AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
OUBLIEZ PAS DE CRÉER VOTRE BOITES AUX LETTRES (partie communication)
VENEZ VOUS INSCRIRE AUX GROUPES DE DISCUSSIONS !

Partagez|

When we first met Ft. Erin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité

MessageSujet: When we first met Ft. Erin Ven 12 Mai - 21:02



 When we first met.
Erin & Josh'
   

Cela faisait deux jours que j'étais enfin revenu sur les terres américaines dans le but de retrouver un peu de tranquillité. Les différentes conférences qui eurent lieu en Europe, sans oublier les innombrables heures d'avion, m'avaient épuisé. Si bien que je n'avais réellement trouvé le courage de contacter mes amis les plus proches pour les rencontrer à nouveau et leur expliquer à quel point j'avais apprécié les quelques visites guidées que j'avais effectué entre deux missions. J'avais donc pris mon téléphone, le matin même, et les avais convié à une petite sortie entre mecs. Que demander de mieux que de se retrouver au pub du coin pour une soirée totalement masculine, oubliant ainsi les histoires amoureuses des uns et les conquêtes d'un soir des autres. Non, sérieusement, aucune femme ne serait invitée. Les réponses étaient arrivées très rapidement, à croire que je leur avais manqué. A dire vrai, eux aussi ! Et à chaque message positif reçu dans l'après-midi, au plus  tard, mon sourire étincelait encore davantage si bien que beaucoup de clients du restaurant remarquèrent ma gaieté agréable et plaisante. 

Nous étions le mardi soir, et comme chaque mardi, le restaurant fermait à vingt-deux heures. Hors de question de perdre plus de temps, ayant déjà pris un repas dans les cuisines professionnelles de l'établissement, je remontais les marches qui se trouvaient à l'autre bout quatre-à-quatre, à grandes enjambées, il fallait le préciser, me maintenant à la rambarde en bois qui me faisait office de béquille géante. Ouvrant la porte à la hâte, une fois avoir tourné les clés dans la serrure deux fois, j'enlevai mes chaussures d'un geste furtif dans l'entrée avant de courir dans la chambre qui m'était réservée de laquelle je me permis de claquer la porte afin d'être sûr de ne pas être dérangé par mes parents. Jetant mon blouson sur le lit, je me dirigeai vers l'armoire qui renfermait une tonne de fringues que je n'avais pratiquement pas portées. Là vint s'inviter le doute à l'excitation. Comment devais-je m'habiller pour retrouver mes potos ? Ah ! Bordel, c'était certainement la chose la plus troublante que de devoir fouiner dans tous ces paquets de vêtements. Je mis probablement un quart d'heure, si ce n'est quelques minutes supplémentaires, à me dégoter une chemise dans la penderie, un pull aux couleurs pâles que j'avais l'intention de porter par dessus et un jeans bas qui ne collait pas trop aux fesses, histoire d'être à l'aise dans mes mouvements si jamais il me venait l'envie de danser. 

Vingt-trois heures moins dix et j'avais enfin fini de peaufiner ma coiffure en utilisant un gel extra-fort, conscient que ceux qui avaient préféré une coupe plutôt courte me charrieraient sur la longueur de mes cheveux que j'avais décidé de laisser pousser pour éviter d'être pris trop au sérieux. Passant encore quelques coups de mains entre mes mèches, plaçant les dernières rebelles comme je le pus, je sortis enfin de la pièce à coucher que j'occupais lorsque j'étais de visite à Greeneville. Croisant mon paternel dans le couloir, déjà en tenue de nuit, il fit les gros yeux, ayant pensé certainement que j'aurais l'intention d'aller me coucher bien plus tôt que les autres jours, profitant du fait que nous avions fermé à temps la boutique familiale. Je lui rendis une légère esquisse avant de crier assez fort en annonçant mon départ à ma mère qui regardait encore, et toujours, un drama à l'eau de rose sur son ordinateur portable, attendant patiemment son mari qui irait se coltiner, une fois de plus, l'un des nouveaux épisodes fraîchement sortis. Son visage me montra tout le désespoir qu'il ressentait lorsque ma mère me répondit incessamment sous peu, appelant également mon géniteur à se dépêcher car la série commençait. Lui souhaitant bonne chance d'un geste de main, mes pas me guidèrent rapidement vers la porte d'entrée, reprenant le chemin inverse qui me mena à la rue principale de Main Street. 

- Josh', s'écria l'un des mecs de la bande après m'avoir aperçu au loin, sérieux on a cru que t'allais nous poser un lapin, finit-il par me lancer alors que j'approchais à grands pas de ce groupe de fous qui m'attendait sagement à l'entrée. 

- Vous n'avez tout d'même pas cru que j'allais vous laisser tomber, insinuai-je en lançant quelques gestes amicaux à tous ceux qui avaient répondu présent, trop de bordel dans ma commode, va falloir que je prenne le temps de ranger tout ça, affirmai-je pas très satisfait de cette désorganisation. On rentre ou on continue de se les peler, questionnai-je les gars en esquissant un large sourire, frottant mes mains l'une contre l'autre, impatient que nous puissions enfin débuter la soirée improvisée.  

Passant devant le mec de la sécurité qui attendait sagement dehors, vérifiant calmement que l'entrée dans les lieux se faisait dans le calme, c'est avec un regard attentif que j'arpentais les environs de l'immense pièce dans le but de trouver un espace assez grand pour nous y accueillir tous. Heureusement, l'un des mecs avait eu le culot d'appeler le propriétaire des lieux afin qu'il s'oblige à nous garder un emplacement dans un coin sur des canapés entourant une petite table basse. J'attendis après avoir passé mon blouson à la gardienne, alors, que mes compagnons de soirée se désapaient dans l'entrée afin d'y déposer leurs objets personnels dans le vestiaire mis à disposition et bien gardé. Ils étaient venus avec tout leur appartement, ou quoi ? Bref, passons. Je suivis alors celui qui avait réservé pour nous cinq jusqu'à l'endroit où nous devions nous établir. Ah ouais, c'était certainement l'un de ceux les plus calmes mais également les mieux placés pour observer toutes les scènes. 

- Vous commandez quoi, les gars, questionnai-je furtivement l'assemblée, c'est moi qui paye la première tournée, indiquai-je en levant fièrement la carte bleue que j'avais tiré de la poche de mon pantalon.  
 (c) Colyn
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: When we first met Ft. Erin Sam 13 Mai - 2:25

When we first met x Josh & Erin
Esquissant un grand sourire fier après avoir aimablement salué les derniers clients sortant du magasin, Erin leva les bras au ciel pour étirer ses membres et faire craquer son dos. Ayant observé la jolie pendule en bois sablé qui affichait vingt heures passées, son attention se porta ensuite sur son employée qui s’acharnait à compter la caisse de la journée dans la panique. « Ça va aller Rosa' ? J’peux vous laisser gérer ça où vous allez nous faire une syncope dans la minute ?  Au pire c’est pas grave hein, s’il y a une erreur… Vous serez simplement renvoyée demain ! Allé salut ! » Face à la mine déconfite et livide de la jeune femme, la fleuriste ne put s’empêcher de rire de façon diabolique. Le truc drôle avec Rosalie, c’était qu’elle prenait toujours tout au premier degré. La saluant d’une révérence plus qu’exagérée, la belle finit par sortir du magasin, aussi férocement qu’un tsunami.

Passant aussitôt la porte se trouvant juste à côté de sa boutique, elle alla ouvrir sans trop de conviction sa boite aux lettres puis monta activement les escaliers de l’immeuble de style vénitien dans lequel elle vivait ; ses bruits de talons résonnant sur les marches. Une fois la porte de son appartement passée, ses clés et les lettres furent jetées sur une table et ce fut avec rapidité qu’elle se déshabilla tout en se rendant dans la salle de bain. Soupirant d’aise sous l’eau chaude d’une douche bien méritée, elle s’activa tout en devinant que les minutes défilaient. Déferlant dans son dressing avec serviette autour de la taille et des cheveux, mouillant son parquet au passage de quelques gouttes, ses grands yeux ambrés se mirent à détailler sa garde-robe tandis qu’une petite moue incertaine égaya son visage de poupée. Hum. Une robe. Ça serait pas mal. Attrapant l’une de celles qui se trouvaient accrochées - d’un beau vert émeraude et ouverte dans une partie du dos - elle l’enfila rapidement puis se dépêcha de sécher ses longs cheveux ondulés, leur donnant une jolie forme féline. Un maquillage léger mais ravissant, de jolies perles dorées ornant ses oreilles… elle se dévisagea dans le miroir afin de sourire légèrement. Et puis, son téléphone se mit à sonner. Rah. Quoi, elle était déjà en retard ? « Ola » Fit-elle tout en se démenant pour enfiler ses petits escarpins noirs. « Ouais ça va j’arrive !  Contrairement à vous, moi j’suis pas fonctionnaire tu sais ? » Fit-elle remarquer en riant bêtement, attrapant à la vas vite son blouson de cuir noir, son sac et ses clés avant de sortir de sa demeure.

~
Vingt cinq minutes plus tard

« Eh les filles ! Regardez qui est enfin là ! » S’exclama une blonde en voyant la brunette débarquer chez elle, faisant alors crier toutes les autres de joie. Saluant comme si elle était devant un public à l’opéra, sa débilité fit forcément rire tout le monde. Abby, Jenna et Claire. Faut dire qu’avec ces trois blondasses, c’était plutôt facile de les faire glousser. Et ouais, elle était la seule brune de la bande, mais celle qui se démarquait justement. « Alors bébé, on s’est faite toute belle ? » Demanda Abby d’un air faussement coquin. « Ouais et toi, pas encore ? Qu’est-ce tu branles, on est déjà à la bourre !» Rétorqua Erin avant de s’enfuir loin de la concernée qui voulut lui en mettre une. « Bon allé ! Il me reste plus que quatre heures pour m’éclater avant mon couvre-feu ! » Se plaignit Claire d’un air boudeur afin que toutes s’activent. « Oh, pauvre chou… » Se moqua Jenna en faignant de la consoler, tandis qu’Abby pouffait gentiment. « On t’avait dit de ne pas te marier !  » Fit remarquer la belle d’un ton faussement sévère, finissant par rire tout en lui tapotant l’épaule tandis que toutes se dirigeait vers la porte pour sortir ensuite. Bordel, cette soirée allait juste être parfaite.

~
Sept minutes plus tard

« Bon, bah c’est officiel. Je ne monte plus en voiture lorsque c’est Rinnie qui conduit. » Maugréa Jenna tandis que les demoiselles sortaient du véhicule. Lui adressant un merveilleux doigt d’honneur, la concernée ne salua qu’à peine le videur qui poussa sans hésitation les portes du pub pour elles. Après être passée aux vestiaires, la bande de copines débarquèrent enfin dans la pièce principale où déjà pas mal de monde s’amusait malgré ce soir de semaine. Dévisageant les gens autour d’eux et analysant l’ambiance festive, Erin se contenta de sourire malicieusement. « On prend à boire ou quoi ? » Proposa-t-elle une fois au comptoir, avant que Claire ne s’exclame, avec un gros air de gamine : « Des shooters à la fraise ! » Okay. Mais alors deux chacune et cul sec... tradition oblige pour se mettre bien. Et tandis que Abby semblait avoir repérer une table libre pour elles, une voix masculine les stoppèrent toutes dans leurs élan. « HEY WATSON ! » Tournant son regard vers le garçon qui venait de la héler, Erin ne put que malicieusement sourire. « Oh tiens. Luc, Bill et Max ! » Les « potes » du lycée. Sans demander l’avis de ses compares, la belle se dirigea vers la table des gars. « Et allé, c’est encore elle la star pour ce soir ! » Pesta gentiment Jenna tout en roulant des yeux tandis que les trois blondes suivaient les pas de la brune. « Et dire qu’on était les cheerleaders les plus populaires au lycée… Pourquoi c’est la nerd qui rafle toujours tout ? » Murmura avec amusement Abby tandis qu’Erin leur intimait discrètement de la fermer, sans perdre son sulfureux sourire en s’approchant de la table masculine. « Hey ! » Dit-elle une fois arrivée face à eux, sans gêne et toujours très à l’aise. « La Poison Ivy de Greeneville est de sortie ! Ça va ? Venez-vous asseoir avec nous ! » Proposa Max avec entrain tandis que tous hochait vivement de la tête… excepté un. Un gars de type asiat’ qu’elle ne connaissait pas. Un type qui attira très vite son attention. Un type qu’elle ne se priva pas à reluquer discrètement, de bas en haut.

Oh… Pas mal pour un noich.

Le dévisageant tandis que les trois autres dindes avaient déjà pris leurs aises, Erin finit par dire, non sans une esquisse mystérieusement charmante « Pourquoi pas. » S’installant alors à côté de l’inconnu, elle attendit qu’on se décide à lui présenter cette face de citron étrangement attractive.                            
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: When we first met Ft. Erin Sam 13 Mai - 8:26



 When we first met.
Erin & Josh'
   

Chacun de ceux présents à la tablée maintenait dans sa main le verre de Scotch commandé, alors que certains l'avaient déjà entamé, d'autres l'avaient terminé. Il ne restait que moi qui trempais calmement mes lèvres dans le liquide une fois que j'avais porté ma bouche sur le bord du contenant en cristal. Peu habitué à boire de l'alcool, je préférais y aller doucement évitant ainsi de perdre tous mes moyens. Vu ma santé fragile, il était même non-recommandé de s'amuser à boire d'une traite ce genre de boisson alcoolisée. Mes mains autour du verre que je venais de délicatement poser sur la table, certains de mes camarades levèrent le doigt vers le serveur afin qu'il leur rapporte la même commande. Décidément, ils n'avaient pas bien changé, moi qui pensais que mon départ aurait de nouveau tout chambouler, tout comme la dernière fois, il n'en fût rien. C'est alors que les questions commencèrent à fuser par rapport à mon périple en Europe. Une large esquisse vint prendre possession du bas de mon visage et je ne pus les faire attendre plus longtemps. Je passais ainsi un bon moment à l'heure expliquer les visites m'ayant le plus marqué. Entre les criques, notamment celle de l'Île-vierge en France passant par le château de Warwick, sans oublier les nombreux sports à sensation que j'avais pu tester tels que la chute libre, l'hydrospeed et le cannyoning... On pouvait largement dire que je m'étais amusé comme un petit fou pendant mes longues missions et, dans leurs yeux, je voyais parfaitement qu'ils auraient aimé être présents eux aussi. 

- On essayera de trouver des activités similaires à faire ensemble, promis-je avant de tremper de nouveau le bout de mes lippes dans le Scotch, je suis sûr qu'on peut trouver pas mal de choses sympas dans le coin, en cherchant un peu, déclarai-je en posant mon verre, le lâchant enfin de ma prise, et puis c'est tout de même plus amusant à plusieurs, hein, affirmai-je en leur lançant un vague clin d'oeil.

Alors que l'un d'eux allait prendre la parole à son tour, ce dernier fût coupé par un autre mec de la bande qui parla à une personne étrangère au groupe. Instinctivement, mes yeux se posèrent tout d'abord sur mon collègue de beuverie et, suivant la trajectoire de son champ visuel, je me retrouvais à porter toute mon attention sur la brunette qu'il avait incité à s'avancer vers notre table. Mon visage devint naturellement grave et mes pupilles ne l'invitèrent pas chaleureusement à rester trop longtemps malgré l'intention de l'un de mes partenaires à les faire s'installer à nos côtés. Nos regards se croisèrent très furtivement, puisque je n'eus aucun mal à décrocher mes globes des siens, peu convaincu que sa présence, et celle des autres nanas, était la bienvenue. Moi qui avais fait en sorte d'envoyer le SMS qu'à des hommes, j'étais bien servie avec toutes ces demoiselles ! Et, alors que les blondinettes prirent leurs aises près de mes copains que je côtoyais depuis plus de cinq ans, plus de dix ans pour certains, voilà que la fille aux cheveux ondulés poussa quelque peu l'un des types afin qu'elle puisse tranquillement poser ses fesses près des miennes. De manière instantanée, je glissai mon derrière sur le canapé afin de me décoller d'elle et tournai ma tête à l'opposée de sa personne afin de lui faire comprendre que je n'étais pas intéressé. 

- Watson, j'te présente David à ta gauche, l'mec qui dit toujours "oui" à tout, même s'il ne comprend pas forcément de quoi l'on parle, se moqua-t-il gentiment alors que le concerné lui envoya une grimace bien communicative, il s'occupe des transactions immobilières, indiqua-t-il, je n'sais pas si tu l'as déjà croisé dans Greeneville, demanda-t-il rapidement avant de laisser tomber la réponse pour me présenter à mon tour. Et puis y'a Josh qui vient de revenir de l'étranger et qui nous parlait justement des activités qu'il avait pu faire, affirma-t-il, convaincu que je m'étais beaucoup plus amusé que je n'avais travaillé, pour le coup. Ça vous tenterait p'tete de nous accompagner un jour si l'on décide de faire une sortie sportive en mer ?


Pa-Pa-Pardon ? Mes yeux grossirent brutalement comme si l'on venait de me donner un coup de pelle à l'arrière du crâne, ma tête s'avança vers l'avant alors que mes sourcils se soulevèrent assez haut pour faire comprendre à mon camarade qu'il venait tout de même d'inviter des inconnues à une activité masculine que nous étions sensés exercer que tous les cinq. Pour le coup, il me déçut et je lui fis bien comprendre par un mouvement de bouche qui voulut tout dire, notamment par la pression que ma mâchoire effectua sur mes dents, laissant ainsi mes muscles des arêtes se contracter. Quel crétin, ce mec ! Faisant le tour de la table pour voir les réactions des hommes qui semblaient se trouver en bonne compagnie, et l'apprécier qui plus est, je compris qu'ils n'étaient pas contre l'idée que les demoiselles qui les avaient rejoint fassent partie du voyage. Bande de courges...! Prenant une grande inspiration afin de garder mon calme, j'attrapai le verre à moitié vide qui se tenait en face de moi et n'hésitai pas à prendre, cette fois-ci, la totalité du liquide fort qui s'y trouvait en une goulée. 


- Je ne pense pas que ce soit une activité pour des femmes, elles risqueraient de se casser un ongle, finis-je par répondre à toute cette conversation qui se tenait autour du meuble bas sans me permettre de regarder ni l'une, ni l'autre, des sirènes qui se pavanaient telles des tourterelles auprès de mes potes. Je n'ai vraiment pas envie d'avoir ça sur la conscience, me moquai-je volontairement avant de me redresser pour chercher le serveur des yeux et ainsi lui redemander de me remettre la même chose.

Mes partenaires de sortie se regardèrent les uns les autres alors que je ne comprenais pas pourquoi cette réaction subite de mes acolytes. Avais-je dit une connerie ? Qu'y avait-il de mal à prévenir ces demoiselles que ce n'était pas fait pour les midinettes ? C'était même plutôt gentil de ma part, non ? Quoi qu'il en soit, posant mon dos contre le dossier du canapé sur lequel j'étais installé, je ne portais aucune réellement attention à la brunette qui avait eu le culot de me faire reculer pour qu'elle puisse se faire la place qu'elle souhaitant. Impolie ! Malgré tout, le petit David semblait être déjà bien mordu de l'invitée surprise, si bien qu'il ne cessait de poser son regard sur la robe verte qu'elle portait, mais plus particulièrement sur son visage et ses jambes dénudées. Si ça pouvait lui faire plaisir... Mes yeux se dirigèrent vers le plus vieux, celui qui était également maqué avec une demoiselle ravissante et amoureuse, haussant les épaules à son intention, il fit de même, ne comprenant pas vraiment ce qui était passé par la tête des trois autres. Super comme soirée de retrouvailles en tout cas. 

- Vous n'aviez pas prévu autre chose, demandai-je brutalement en tournant, enfin, mon portrait vers la fameuse Watson. Attends..., soudain mes sourcils se froncèrent, laissant quelques légèrement marques bien prononcées se dessiner entre ceux-ci, tel un lion furieux que l'on aurait mis en cage sans son consentement, Watson comme ... 

- Nan, dit l'un de mes compères en secouant la tête alors qu'il avait déjà passé un bras sur la taille d'une des blondes qui faisait partie de la bande des filles. Mon attention se porta donc sur lui, lui demandant ainsi un peu plus de détails, si possible, elle, elle est indépendante. Rien à voir avec son bouffon de père, insista-t-il. Elle est tout de même beaucoup plus cool que son daron et prône le libertinage bien plus que lui aussi, plaisanta-t-il 

Libertinage...? Bon, passons. Ce n'était pas réellement important. Mon faciès se tourna de nouveau sur la fameuse fille de Monsieur Watson. Ce nom m'horripilait au plus haut point, soit dit en passant. Papa Watson qui avait mis, et mettait encore, mes parents dans une sacré merde financière depuis plus de trente ans. Mes yeux se plissèrent fermement alors que mes lèvres se pincèrent l'une contre l'autre par colère, dégoût et mépris, possiblement. Bien qu'elle semblait ne rien avoir affaire avec son paternel, elle avait tout de même du sang de cet ingrat qui coulait dans ses veines, et rien que pour ça, je ne pouvais que la détester et haïr sa présence à mes côtés.  
 (c) Colyn
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: When we first met Ft. Erin

Revenir en haut Aller en bas

When we first met Ft. Erin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» marloes orhen - erin heatherton.
» Erin McAlister • Donner sans rien attendre en retour
» 05. I Love Rock'n Roll [PV ERIN]
» L'herbe est toujours plus verte chez les autres. / pv Erin
» Go Wynwoooooooood ! [Erin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Oh i oh i oh i oh i
 :: Crazylove in Greeneville :: saison 1
-