormais partir sans me demander ce que j’allais rater puisqu’ils ne valaient pas la peine, et ils ne m’apporteraient rien au final. La plupart des habitants et leur esprit me donnaient des nausées. Bien entendu j’allais regretter quelques personnes, mais ils s’en remettront de nouveau.

Toutefois mes plans avaient changés quand je reçu un sms du journal.  Je le lis attentivement et j’étais clairement heureuse qu’on me propose une mission bien plus qu’importante concernant un sujet qui me plaisait énormément et que je serais ravis de faire. Je pouvais me venger de ce retour qu’on m’a fait et surtout, cela pouvait booster encore plus ma carrière qui était déjà à son apogée. J’étais tellement excité par cette mission et je vis là une opportunité de pouvoir récupérer le seul homme de ma vie, celui qui avait toujours fait battre mon cœur, mais aussi le seul qui avait réussis à pratiquement le brisé… C’était bien autre chose qu’il l’avait brisé, mais Tyler y contribuais.

Enfin bon, je décidai donc de retrouver le binôme qu’on m’avait désigné, ce dernier devait donc m’attendre dans le café de la ville et c’est donc en laissant ma valise en plan afin de retrouvé mon contact. Sur le chemin je pensais à tout à tas de chose, de comment j’allais pouvoir procéder avec d’autres personnes et comment imposer ma façon de penser. C’est pour cela que sur le chemin j’envoyais un sms à une autre personne pour lui donner rendez-vous dans l’après-midi. Maintenant que je savais que j’allais rester en ville quelques temps, et vu le travail que j’avais à faire, je ne devais pas perdre une seule minute.

C’est après un bref instant que j’arrivais au café et je n’eus pas besoin de chercher longtemps avant de reconnaître la personne que je devais rencontrer. C’est donc avec une assurance que je me pointai vers lui « Oh oui crois-moi… Je suis prête à tout » Répliquais-je donc déterminée, je m’installais donc en face de lui et je souriais tandis qu’il commençait les familiarités « C’est vrai… Je suis Alice Dalgaard » Me présentais-je, bien entendu je pouvais comprendre sa surprise en entendant mon nom. La famille Dalgaard était une des plus vieilles familles de la ville, c’était même une des familles fondatrices et très conservatrice de la ville, une des plus importants et ayant plus de choses à cacher dans le fond..

Il était évident qu’un de leur membre de la famille fasse ce travail dans lequel nous étions chargés lui et moi. Il y avait clairement conflit d’intérêt pour le coup. Mais d’un côté, j’étais une des mieux placés pour savoir comment ça se passait et aussi pour avoir beaucoup d’accès à des documents privés « Je sais certaine chose effectivement, mais bien entendu cela ne se fera pas en un jour… Je vais m’occuper de voir toutes les archives de la ville » Lui dis-je alors « Après faudrait recueillir des témoignages, des potins des exemples de ce qu’on pourrait avancer » Continuais-je donc en souriant. Il pouvait voir que malgré mes origines, je n’allais pas laisser cette chance pour nos carrières.


Codage par Emi Burton

··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·



Darkness is my candle.
Alice Penelope Dalgaard ☽ Ces plaisirs violents ont des fins violentes. Dans leurs excès ils meurent tels la poudre et le feu que leur baiser consume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
want to have fun
▲ en ville depuis le : : 28/04/2017
▲ mes mots d'amour : : 135
▲ mon sosie : : andrew garfield.
▲ copyright : : timeless.
▲ âge : : trente ans.
▲ mon adresse : : depot street, greeneville.
▲ ce que je fais dans la vie : : journaliste reporter.
▲ oooh needed me : :

you broke my heart


MessageSujet: Re: ▲ garrett & alice; work is work. Ven 12 Mai 2017 - 1:34

work is work

{ alice dalgaard - garrett kingston }

Je dois dire que j'avais été surpris de voir que j'avais manqué deux appels du journal puisque je n'étais pas supposé travailler aujourd'hui. C'est donc pour cela que je les avais rappelé tout de suis en sortant dans la douche. J'avais bien fais puisqu'on m'offrait une très belle opportunité, je devais travailler en collaboration avec une journaliste du New-York times. Voilà pourquoi j'avais tout de suis accepté. Ayant appris par la même occasion que j'étais supposé retrouver ma partenaire dans quelques minutes je m'étais rapidement préparé avant de me rendre au café, qui par chance se trouvait pas très loin de chez moi.

En arrivant sur place, je remarquais que personne n'était entrain d'attendre, je m'étais donc mis un peu en retrait de la file d'attente afin de pouvoir attendre patiemment, c'est alors que je jetais un coup d'oeil a mon téléphone que la demoiselle avait fait son apparition. « Oh oui crois-moi… Je suis prête à tout » Je me contentais alors d'afficher un mince sourire pendant que nous nous installions. « C’est vrai… Je suis Alice Dalgaard » Bien évidemment je connaissais la jeune femme de nom, elle était connue pour faire partie des familles fondatrices de cette ville, mais surtout pour sa célèbre percée dans la ville de New-York. « Je t'avais reconnu. Je suis Garrett Kingston. » me présentais-je alors à tour, conscient qu'a l'inverse mon nom ne lui dirait rien.

« Je sais certaine chose effectivement, mais bien entendu cela ne se fera pas en un jour… Je vais m’occuper de voir toutes les archives de la ville » Il était clair qu'il allait nous falloir un moment pour rédiger cet article, et commencer par les archives me semblait être une bonne idée. « Ca risque de te faire pas mal de boulot si tu t'en occupes toute seule des archives. » répondis-je alors doucement, ne voulant pas qu'elle se tape tout le travail non plus. « Après faudrait recueillir des témoignages, des potins des exemples de ce qu’on pourrait avancer » Je fus un peu surpris par cette remarque de sa part, après tout les familles fondatrices étaient connues pour respecter les valeurs un peu trop conservatrices de cette ville. Ce qui pour ma part ne me posais de problème non plus puisque je trouvais tout ça un peu stupide pour être honnête. « il va falloir cibler les bonnes personnes pour ça, des personnes qui sont importantes. » répondis-je alors doucement. Quitte a avoir des potins sur la ville, autant que ce soit sur des personnes importantes.

··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·


the world was on fire and no one could save me but you, it's strange what desire will make foolish people do. i never dreamed that i'd meet somebody like you. i never dreamed that i'd lose somebody like you. no, i don't want to fall in love, this world is only gonna break your heart. no, i don't want to fall in love. ✰ wicked game, chris isaak.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
want to have fun
▲ en ville depuis le : : 16/04/2017
▲ mes mots d'amour : : 925
▲ mon sosie : : Nikolina Dobreva.
▲ deuxième compte : : Sevan Vanderbilt.
▲ copyright : : Dreamy.
▲ âge : : 25 ans.
▲ mon adresse : : Dans le grand manoir familial pour le moment, à savoir si je reste en ville ou pas.
▲ ce que je fais dans la vie : : Chroniqueuse célèbre et égérie dans un journal en pleins cœur de Manhattan.
▲ oooh needed me : :

Eliott + Noan + Jason .
D N A; in my veins.







Robyn + Cameron.
B A E; The best of my life.



MessageSujet: Re: ▲ garrett & alice; work is work. Ven 12 Mai 2017 - 3:44



work is work
Garrett Kingston & Alice Dalgaard
L’aventure allait enfin commencer et ce n’était pas pour tout de suite que j’allais pouvoir manger dans un de mes restaurants préférés de New-York avec leur poulet si croquant puisqu’on m’avait demandé de rester afin d’exécuter une mission qui allait mettre pleins gaz et faire décoller encore plus ma carrière dans le milieu du journalisme. Autant j’étais au top dans mes rubriques de conseil grâce à mon doctorat en psychologie, autant j’étais également au top dans le mode et un peu de mannequinat grâce à mon éventuelle beauté, j’avais vraiment envie que mon nom soit davantage connu en tant que journaliste, je n’avais pas passé des nuits blanches à mordiller mes stylos pour réussir mon double cursus en journalisme juste pour faire des rubriques conseils sur l’amour, la mode et parfois même de la musique bien qu’au final cela ne soit pas trop mon domaine.

On m’offrait là une chance unique et même pas seulement que journaliste, mais bien plus encore car je savais qu’avec tous les secrets que cette ville cachait, il y avait largement plus à écrire qu’un bout d’articles, on pouvait même y faire un livre témoignant et révélant tellement de choses que ça en ferait perdre la voix de n’importe quel membre du conseil. Enfin bon, je m’enflammai que trop pour l’heure et il était temps que je revienne à la réalité puisque j’avais rendez-vous avec une personne que je ne connaissais pas et qui pourtant pouvait soit m’aider à cette requête ou au contraire, me la faire ratée ce que je n’espérais pas car je n’étais pas des plus douces et des plus conciliantes bien au contraire.

J’avais semblerait-il déjà prouver à quel point mon ambition et ma carrière pouvait compter pour moi et ce que j’étais prête à faire pour réussir. D’ailleurs, c’était une des raisons pour laquelle je n’étais plus vraiment appréciée dans cette ville alors qu’avant mon départ c’était bien le contraire. Enfin bon, je me présentais… Mais de toute évidence il me connaissait. Cela n’était pas étonnant à vrai dire, que ce soit parce que j’étais une des héritières d’une des familles fondatrices de la ville ou bien de ma célébrité en général, l’un dans l’autre… Mon retour était pas du tout passé inaperçu dans la ville et cette ville parlait beaucoup.

Je souriais donc quand il se présenta « Enchanté alors cher partenaire » Fis-je en lui tendant la main. Autant je pouvais être des plus pestes, des plus garces je pouvais également être de très bonne compagnie et vu que nous devions travailler ensemble, autant lui montrer mon bon côté « C’est vrai que ça va faire beaucoup de travail.. » Fis-je alors « Tu peux voir ce qu’il y a dans les archives de la mairie quant à moi, j’ai les archives de la famille Dalgaard à ma disposition ce qui veut dire que j’ai même ceux des amérindiens de la ville » Lui dis-je alors en souriant. Ma famille était une des rares familles à être de lignée des cherokees d’antan grâce à ma mère et donc si cela se trouve, on pourrait voir comment la transition avait été faite.

Cependant, notre travail ne consistait pas qu’à avoir des traces écrites, mais aussi des témoignages « J’en ai déjà grâce à ma famille, ma famille n’est pas si parfaite et irréprochable comme on le croit et je sais que d’autres aussi comme la famille Reyes » Répliquais-je alors « J’ai encore de très bon contacts avec les enfants des familles conservatrices donc je peux parler avec eux et prendre notes de ce qui peut être intéressant… Après tu peux toujours essayer de voir avec les parents et même d’autres habitants qui peuvent être lié de près ou de loin à ces familles… » Lui proposais-je « Tu es ici depuis un moment, il te font confiance… Ils ont moins confiances en moi » Fis-je donc avec une petite grimace.
Codage par Emi Burton

··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·



Darkness is my candle.
Alice Penelope Dalgaard ☽ Ces plaisirs violents ont des fins violentes. Dans leurs excès ils meurent tels la poudre et le feu que leur baiser consume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
want to have fun
▲ en ville depuis le : : 28/04/2017
▲ mes mots d'amour : : 135
▲ mon sosie : : andrew garfield.
▲ copyright : : timeless.
▲ âge : : trente ans.
▲ mon adresse : : depot street, greeneville.
▲ ce que je fais dans la vie : : journaliste reporter.
▲ oooh needed me : :

you broke my heart


MessageSujet: Re: ▲ garrett & alice; work is work. Mar 23 Mai 2017 - 0:16

work is work

{ alice dalgaard - garrett kingston }

Je n'allais clairement pas laissé les conservateurs de cette ville m'empêcher de faire mon travail. Cet article était clairement une super opportunité pour moi. Travailler en collaboration pour le Times allait forcément donner un coup de pouce a ma carrière. Même si il m'arrivait de devoir me déplacer pour certains de mes articles, je n'avais jamais réellement écrit d'articles pour un journal aussi populaire. Nous allions devoir farfouiller dans les moindres secrets de la ville, et une chose et sûre, cet article une fois publié n'allait pas plaire à tout le monde. Nous risquions d'avoir les conservateurs de la ville sur le dos, mais pour être honnête encore une fois je m'en fichais. Je n'allais pas laissé ce genre de petites choses m'empêcher de faire mon boulot.

Ayant rejoint le café, je n'avais pas eu a attendre très longtemps avant de connaître l'identité de ma collaboratrice. Alice Dalgaard. Même si la jeune femme avait pris soin de se présenter, je la connaissais, du moins de nom. Mais aussi parce que je savais qu'elle était sortie avec Tyler, le petit-ami actuel de ma meilleure amie Sarah. Alors si bien sûr je fichais qu'elle soit apprécié ou non dans cette ville. Pour ma part tant qu'elle n'essayait pas de récupérer Tyler, et par conséquent briser le coeur de ma meilleure amie au passage, je n'avais pas de problème avec elle. Je m'étais également présenté a mon tour, conscient qu'à l'inverse la jeune femme ne me connaissait pas. « Enchanté alors cher partenaire » Je serrais alors la main que la jeune femme était entrain de tendre, affichant un léger sourire au passage.

Nous commencions alors a discuter des choses à faire, par quoi commencer. Quand Alice aborda le sujet des archives, j'avais rapidement rétorqué que ça risquait de lui faire une grosse charge de travail si elle s'en occupait toute seule, je lui proposais alors mon aide. D'autant plus que nous étions partenaire pour cet article, je n'avais donc pas envie qu'elle se tape tout le 'sale' boulot. « C’est vrai que ça va faire beaucoup de travail.. » Conscient qu'elle n'avait pas terminé, j'attendais patiemment que la jeune femme termine sa phrase. « u peux voir ce qu’il y a dans les archives de la mairie quant à moi, j’ai les archives de la famille Dalgaard à ma disposition ce qui veut dire que j’ai même ceux des amérindiens de la ville » Je prenais une nouvelle fois conscience que le nom de la jeune femme risquait de nous être d'une grande aide, après tout c'est clair que sans elle je n'aurais jamais pu avoir accès aux archives de sa famille. Dans cette ville, ce genre d'archive sont secrètement gardé. « Très bien on fait comme ça, on risque d'apprendre des choses intéressantes sur l'histoire de la ville si les archives de ta mère remonte aussi loin. » répondis-je alors doucement. Si l'on pouvait apprendre deux/trois trucs supplémentaires sur l'histoire de la ville, ça ne pourrait clairement qu'être du plus pour nous.

Les témoignages allaient également tenir une part importante dans notre article, mais bien sur pour cela nous allions devoir tous les deux nous concentrer sur les bonnes personnes. « J’en ai déjà grâce à ma famille, ma famille n’est pas si parfaite et irréprochable comme on le croit et je sais que d’autres aussi comme la famille Reyes » Je tiquais un peu en entendant le nom de Reyes. Bien sûr forcément je savais que pour ce genre d'article des gens que je connaissais aller forcément être ciblé. « Je connais les Reyes, enfin deux de leurs enfants. » répondis-je alors, me questionnant un moment, à savoir si j'avais réellement envie de toucher à mes proches. « J’ai encore de très bon contacts avec les enfants des familles conservatrices donc je peux parler avec eux et prendre notes de ce qui peut être intéressant… Après tu peux toujours essayer de voir avec les parents et même d’autres habitants qui peuvent être lié de près ou de loin à ces familles… » Forcément en tant qu'enfant de famille fondatrice, elle avait dû être en contact avec les autres enfants, que pour ma part encore une fois je ne connaissais pas spécialement mise à part Noah et Robyn. « C'est vrai que mise à part les filles Reyes je connais pas spécialement les autres enfants. Je pourrais essayer de voir avec les habitants. » confirmais-je alors, me doutant que j'aurais sûrement un peu de mal a approcher les enfants. « Tu es ici depuis un moment, il te font confiance… Ils ont moins confiances en moi » Effectivement les gens de la ville aurait beaucoup plus confiance en quelqu'un qui vivait ici depuis toujours qu'en une personne ayant quitté la ville pour réussir. « C'est sûr que vivre ici depuis toujours ça aide. » concluais-je alors, confirmant ses dires. « D'ailleurs je suppose que ton retour a du faire quelques étincelles? » la questionnais-je finalement, après tout, en partant elle n'avait pas du se faire que des amis.

··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·


the world was on fire and no one could save me but you, it's strange what desire will make foolish people do. i never dreamed that i'd meet somebody like you. i never dreamed that i'd lose somebody like you. no, i don't want to fall in love, this world is only gonna break your heart. no, i don't want to fall in love. ✰ wicked game, chris isaak.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
want to have fun
▲ en ville depuis le : : 16/04/2017
▲ mes mots d'amour : : 925
▲ mon sosie : : Nikolina Dobreva.
▲ deuxième compte : : Sevan Vanderbilt.
▲ copyright : : Dreamy.
▲ âge : : 25 ans.
▲ mon adresse : : Dans le grand manoir familial pour le moment, à savoir si je reste en ville ou pas.
▲ ce que je fais dans la vie : : Chroniqueuse célèbre et égérie dans un journal en pleins cœur de Manhattan.
▲ oooh needed me : :

Eliott + Noan + Jason .
D N A; in my veins.







Robyn + Cameron.
B A E; The best of my life.



MessageSujet: Re: ▲ garrett & alice; work is work. Ven 9 Juin 2017 - 0:33



work is work
Garrett Kingston & Alice Dalgaard
Bien sûr quand j’entrai dans ce café tout juste après avoir accepté la proposition d’une nouvelle mission qui pouvait faire qu’améliorer ma notoriété dans le milieu journalistique, je ne laissais plus l’occasion de me distraire quand même bien mon cerveau travaillant à mille à l’heure et ayant déjà organiser des rencontres avec des personnes qui pourraient m’être utile lors de mon séjour ainsi que contacté Gareth un de mes gardes du corps qui était d’ici et qui avait déjà eu l’occasion de me protéger lors de quelques voyages, ainsi que d’avoir contacté mon agent afin de le prévenir que je ne ferais pas mon retour à New York prochainement et je lui proposais même des idées de shooting ou autre qui pouvait également faire avancer ma carrière de mannequin en plus de celui de journaliste.

J’étais bien déterminée à poursuivre ma carrière et mon ambition malgré le fait que je sois ici. J’avais assez d’importance pour me permettre de bosser un peu partout, j’avais réussis à faire mes preuves depuis un peu de temps déjà donc je n’avais rien à craindre. Puis ce n’était certainement pas les habitants de cette misérable ville qui allait me distraire. C’est donc d’une attitude professionnelle que je me présentais à mon nouveau collaborateur que le New York Time m’avait mise pour ce projet fort intéressant. Même si selon moi, faire juste un article n’était pas suffisant, c’est pour ça que j’avais également demandé une entrevue audiovisuelle avec mon patron pour lui parler d’un autre projet en parallèle.

Je m’étais donc installé et sans perdre de temps je lui proposais différentes tâches que nous devrions faire, des possibilités à étudier pour ensuite lui confier l’un des avantages que ma famille avait à être une des plus anciennes familles en plus d’être même une famille fondatrice, des archives privées et mon nom un libre accès à autant de documentation que je le voulais concernant la ville. Je crois que le fait de faire partie des grandes familles de la ville avait quelques peu de réconfort dans l’histoire, bien qu’au final leur nom ne valait rien à la grosse pomme. Mais ce n’était pas plus mal, cela m’avait permis de faire mes preuves moi-même et sans être pistonné. Si j’avais réussis dans la vie c’était grâce aux nombreux sacrifices que j’avais dû faire ainsi que le travail acharné dont j’avais fait preuve.

Je souriais, oui je me doutais qu’ils connaissaient les filles Reyes, qui ne les connaissaient pas après tout, enfin je ne dis trop rien… Une je ne connaissais, mais sans réellement amitié avec, une était ma meilleure amie quant à l’heure, nous avions de forts rancunes l’unes envers l’autres, j’avais peut-être lâché son meilleur ami comme elle le disait si bien, sans réellement connaître l’histoire dans sa totalité, mais elle, elle avait lâché mon frère au moment où il avait eu le plus besoin d’elle et ça, ce n’était pas du tout acceptable. Donc forcément, avec cette Reyes-là, je ne voulais pas avoir de contact, j’avais un temps précieux ici et elle ne méritait pas de mon temps ni même mon attention.

Je  hochai la tête de manière positive « Très bien, nous faisons comme cela » Répliquais-je alors simplement sans trop en ajouter, je n’étais pas du genre à déballer ma vie surtout à ceux que je ne connaissais pas. J’eus un petit rire jaune, bien entendu que mon retour avait fait parler, voilà quelques jours que j’étais ici, j’étais déjà dans les potins de Crazylove et je me doutais que ce n’était qu’un début « Oui c’est vrai… Mais j’ai connue bien plus d’hostilité à New York, j’ai appris à vivre avec ce genre d’ambiance et j’en passe, les gens d’ici ne me font pas peur, surtout les rageux » Répliquais-je avec assurance et en haussant les épaules.

Codage par Emi Burton

··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·



Darkness is my candle.
Alice Penelope Dalgaard ☽ Ces plaisirs violents ont des fins violentes. Dans leurs excès ils meurent tels la poudre et le feu que leur baiser consume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ▲ garrett & alice; work is work.

Revenir en haut Aller en bas

▲ garrett & alice; work is work.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» ¤~~You still have lots more to work on~~¤
» Recherche d'un adversaire Paris Saint Lazare
» Jasper & Alice Forever
» Alice Blood [Attente de Réponse]
» Alice Cullen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Cause your love got the best of me
 :: Depot Street :: Café
-