AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Your heart is as cold as the ground (ft. Aaron)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
love on brain
▲ en ville depuis le : : 27/04/2017
▲ mes mots d'amour : : 564
▲ mon sosie : : Emma Watson.
▲ copyright : : blue walrus, beerus.
▲ âge : : 25 ans.
▲ mon adresse : : church street, greenevile.
▲ ce que je fais dans la vie : : journaliste free-lance, aspirante écrivaine.
▲ oooh needed me : :

MessageSujet: Your heart is as cold as the ground (ft. Aaron) Mer 14 Juin - 1:22

Your heart is as cold as the ground

Aaron & Robyn

L'arrivée de sa belle-mère est désormais imminente. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que Robyn est stressée. Très stressée. Cette journée, elle l'a donc passée dans la maison. Et elle a tout fait pour s'occuper l'esprit. Ce qui, en soit, n'a pas été bien compliqué : les travaux ont d'ores et déjà commencé. Enfin, pas "officiellement". Elle n'a embauché personne, n'a pas non plus tout peaufiné. Et tant mieux, d'ailleurs. Parce que la seule idée d'accueillir sa belle-mère dans d'horribles conditions aurait pu lui filer de l'urticaire.

Malgré tout, elle a fait pas mal de ménage et de tri, ces derniers jours. Et particulièrement aujourd'hui, vendredi. Fin de semaine, c'est ce soir qu'elle débarque et Robyn ne sait même pas pour combien de temps ... Elle a prévu quelques repas en avance du coup, juste au cas où.

Quand elle jette un œil à son portable, la jeune femme constate qu'il lui reste une heure. Aaron va chercher sa mère à l'aéroport, et c'est à peu près dans ces horaires-là qu'il rentrera. Enfin, qu'ils rentreront, pour le coup. Elle a donc tout juste le temps de terminer de ranger le bureau d'Aaron. Elle a bel et bien vu sa photo sur le meuble, ce qu'elle trouve adorable d'ailleurs. Mais ce qu'elle découvre ensuite, dans le tiroir le plus en bas, lui chasse ça de la tête.
D'autres photos, d'abord. Des amies ? Des membres de sa famille ? L'hypothèse la plus probable, est que ce sont des exs. Parce que, sur certaines, il apparaît lui aussi, et semble très proche de ces jeunes femmes.

Sans doute cette découverte n'aurait-elle pas fait une grande différence, si elle n'avait pas trouvé autre chose. Elle aurait, peut-être, été en discuter directement avec Aaron. Mais juste en-dessous de ces photos, elle trouve des papiers bien spécifiques. Des papiers de divorce. Est-ce que c'est une blague ? Elle est saisie d'un vertige, tout à coup. Tant et si bien qu'elle doit se retenir au bois du bureau, pour ne pas chanceler pour de bon.

La colère survient, ensuite. Une colère sourde, qui pourrait presque l'aveugler. Mais qu'elle ravale parce qu'elle sait qu'elle n'a pas le temps. Parce qu'elle sait qu'elle doit se préparer.

Elle remet tout ça à l'exact endroit où elle y avait trouvé, c'est-à-dire dans le tiroir du bureau. Puis elle file dans la salle de bain, refermant la porte derrière elle. Tous ses gestes sont devenus robotiques. Elle se débarrasse de ses vêtements, et se positionne sous le jet d'eau -qu'elle veut fraîche, très fraîche-. La douche a le mérite de lui remettre les idées en place. De la préparer -rien qu'un peu- à ce qui va suivre. Une fois sortie de la salle de bain, elle enfile un short en jean et un débardeur noir tout ce qu'il y a de plus simple, avant d'attacher ses cheveux en un chignon désordonné. Elle n'a pas la foi de faire plus d'efforts que ça.
Elle vient tout juste de jeter sans plus s'en soucier toutes ses affaires sur son lit quand la porte d'entrée s'ouvre. Bon, il va falloir les affronter maintenant ... Et afficher un air heureux. Diable, que ça va être difficile.
Made by Neon Demon


··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·

en présence très réduite jusqu'au 9 août
You don't own me, I'm not just one of your many toys. You don't own me, don't say I can't go with other boys, don't tell me what to do and don't tell me what to say. Please, when I go out with you, don't put me on display.

You don't own me, don't try to change me in any way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
love on brain
▲ en ville depuis le : : 06/05/2017
▲ mes mots d'amour : : 119
▲ mon sosie : : Dan Stevens
▲ deuxième compte : : Je galère déjà avec un seul, alors deux !
▲ copyright : : Tumblr
▲ âge : : 32 ans
▲ mon adresse : : Church Street - Greeneville
▲ ce que je fais dans la vie : : Directeur Financier
▲ oooh needed me : : ROBYN
CAROL & ROBYN
CAROL
NOAH
ALICE
CHANGER

MessageSujet: Re: Your heart is as cold as the ground (ft. Aaron) Mer 14 Juin - 2:22



Your heart is as cold as the groundRobyn & Aaron La présence de certaines personnes m’agace fortement, mais celle de ma mère m’énerve plus que tout au monde. Toujours quelque chose à redire ou rectifier. À peine a-t-elle posé un pied sur le sol américain qu’elle critique le nœud de ma cravate. Fort heureusement, elle n’est pas venue avec l’être qui représente administrativement mon beau-père sinon je me serais fait un plaisir de les renvoyer en Angleterre. Le trajet en voiture me semble affreusement long et court à la fois. Sa voix ne cesse de s’élever afin de critiquer. Qu’elle s’en prenne à moi je peux le comprendre, au fonds cela ne changera pas d’habitude. En revanche qu’elle commence à déverser son venin sur Robyn, non, je ne l’apprécie guère. Alors je bronche, je rétorque. J’ignore combien de temps elle restera à la maison, une heure ou deux j’espère, mais si elle s’éternise trop longtemps je risque d’imploser.

« Tu sais je ne comprends pas que tu as de l’épouser ! J’ai bien vu comment elle te regardait durant la cérémonie ! Pourquoi tu n’as pas épousé ton ex-petite amie… Comment s’appelait-elle déjà ? Tu te souviens la petite rousse toute mignonne… Claire ! »

Je ne réponds pas. J’imagine que lorsqu’elle sera devant Robyn elle sera toute mielleuse à la complimenter alors qu’elle ne l’apprécie pas réellement. Génial. Heureusement que la tension est redescendue, entre Robyn et moi-même sinon…

« Adorable cette petite Claire ! Gentille, altruiste, empathique… Un parcours scolaire irréprochable, une situation en or… Elle était architecte d’intérieur non ? Vraiment Aaron je ne comprends pas pourquoi ce n’est pas elle que tu as épousée. Robyn a l’air très gentille certes, mais elle profite un peu de toi non ? »

Elle m’énerve de plus en plus. Je tente de rester calme sinon elle risque de finir la route à pieds.

« Écoute que tu le veuilles ou non c’est ma femme. Et je te demanderai de respecter cela. J’ai choisi de l’épouser elle et pas une autre, c’est clair ? »

« Oh le beau lapsus ! »

« Avec tout le respect que je te dois, ne dis plus rien ou on va se disputer avant l’heure ! »

« Oui, mais tout cela pour te dire que Claire me semblait plus en adéquation avec toi ! J’espère que tu lui parles encore ! »

Bien évidemment et je déjeune avec elle une fois par semaine. Mais que croit-elle ? Que je continue d’entretenir des relations avec toutes mes ex-petites amies ? Si c’était le cas, Robyn ne me verrait plus du tout. Lorsque je romps, je coupe définitivement les ponts avec l’autre, mais j’ai l’impression que cette information a été accidentellement oubliée par ses soins.

« Tu ne me demandes pas de nouvelle de ta sœur et de ton frère ? »

« Demi-sœur et demie-frère administratif ! »

Répliquais-je en m’arrêtant au feu rouge. Elle n’a toujours pas rencontré Robyn et elle m’agace. Comment la soirée va-t-elle s’achever ?

« Tu pourrais au moins faire l’effort d’apprendre à connaître ma femme. Si tu ne le fais pas pour elle, fais-le pour moi ! »

Je ne demande pas, j’exige. Je suis intransigeant lorsqu’il s’agit de protéger Robyn. Et puis de toute manière je ne lui laisse pas le choix. Lorsque nous arrivons enfin à la maison, je pousse la porte d’entrée, fronce les sourcils en cherchant mon épouse du coin de l’œil. Personne dans le salon ni la salle à manger. J’imagine qu’elle doit finir de se préparer dans la chambre.

« Installe-toi dans le salon, je vais la prévenir ! »

Sans perdre une seule seconde je file dans notre chambre, repousse la porte avant de m’approcher d’elle l’air inquiet. Je sais qu’elle est tendue et stressée, mais là… L’ambiance semble être tout autre. Sans réfléchir, mes bras cernent son buste, mes lèvres cherchent les siennes tandis que je caresse son dos dénudé.

« Je suis là… Tout va bien se passer n’ai crainte. Je t’ai fait la promesse de ne jamais t’abandonner, je tiens toujours mes promesses mon Cœur. »

J’embrasse furtivement ses lippes charnues avant de glisser ma main contre la sienne. Lorsque nous arrivons dans le salon, ma mère se lève chaleureusement. Ah oui ? Elle peut agir ainsi ? Alors, pourquoi m’enquiquiner tout à l’heure ?

« Je suis ravie de rencontrer celle qui a réussi à faire changer d’avis mon fils ! Lui qui pensait que le mariage était inutile ! Je suis heureuse de voir qu’il a changé d’avis ! »

Oups. J’ai parlé trop vite. Évidemment c’était trop beau pour être vrai. 

« Maman ! »

Grognais-je.

« Oui bon, c’est un compliment voyons. Robyn a réussi à te passer la bague au doigt ! Cela te change de tes heures de travail acharnées ! »

Pour le coup elle n’a pas tort. J’espère qu’elle va se taire quant au sujet des enfants sinon je l’expulse d’ici à grands coups de pieds.

« Bientôt les enfants ! J’espère qu’Aaron tu me préviendras ! En tout cas Robyn je vous félicite, vous arrivez à supporter mon fils et son mauvais caractère ! Je suis certaine que vous me ferez de beaux petits enfants ! »

Et voilà… Le sujet des enfants tombe. Elle ne pouvait pas se taire pour une fois ? Instinctivement j’attrape la main de mon épouse afin de la rassurer.

« En tout cas je suis très heureuse de vous voir aussi épanouie ! Vous avez changé mon fils. Il ne parle que de vous et ne pense qu’à vous ! Quand je pense qu’il a écourté son voyage pour vous retrouver vous… »

« Bon tu veux boire quelque chose ? »

Je la coupe, sinon Robyn va se poser trop de questions à mon sujet.

« Un verre d’eau s’il te plaît. Le voyage m’a donné exténuée ! »

« Tu veux quelque chose mon Cœur ? »

Demandais-je à Robyn d’un air faussement calme. Quinze minutes qu'elle est ici et elle m'exaspère déjà... Alors je n'ose imaginer l'état de Robyn.

© Justayne

··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·



« Aimer c’est savoir dire je t’aime sans parler. »

« […] et au premier battement de ses paupières, je l’ai connue. C’était elle, l’inattendue et l’attendue […] » 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
love on brain
▲ en ville depuis le : : 27/04/2017
▲ mes mots d'amour : : 564
▲ mon sosie : : Emma Watson.
▲ copyright : : blue walrus, beerus.
▲ âge : : 25 ans.
▲ mon adresse : : church street, greenevile.
▲ ce que je fais dans la vie : : journaliste free-lance, aspirante écrivaine.
▲ oooh needed me : :

MessageSujet: Re: Your heart is as cold as the ground (ft. Aaron) Mer 14 Juin - 10:33

Your heart is as cold as the ground

Aaron & Robyn

Comment est-elle censée agir après tout ça ? Elle aurait aimé que les choses soient plus simples, que sa question n'ait pas lieu d'être. Mais non, au lieu de ça, elle est toujours là, dans la chambre, à tergiverser alors que la porte d'entrée vient de s'ouvrir. Deux voix lui parviennent nettement aux oreilles : celle d'Aaron, d'abord. Et celle qu'elle devine appartenir à sa belle-mère. Elle prend une profonde inspiration mais avant d'avoir pu trouver le courage nécessaire à cet affrontement, Aaron débarque dans la chambre.

Là, c'est le pompon. Elle se fige sur place, mais ne bronche pas quand il s'approche d'elle. Visiblement, il prend sa gêne apparente, couplée à bien d'autres sentiments encore qu'elle s'efforce de refouler depuis tout à l'heure, pour de l'appréhension vis-à-vis de la visite de sa belle-mère. Il y a de ça, bien sûr. Mais pas que, de toute évidence. Et elle a bien du mal à freiner tout ça. Il le faut, pourtant.
Sa belle-mère étant dans l'autre pièce, ce n'est pas le moment de faire une scène ...

De toute façon, Aaron ne lui en laisse pas vraiment le temps et bien heureusement. Elle hoche la tête à une ou deux reprises, et ça passe totalement inaperçu. Du moins, c'est ce qu'il semblerait.

L'arrivée dans le salon est assez rassurante, sa belle-mère se levant pour la saluer comme il se doit. Robyn dégage sa main de celle d'Aaron - un brin sèchement, faut l'avouer -, pour aller lui faire la bise. C'est le minimum. « Je suis ravie de vous rencontrer, moi aussi. » Bien sûr que c'est la vérité. Mais c'est peut-être un peu trop tôt ... Quoi qu'ils sont mariés depuis des mois. Il aurait fallu expliquer ça et autant dire que ce n'est pas l'idéal.

Discrète et silencieuse, elle assiste à l'échange mère/fils, un sourire léger flottant sur ses lèvres. En même temps, au vue de ce qui se dit, elle n'a guère envie de trop s'impliquer. Trop de choses fourmillent déjà dans sa tête. De nouveau, Aaron attrape sa main. Si Robyn ne peut guère s'en dégager - question d'image, tout ça -, elle se refuse en revanche à mêler leurs doigts, à se montrer tendre comme elle peut l'être parfois. « Non merci, ça ira. » Pour accompagner sa réponse, elle secoue négativement la tête de gauche à droite.

Aaron file dans la cuisine, et Robyn en profite pour croiser les bras sur sa poitrine. Là, comme ça, il ne pourra plus s'accaparer sa main. Elle se tourne en direction de sa belle-mère, avec qui il lui semble nettement plus aisé de discuter que ce qu'elle avait imaginé. En même temps, ce qu'elle a découvert dans le bureau d'Aaron l'aide à réduire l'importance de tout le reste. « Alors, vous avez fait bon voyage ? »
Afficher un air désinvolte. Et surtout, surtout, ne pas laisser le silence s'installer. Ce serait criminel. Pour elle.

Face à elle, sa belle-mère affiche une mine mi-réjouie, mi-mystérieuse, ce qui attise la suspicion de Robyn sans qu'elle n'en dise quoi que ce soit. Quelque chose lui dit que tout n'est pas sincère, dans cette rencontre ... Mais quelle importance, hein ? Si ça se trouve, Aaron a l'intention de demander le divorce d'ici quelques semaines, et elle n'aura plus rien à faire avec cette femme. « Oui, très bon, merci. Tiens, je vais aller faire un tour de la maison, ça fait bien longtemps que je ne l'ai pas vue, des choses doivent avoir changé. » Un petit peu, rien qu'un peu. Jusque-là, Robyn ne s'autorisait pas vraiment à modifier quoi que ce soit. Il n'y a que son bureau qu'elle découvrira métamorphosé. D'ailleurs, elle ne sait même pas à quoi servait cette pièce, avant son arrivée.
Démêlant ses bras, Robyn fait un pas dans sa direction. « Je vais vous accompagner ... » Mais sa belle-mère lève la main dans sa direction. « Mais non voyons ! Va voir ton mari qui rentre tout juste de voyage. Je peux me débrouiller toute seule. »

Son ton est sans appel. Robyn n'a pas le choix, elle l'a bien compris. Elle hoche la tête, tâchant de ne pas avoir l'air trop dépité, avant de tourner les talons en même temps que sa belle-mère. Sauf qu'elles partent chacune d'un côté.

Robyn traîne des pieds mais elle n'a pas trop le choix : la cuisine est juste à côté, Aaron a sans doute tout entendu. Elle se contente de s'arrêter à la porte de la cuisine, contre laquelle elle s'appuie avec son épaule. Les bras de nouveau croisés sur sa poitrine.
Non, elle n'a aucune envie d'être là.
Et non, elle ne regarde qu'à peine dans sa direction et ne fera pas un seul pas de plus vers lui.
A vrai dire, elle n'a même pas envie de parler de tout ça avec lui. A quoi bon ? Il est peut-être bien, finalement, le meilleur des acteurs qu'elle ait jamais rencontré ...
Made by Neon Demon


··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·

en présence très réduite jusqu'au 9 août
You don't own me, I'm not just one of your many toys. You don't own me, don't say I can't go with other boys, don't tell me what to do and don't tell me what to say. Please, when I go out with you, don't put me on display.

You don't own me, don't try to change me in any way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
love on brain
▲ en ville depuis le : : 06/05/2017
▲ mes mots d'amour : : 119
▲ mon sosie : : Dan Stevens
▲ deuxième compte : : Je galère déjà avec un seul, alors deux !
▲ copyright : : Tumblr
▲ âge : : 32 ans
▲ mon adresse : : Church Street - Greeneville
▲ ce que je fais dans la vie : : Directeur Financier
▲ oooh needed me : : ROBYN
CAROL & ROBYN
CAROL
NOAH
ALICE
CHANGER

MessageSujet: Re: Your heart is as cold as the ground (ft. Aaron) Mer 14 Juin - 11:37



Your heart is as cold as the groundRobyn & Aaron L’échange qui vient de se dérouler entre ma mère et moi-même donne le ton. Ajouté à cela j’ai l’impression que la venue de sa belle-mère ne plaît pas énormément à Robyn. Et puis je sens que quelque chose ne va pas, qu’est-ce que j’ai encore dit ou fait ? Nullement le temps de me poser davantage de questions que je file en cuisine préparer un verre d’eau. Je perçois de loin la discussion entre les deux protagonistes. Ma mère fidèle à elle-même et Robyn qui semble préoccupée. Lorsqu’elle file faire un tour de la maison, mon épouse me rejoint en traînant les pieds. Je sais que cela ne doit pas être simple pour elle, surtout connaissant ma mère.

« Il y a un souci ? Alors que penses-tu de ma mère ? »

Demandais-je d’un air curieux en sortant les glaçons du congélateur. C’est drôle, mais j’ai l’impression qu’elle me fuit du regard ou me fuit tout simplement. Tout à l’heure lorsque j’ai pris sa main elle n’a rien répondu : pas d’entrelacement. Rien de rien. Si c’est comme ça, je ne fais plus un pas vers elle pour la journée ou la semaine… De toute manière elle ne me verra pas beaucoup j’ai beaucoup de travail qui m’attend. Et puis Robyn est une femme indépendante elle n’a certainement pas besoin que je vienne l’embêter avec quelque chose dont elle ne veut, peut-être pas, me faire part. Je me demande même si elle a confiance en moi ? Lorsque mes orbes croisent les siennes, je fronce les sourcils. Non. Elle n’ajoute rien de plus. Au même moment sa belle-mère arrive. Génial. Il ne manquait plus qu’elle.

« Ton bureau Aaron est très sobre, voire impersonnel ! Tu pourrais quand même faire un effort sur la décoration ! Ajoute une plante verte parce que là… Bonjour la froideur que cela dégage. Bureau en verre, baie vitrée… Par contre le vôtre Robyn est… J’adore totalement ! La décoration en parfaite harmonie avec votre personne. Bravo ! »

Je lui tends son verre d’eau. Si elle pouvait, s’étouffer avec cela m’arrangerait.

« Le tien Aaron est froid et non chaleureux ! Un peu comme toi en somme ! J’espère qu’il n’est pas aussi froid avec vous Robyn ? Il sait pourtant être très courtois et aimant quand il le veut… Comme avec… »

« Maman ! »

J’interviens avant qu’elle ne prononce le prénom de mon ex-petite amie. Ce n’est guère le moment d’en rajouter davantage.

« Oui bon… Elle a le droit de savoir que tu sais te montrer protecteur et affectueux, non ? Je sais comment tu te comportes. Tu es mon fils quand même ! »

Elle le sait déjà, nullement la peine qu’elle en continue de déverser son venin en évoquant mes exs petites amies.

« Robyn je vous félicite, vous le supportez tous les jours ! Bravo ! Je ne pourrai pas à votre place. »

« Cela tombe bien, elle n’est pas à ta place. »

Oups. Je n’ai pas pu m’en empêcher. Mais c’est vrai… Elle n’est pas Robyn, heureusement.

« Bon je suis quand même heureuse de le savoir marié à une jeune femme telle que vous ! »

Enfin une parole plus ou moins correcte. J’espère que cela va continuer. De temps à autre je regarde Robyn qui semble surprise par la nature de notre conversation. Mais en même temps elle semble préoccupée par quelque chose.

« Vous êtes toute pâle, rien de grave j’espère ? Attendez ! Ne me dites pas que vous êtes enceinte ? »

Demanda-t-elle tout sourire aux lèvres. Mais elle ne peut pas se taire ? Les enfants ne sont actuellement pas une préoccupation pour moi, loin de là même !

© Justayne

··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·



« Aimer c’est savoir dire je t’aime sans parler. »

« […] et au premier battement de ses paupières, je l’ai connue. C’était elle, l’inattendue et l’attendue […] » 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
love on brain
▲ en ville depuis le : : 27/04/2017
▲ mes mots d'amour : : 564
▲ mon sosie : : Emma Watson.
▲ copyright : : blue walrus, beerus.
▲ âge : : 25 ans.
▲ mon adresse : : church street, greenevile.
▲ ce que je fais dans la vie : : journaliste free-lance, aspirante écrivaine.
▲ oooh needed me : :

MessageSujet: Re: Your heart is as cold as the ground (ft. Aaron) Mer 14 Juin - 14:50

Your heart is as cold as the ground

Aaron & Robyn

L'atmosphère est loin, très loin, d'être chaleureuse. Heureusement, sa belle-mère semble ne pas s'en rendre compte. Robyn le devine à la façon qu'elle a de parcourir l'espace comme s'il lui appartenait, de tout commenter sans se soucier de heurter qui que ce soit. Si elle accepte d'aller jusqu'à la cuisine, c'est bien parce qu'elle n'a pas le choix, et surtout aucune envie de laisser entendre à sa belle-mère que quelque chose ne va pas entre eux. Ce n'est pas le moment. Et elle n'a pas à tout savoir. La - ou plutôt les - questions d'Aaron la laisse pantoise. Que répondre à ça ? Son visage fermé n'augure rien de bon, il doit l'avoir deviné. Elle essaye, pourtant, de faire des efforts, ne serait-ce que devant la mère d'Aaron.
Elle ne lui répond pas parce qu'elle ne sait pas quoi dire. Et comme la belle-mère revient de sa visite, elle utilise cette excuse. Elle aurait eu largement le temps de lui répondre, pourtant ...

De nouveau, Robyn arbore un sourire qui ne sonne pas trop faux, du moins l'espère-t-elle. Elle garde le silence, de toute façon sa belle-mère comble bien assez les silences comme ça. Elle donne son avis sur tout. La concernant, c'est plutôt positif. Mais à propos d'Aaron, il en est tout autre ... En tout cas, elle n'a pas tout à fait tort, son bureau semble froid et impersonnel. Mais n'est-ce pas là le reflet même de sa personnalité ? Enfin, ce n'est pas une raison pour que sa mère le descende comme ça devant sa femme ... Et encore moins qu'elle fasse allusion à des exs, parce que Robyn n'est pas dupe : elle a deviné. De toute façon, c'est le sujet phare de sa journée, et qui risque de la hanter pour un bout de temps encore.

« Ne vous en faites pas, je ne suis pas à plaindre. » Ah oui ? Elle n'y croit pas une seconde, pourtant. Et elle se demande si ça ne se ressent pas à mille kilomètres à la ronde. Tant pis, elle n'est pas capable de faire plus convaincant.
Sa pâleur est avancée, et Robyn comprend qu'elle doit se montrer un brin plus enjouée si elle veut que ce séjour se passe bien. Mais c'est compliqué, très compliqué, compte tenu de ce qu'elle a trouvé dans le bureau d'Aaron. Lequel ne doit rien comprendre. « Oh non pas du tout, tout va bien. Je suis juste un peu fatiguée, on est justement en train d'entamer des travaux en fait. Le bureau froid et impersonnel d'Aaron ne sera bientôt plus. » Le moment, peut-être idéal, d'évoquer à demi-mots ses trouvailles ? Ouais, elle ne va pas pouvoir s'en empêcher. « Peut-être qu'il faudrait même tout raser de son bureau en fait ... Y'a rien de récupérable là-dedans, pas même dans ses tiroirs. » Un petit rire froid et ironique lui échappe. Là, c'est assez clair ? Elle ne regarde pas dans sa direction en tout cas. Elle utilisera le prétexte de vouloir faire bonne impression devant sa belle-mère. « Hum, il travaille tellement qu'il en a oublié votre verre d'eau. » Habile et soudain saisie d'un regain de confiance en elle, elle se glisse dans la cuisine où elle récupère un verre qu'elle remplit d'eau avant d'y glisser quelques glaçons. Elle le tend ensuite à sa belle-mère, un sourire aux lèvres.

Allez, ce n'est l'affaire que de quelques heures, elle peut le faire. Et continuer comme ça avec un peu de chance.
Made by Neon Demon


··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·

en présence très réduite jusqu'au 9 août
You don't own me, I'm not just one of your many toys. You don't own me, don't say I can't go with other boys, don't tell me what to do and don't tell me what to say. Please, when I go out with you, don't put me on display.

You don't own me, don't try to change me in any way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
love on brain
▲ en ville depuis le : : 06/05/2017
▲ mes mots d'amour : : 119
▲ mon sosie : : Dan Stevens
▲ deuxième compte : : Je galère déjà avec un seul, alors deux !
▲ copyright : : Tumblr
▲ âge : : 32 ans
▲ mon adresse : : Church Street - Greeneville
▲ ce que je fais dans la vie : : Directeur Financier
▲ oooh needed me : : ROBYN
CAROL & ROBYN
CAROL
NOAH
ALICE
CHANGER

MessageSujet: Re: Your heart is as cold as the ground (ft. Aaron) Mer 14 Juin - 16:28



Your heart is as cold as the groundRobyn & Aaron Si seulement mon cellulaire pouvait retentir. Mais non il a bien choisi son moment pour demeurer silencieux. J’aimerai pouvoir m’échapper d’ici. Entre Robyn qui semble distante et une mère affreusement envahissante, qui se permet de commenter tout et n’importe quoi… Je suis à deux doigts d’imploser. Bien évidemment que Robyn n’est pas une femme à plaindre, loin de là. Elle a tout ce qu’elle désire… Une maison, une situation économique stable, un travail qui lui plaît… Que demande-t-elle de plus ? Un époux bienveillant et sincère dans ses sentiments ? Qui n’envisage qu’une chose, poursuivre sa vie avec elle avec de beaux enfants ? Non. Je ne suis pas ce genre d’homme. Je ne veux pas d’enfants, tout du moins maintenant, et encore moins lorsque ma mère me tape sur le système avec son sourire mielleux.

« Merci Robyn, vous au moins vous prenez soin de moi. »

Une énième pique pour moi. J’espère qu’elle ne compte pas rester dîner sinon je vais glisser un laxatif ou du cyanure dans son assiette.

« Tu vois Aaron que ton bureau est froid et impersonnel ! Vous avez raison Robyn, il faut raser ce bureau du sol au plafond ! Je suppose que celui qui est à ton travail est de même ! De toute manière je ne vois pas pourquoi cela changerait de celui de Londres… »

Londres. Elle parle de cette ville comme si elle ne représentait rien pour moi alors que c’est tout le contraire.

« Tu comptes bientôt y revenir non ? »

Demande-t-elle d’un air narquois. J’ai refusé ma mutation pour pouvoir rester ici, avec Robyn. Mais que croit-elle ? Je sais pertinemment que ma hiérarchie me met la pression pour que j’accepte le poste de Londres, je n’ai pas besoin qu’elle me le rappelle sans cesse.

« C’est du passé… »

Répondais-je froidement aux deux. L’une pour lui faire comprendre que Londres ne demeure plus qu’un chapitre de ma vie. L’autre pour qu’elle comprenne que le divorce n’est pas d’actualité. J’ignore si elle a trouvé les vieilles photographies de mes ex-petites amies, j’imagine que oui. Je ne lui ai jamais révélé qu’elles ne représentaient plus rien pour moi. J’ai choisi de l’épouser elle et non une autre. Certes notre mariage n’est pas des plus conventionnel mais… J’imagine que si c’était à refaire elle ne dirait pas oui le jour J. Au fond elle a raison, je ne suis pas le parfait époux… Je suis froid, distant, lorsqu’elle me propose une activité je refuse en prétextant que j’ai du travail. La vérité… C’est que je suis incapable de m’attacher à elle comme elle le voudrait, il faut toujours que je complique les choses. La vérité c’est que je ne veux pas fonder de famille, enfants, labrador, épouse. Non. Le modèle de la famille nucléaire que j’ai eu par le passé m’a suffisamment fait souffrir pour vouloir le reproduire aujourd’hui. C’est sans doute pour cela que je marque une certaine distance, je ne veux pas qu’elle s’attache à moi, à l’idée de fonder une parfaite petite famille. Je refuse totalement et en suis tout bonnement incapable.

« Ne laisse jamais ton passé définir ta vie. Le passé est juste une leçon non pas une punition. »

Rétorque ma mère. Pour une fois je dois avouer qu’elle a peut-être raison. Alors, à quoi bon continuer à agir ainsi ? La personne qui en paye le prix ce n’est pas moi, c’est Robyn.

« Laissez-moi deviner Robyn. Mon fils ne vous montre pas ou peu qu’il vous aime. Il a des sauts d’humeur, il peut être un ange et un véritable démon le lendemain. Il est froid et distant. Trouve une échappatoire dans son travail et par-dessus tout il a un orgueil et une fierté personnelle démesurés ! »

Le silence nous gagne tous les trois, ou presque. Elle m’énerve, elle m’énerve. Bientôt que va-t-elle dire ou lui apprendre ?

« Il ne faut pas lui en vouloir, c’est sa manière de vous témoigner de son affection pour vous. Je suis persuadée qu’il agit différemment le soir venu, lorsque vous dormez ! Tu sais Aaron ce n’est pas honteux d’aimer quelqu’un ! »

« Mais aimer quelqu’un d’autre oui. »

Je ne lui ai toujours pas pardonné qu’elle ait remplacé mon père par un pervers narcissique. Je ne lui pardonnerai jamais.

« J’ai toujours su que tu étais incapable d’aimer ! »

Et ça commence. Si je réplique, elle aussi et nous n’allons pas en finir. Ce n’est pas le lieu ni le moment de régler nos affaires familiales.

« Moi au moins je reste fidèle. »

Grognais-je en fermant mon propre poing sur lui-même.

« Tu comptes rester longtemps à Greenville ? »

« Non. Je suis juste venue te voir, ton oncle m’attend pour le tournoi familial de poker et black jack ! Tu ne veux pas te joindre à nous ? »

Demande-t-elle d’un ton ironique.

« Certainement pas. »

Je ne suis pas famille, et ne le serais certainement jamais. D’où la raison de mon refus pour le dîner en compagnie de tous les Reyes.

« Je vois que tu ne changes pas sur ce point-là, Aaron. C'est dommage. »

© Justayne

··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·



« Aimer c’est savoir dire je t’aime sans parler. »

« […] et au premier battement de ses paupières, je l’ai connue. C’était elle, l’inattendue et l’attendue […] » 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
love on brain
▲ en ville depuis le : : 27/04/2017
▲ mes mots d'amour : : 564
▲ mon sosie : : Emma Watson.
▲ copyright : : blue walrus, beerus.
▲ âge : : 25 ans.
▲ mon adresse : : church street, greenevile.
▲ ce que je fais dans la vie : : journaliste free-lance, aspirante écrivaine.
▲ oooh needed me : :

MessageSujet: Re: Your heart is as cold as the ground (ft. Aaron) Mer 14 Juin - 23:14

Your heart is as cold as the ground

Aaron & Robyn

La discussion est en train de mal tourner, Robyn le sent bien. Elle ne sait pas si c'est de sa faute - sans doute un peu -, mais elle le regrette instantanément. C'est du passé. Est-ce que ça lui est destiné, ça ? Sans doute, oui. Enfin, en partie. C'est aussi pour sa mère, avec qui Aaron ne semble guère avoir d'atomes crochus. Au milieu de tout ça, Robyn ne sait pas bien où se positionner. Elle a, il est vrai, saisi la première perche qui lui a permis de se venger un peu d'Aaron. Et ça particulièrement, elle le regrette. Ce n'est pas son genre, pas son genre du tout.
Qu'est-elle en train de devenir ?

Tout est détestable dans cette situation, et elle crève d'envie de s'éclipser. Mais elle ne le peut pas. Si Aaron n'est pas famille, elle oui. Et elle n'a surtout pas envie de faire mauvaise impression auprès de cette femme, même si quelque chose lui dit qu'elle a déjà un avis tranché sur elle. Ça a l'air d'être son truc, ça. D'avoir une vision très clivée de tout et de tous.

En tout cas, Robyn a parfaitement conscience que cette discussion est en train de lui échapper. La mère et le fils se renvoient la balle, ou plutôt les piques, et elle est bien incapable d'en placer une. En même temps, elle ne le veut pas. Elle sait que ça ne donnerait rien de bon ... La meilleure chose qu'elle puisse faire, c'est garder le silence. Et ne pas trop se faire remarquer. Moins, en tout cas, que ce qu'elle a fait jusque-là.
Quand le silence se prolonge un peu plus que les fois précédentes, cependant, elle décide de saisir sa chance. « Et si nous allions nous installer dans le jardin ? Il faudra juste apporter de quoi grignoter, et un peu de limonade peut-être ? J'ai de quoi en préparer. » Difficile de désamorcer une situation comme celle-ci. Il ne s'agit pas d'une banale dispute de quelques minutes, c'est quelque chose de tellement plus ancien que ça lui échappe complètement, à Robyn. Elle ne comprend rien à tout ça, et elle n'est pas certaine de vouloir le comprendre. Enfin, si. Avec un peu de chance, ça lui permettrait peut-être d'y voir plus clair dans le comportement d'Aaron. La seule idée qui lui vient en tête, quand elle coule un regard en biais en direction de son mari c'est : ou pas. Elle n'est pas sûre de pouvoir y voir plus clair un jour. Et ça la démoralise au plus haut point.

« Très bonne idée. Je vais déjà m'installer, mes genoux me font mal. » Parfait ! Une fois de plus, elle se retrouve seule avec Aaron. Un brin déstabilisée - elle s'attendait plutôt à avoir à l'accompagner -, elle met quelques secondes avant de réagir.

Là, enfin, elle pivote sur ses talons et entre dans la cuisine. Comme elle est désormais sûre que les pas de sa belle-mère sont assez loin, elle peut se permettre de faire quelques reproches à Aaron. A demi-mots. Toujours. « Essaye de ne pas rebondir sur ses piques pour en lancer toi aussi, s'il te plaît. C'est terriblement gênant pour moi. » Ben oui, elle ne sait pas où se mettre, elle, dans tout ça. Pas sûr qu'Aaron ait envie de lui rendre ce service, cela dit. Faut dire qu'elle ne le regarde même pas en lui disant ça, encore trop de colère qui pourrait resurgir. « Ce n'est l'affaire que de quelques heures, tu dois pouvoir tenir. »
Elle se permet de dire ça parce qu'elle a bientôt finit la préparation du plateau qu'elle va emmener dans le jardin, c'est sûr. Et aussi un peu parce qu'elle est vraiment énervée contre lui. Elle n'a pas oublié. Elle n'oubliera pas de si tôt.
Made by Neon Demon


··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·

en présence très réduite jusqu'au 9 août
You don't own me, I'm not just one of your many toys. You don't own me, don't say I can't go with other boys, don't tell me what to do and don't tell me what to say. Please, when I go out with you, don't put me on display.

You don't own me, don't try to change me in any way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
love on brain
▲ en ville depuis le : : 06/05/2017
▲ mes mots d'amour : : 119
▲ mon sosie : : Dan Stevens
▲ deuxième compte : : Je galère déjà avec un seul, alors deux !
▲ copyright : : Tumblr
▲ âge : : 32 ans
▲ mon adresse : : Church Street - Greeneville
▲ ce que je fais dans la vie : : Directeur Financier
▲ oooh needed me : : ROBYN
CAROL & ROBYN
CAROL
NOAH
ALICE
CHANGER

MessageSujet: Re: Your heart is as cold as the ground (ft. Aaron) Jeu 15 Juin - 0:03



Your heart is as cold as the groundRobyn & Aaron Elle a le don des compliments qui sonnent comme des insultes. C’est fou, mais elle parvient à me mettre hors de moi en un rien de temps. Plus longtemps elle restera ici et plus ma patience sera soumise à rude épreuve. Que va-t-elle encore inventer d’ici la fin de l’après-midi ? Une énième manipulation comme avec Claire ? Non. Je crois qu’actuellement la principale cible de ses attaques c’est moi. En plus de cela je réplique… Cependant la réflexion de Robyn à ce propos a le don de m’agacer. Je suis à deux doigts d’imploser. Pourtant je tente de me contenir en soupirant longuement face à la situation. Alors qu’elle achève la préparation du plateau, mes yeux se portent sur sa silhouette. Elle ne me regarde pas, elle ne me regarde plus. J’imagine que ce qu’elle a trouvé au fond du tiroir a dû la bouleverser, au fonds moi de même si je les avais trouvés. Je pourrai m’expliquer avec elle et essayer d’arranger les choses. Mais j’ai l’impression qu’elle ne me fait pas confiance. Et puis pourquoi y tient-elle tant à ce mariage ? C’est un mariage à vocation professionnelle et non personnelle. Ce n’est pas un mariage d’amour comme toutes les petites filles rêveraient. Loin de là… C’est sans doute pour cette raison que cela ne fonctionne pas entre nous. Le divorce est peut-être la solution ? Hmm… A bien y réfléchir, non. Le divorce est la solution de facilité. Cependant les meilleures relations débutent souvent de manière imprévue. La nôtre est si spéciale…

« Hmm…. »

Répondais-je à sa demande. Je ne suis pas certain de pouvoir me contenir jusqu’à ce qu’elle parte, mais soit, essayons. Lorsque nous arrivons dans le jardin, j’ai encore le droit à une nouvelle réflexion.

« Tu pourrais tondre la pelouse Aaron ! Ah non c’est vrai, tu es trop occupé avec ton travail et ta secrétaire ! Erin c’est cela ? Charmante jeune fille dis moi ! »

Je ne réponds pas à sa nouvelle pique sinon le plateau va voler.

« Je vais chercher le sucre. »

Prétextais-je afin de prendre davantage de distance. Elle m’énerve grandement si bien que je renverse par inadvertance le pot de moutarde.

« Pfff…. »

Soupirais-je en ramassant les morceaux de verre. Sans faire attention, je m’entaille la paume de la main.

« AÏE ! »

Grognais-je en la tenant à l’aide de son homologue. Sans attendre, je file en direction de la salle de bain afin de désinfecter et penser la plaie. Quelques minutes plus tard, je retourne dans la cuisine afin de terminer de nettoyer le lieu du crime. Bien évidemment ma mère n’est jamais loin… Je l’entends d’ici déblatérer à mon sujet.

« Trop sur les nerfs, trop de travail, il va finir par faire un burn-out ! »

C’est elle qui me met sur les nerfs, avec ses réflexions et ses airs médisants. Je suis à deux doigts de lui envoyer le plateau et les petits gâteaux à la figure. Pourtant je parviens encore à me contrôler. Lorsque je reviens dans le jardin, sucrier à la main, je lui adresse un regard noir.

« Alors Robyn… Dites-moi, que faites-vous dans la vie ? Aaron m’a dit que vous étiez journaliste ! Passionnant comme métier non ? »

Miracle. Enfin une conversation normale enfin… Jusqu’à la prochaine pique évidemment. Alors qu’elles entament la conversation, je fais mine d’écouter.

[Quelques heures plus tard]

Étrangement Louise, ma mère, a su tenir sa langue après un début plus que houleux. J’en suis même grandement étonné. Soudainement mon cellulaire retentit. Un large sourire s’éprend de mon visage alors que je m’empresse de m’éloigner afin de répondre. Quelques minutes plus tard, je reviens dans la direction des deux protagonistes.

« Le travail, j’imagine ! Bon cela tombe à pic, car je dois y aller sinon ton oncle va m’attendre ! Robyn, ce fut un plaisir de vous rencontrer. Surtout, continuez à être comme vous êtes. Je suis heureuse d’avoir une belle-fille telle que vous ! Et en cas de problème avec mon fils, n’hésitez surtout pas à m’appeler ! Bon Aaron… J’imagine que tu ne feras pas la bise à ta mère, tu risquerais d’avoir des boutons ! »

« Je vais te déposer à la gare avant d’aller au bureau. J’ai une urgence ! »

Alors qu’elle s’apprête enfin à partir, je suis soulagé. Ou presque. Je sais que la soirée risque aussi d’être mouvementée… Enfin à la condition que je rentre bien évidemment.

« Ne m’attends pas pour dîner et te coucher, je vais certainement rentrer tard ! »

Lançais-je en attrapant mon blazer. Nous claquons la porte de la maison non sans une nouvelle réflexion de la part de ma chère mère.

« Tu devrais être plus affectueux avec Robyn, c’est une gentille fille et elle a l’air de tenir à toi. Et je sais qu’il en est de même pour toi. Tu peux te dissimuler derrière ce caractère de cochon, ton père avait le même ! Alors, fais un effort s’il te plaît. De toute manière tu ne peux rien me cacher, je suis ta mère. Même si on ne s’entend pas à la perfection je sais que tu l’aimes ! Alors tu vas me faire le plaisir de le lui dire ! »

« Ne parle même pas de Papa ! »

Répliquais-je en montant en voiture afin de la conduire à la gare.

[23 h 34 – Maison de Robyn et Aaron]

Les rayons de l’astre de la nuit gagnent le pas de la porte, lorsque je la pousse. J’imagine et espère que Robyn dort. Je n’ai pas envie d’affronter son regard ni ses réflexions.

© Justayne

··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·



« Aimer c’est savoir dire je t’aime sans parler. »

« […] et au premier battement de ses paupières, je l’ai connue. C’était elle, l’inattendue et l’attendue […] » 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
love on brain
▲ en ville depuis le : : 27/04/2017
▲ mes mots d'amour : : 564
▲ mon sosie : : Emma Watson.
▲ copyright : : blue walrus, beerus.
▲ âge : : 25 ans.
▲ mon adresse : : church street, greenevile.
▲ ce que je fais dans la vie : : journaliste free-lance, aspirante écrivaine.
▲ oooh needed me : :

MessageSujet: Re: Your heart is as cold as the ground (ft. Aaron) Jeu 15 Juin - 0:48

Your heart is as cold as the ground

Aaron & Robyn

La tension est à son comble, alors que sa belle-mère disparaît dans le jardin, les laissant de nouveau seuls. Robyn ne peut pas s'en empêcher, elle lui demande de calmer le jeu. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que sa réponse ne la satisfait pas. Mais qu'y peut-elle ? Elle s'est montrée distante avec lui jusque-là, ce n'est pas le moment de lui demander une faveur, aussi minime soit-elle. Elle hausse donc les épaules, l'air de dire qu'elle s'en moque, avant de rejoindre sa belle-mère dans le jardin, le plateau en main.

La suite des événements aurait presque pu être risible. Mais une pointe d'inquiétude saisit la jeune femme, quand Aaron se coupe avec le pot de moutarde qu'il vient de casser. Elle fronce les sourcils en le regardant, essayant de s'assurer qu'il n'y a rien de grave. Mais il s'en va rapidement et elle, elle ne trouve rien de mieux à faire que de rester là, assise à côté de sa belle-mère. Elle n'a surtout pas le courage de s'élancer à sa suite.
Il fait un aller-retour à l'intérieur de la maison, ce qui permet à sa mère de lancer la discussion avec Robyn. Laquelle essaye de faire preuve d'enthousiasme, tout en évitant de trop regarder en direction d'Aaron désormais de retour à leurs côtés.

- quelques heures plus tard -
L'après-midi s'est finalement assez bien déroulée. Il y a eu quelques incidents, son lot de tension aussi. Mais dans l'ensemble, ça s'est mieux passé que ce qu'elle avait pu imaginer et envisager, Robyn. Elle ne sait pas si elle est soulagée ou non de la façon dont ça s'est terminé : Aaron qui devait - comme bien souvent - allait travailler. Et qui n'a pas hésité une seule seconde avant de s'y rendre.
En même temps au vue de la façon dont elle s'est comportée avec lui ...

Bref, aucune importance. La jeune femme a pris une douche, a passé une heure devant la télé, et est désormais installée dans le lit. Elle l'avoue, non sans un brin de honte, elle attend anxieusement le retour d'Aaron. Elle pourrait tout aussi bien dormir ... Ou prétendre dormir, quand la clé dans la serrure lui indique le retour de son mari. Mais non, au lieu de ça, elle reste parfaitement assise, un oreiller dans son dos et un livre entre ses mains. Ses lunettes sur le bout du nez, elle relit la même phrase depuis trois minutes, le temps qu'il faut à Aaron pour se débarrasser de ses affaires puis rejoindre la chambre. Elle ne sait pas s'il avait réalisé jusqu'à maintenant qu'elle ne dormait pas encore, puisqu'elle n'a laissé que sa lampe de chevet allumée. Là, plus aucun doute ne peut subsister.

Elle lève brièvement les yeux dans sa direction, par-dessus le livre qu'elle tient dans ses mains, mais les rebaisse bien vite. Tout ça, c'est trop compliqué. Et elle ne sait pas du tout ce qu'elle veut. Parler avec lui de ce qu'elle a découvert dans son bureau ? Faire comme si de rien était ? Ou bien continuer à lui faire la gueule et à être aussi distante et froide que lui sait le faire ? Ouais, non, elle n'est définitivement pas aussi douée que lui à ce jeu-là. En revanche, elle sait exactement quoi dire. Selon sa réponse, elle avisera pour la suite. « Comment va ta main ? » C'est simple, pas trop intrusif mais pas non plus trop distant. Donc, ouais, elle avisera en fonction de ce qu'il lui répondra.
Made by Neon Demon


··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·

en présence très réduite jusqu'au 9 août
You don't own me, I'm not just one of your many toys. You don't own me, don't say I can't go with other boys, don't tell me what to do and don't tell me what to say. Please, when I go out with you, don't put me on display.

You don't own me, don't try to change me in any way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
love on brain
▲ en ville depuis le : : 06/05/2017
▲ mes mots d'amour : : 119
▲ mon sosie : : Dan Stevens
▲ deuxième compte : : Je galère déjà avec un seul, alors deux !
▲ copyright : : Tumblr
▲ âge : : 32 ans
▲ mon adresse : : Church Street - Greeneville
▲ ce que je fais dans la vie : : Directeur Financier
▲ oooh needed me : : ROBYN
CAROL & ROBYN
CAROL
NOAH
ALICE
CHANGER

MessageSujet: Re: Your heart is as cold as the ground (ft. Aaron) Jeu 15 Juin - 11:34



Your heart is as cold as the groundRobyn & Aaron Je m’y attendais. Elle ne dort toujours pas, volontairement ou non ? Une infime partie de moi-même me murmure que oui tandis que son homologue me susurre le contraire. Lorsque sa voix s’élève pour me demander comment se porte ma main je ne peux pas dissimuler ce petit sourire de satisfaction en m’asseyant près d’elle. Pour le moment je ne dis rien, j’attrape son marque-page que je glisse contre son livre avant de le refermer. J’ai envie de me blottir contre elle, lui dire ô combien je suis désolé qu’elle ait assisté à la piteuse relation entre sa belle-mère et son mari. Cependant ma fierté m’en empêche, je ne suis pas encore prêt à cela… Instinctivement ma main meurtrie glisse contre la sienne.

« Maintenant elle va mieux… »

Ajoutais-je en soupirant de quiétude. J’imagine que ce qu’elle a découvert ne la laisse pas indifférente. Elle pense sans doute que nous allons divorcer d’ici quelque temps. Je la comprends, à sa place j’aurais réagi ainsi, voire pire.
On dit que dans un couple la communication est très importante, nous, nous ne parlons pas ou très peu. Que sait-elle de moi ? De mon passé ? Si ce n’est les quelques questions auxquelles j’ai répondu. Elle ignore tout de moi, à une exception près… Je suis bien avec elle. Certes je ne lui montre pas de la meilleure manière qu’il puisse exister, loin de là même. Je ne suis pas le mari parfait, au caractère facile. Plus les grains de sable de la grande verrerie s’écoulent plus l’homme d’affaires que je demeure s’éprend de moi, au détriment de mes proches. Robyn n’est pas ma secrétaire ni ma collaboratrice. Elle est et demeure mon épouse. J’essaye de faire abstraction de mon côté professionnel lorsque je suis avec elle, cependant cette même sonnerie ne cesse de retentir. Parfois je suis heureux de l’entendre et d’autre fois non…

« Je t’ai promis de ne jamais t’abandonner… Pour le meilleur et pour le pire… Sauf que le meilleur c’est toi, le pire c’est moi… »

Murmurais-je en me rapprochant d’elle. Subitement une furieuse envie de la prendre dans mes bras me gagne, d’accoler mes lippes aux siennes. Je ne cède pas à la tentation, pas tout de suite en tout cas.

« En ce qui concerne ta découverte… Je ne compte pas les utiliser. Je les ai gardés pour m’informer avant notre mariage. Je me disais que si tu n’étais pas heureuse avec moi, là je les utiliserais… Mais je n’avais pas prévu quelque chose d’autre… T’aimer… »

Je ne prononce pas ces trois mots que toutes les femmes désirent entendre, bien au contraire je les tais. Je n’aime pas évoquer mes sentiments, positifs ou négatifs, je n’aime pas m’attacher à quelqu’un ni lui révéler ô combien cette personne compte à mes yeux. Pourquoi ? Aimer quelqu’un c’est prendre le risque de le perdre.
J’ai perdu mon père très jeune, je connais cette douleur et souffrance. Jamais ma mère n’en a eu vent, elle était bien trop occupée à autre chose. Aujourd’hui peu de personnes savent qu’il n’est plus là, Robyn n’y échappe pas.

« Je porte le sourire que tu m’as donné... Le jour où tu m’as dit “oui” Robyn. Pour aucune raison, aucune personne je ne souhaiterai être loin de toi. »

© Justayne

··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·



« Aimer c’est savoir dire je t’aime sans parler. »

« […] et au premier battement de ses paupières, je l’ai connue. C’était elle, l’inattendue et l’attendue […] » 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
love on brain
▲ en ville depuis le : : 27/04/2017
▲ mes mots d'amour : : 564
▲ mon sosie : : Emma Watson.
▲ copyright : : blue walrus, beerus.
▲ âge : : 25 ans.
▲ mon adresse : : church street, greenevile.
▲ ce que je fais dans la vie : : journaliste free-lance, aspirante écrivaine.
▲ oooh needed me : :

MessageSujet: Re: Your heart is as cold as the ground (ft. Aaron) Jeu 15 Juin - 12:13

Your heart is as cold as the ground

Aaron & Robyn

A ce moment précis, Robyn ne sait pas comment se comporter. Alors elle dit la première chose qui lui passe par la tête, et qui lui semble pour le moins approprié. La réponse, elle, se fait attendre. Elle fronce les sourcils alors qu'il s'empare de son livre, dont il marque la page avant de le poser un peu plus loin. L'inquiétude la gagne, mais ce n'est pas prioritaire. Parce qu'elle voit, à l'expression de son visage, qu'elle ne doit pas s'attendre au pire. Une autre dispute n'est pas sur le point de leur tomber dessus. Aaron a l'air plutôt serein.
Il est vrai qu'elle ne le connaît pas très bien, qu'il y a bien des choses qu'elle ne sait pas à son sujet mais ... Mais elle est capable de lire sur son visage, parfois. Pour certaines choses. Là, elle sait qu'il n'est pas en colère. Tout au plus, il est calme. Et ça, c'est déjà pas mal.

Ses lèvres prononcent les quelques mots qu'elle attendait, et elle lui sourit, soulagée. C'est déjà ça : sa main va mieux. Robyn n'a rien oublié de ce qui s'est passé aujourd'hui, de ce qu'elle a découvert ce matin. En revanche, elle est infiniment soulagée de le sentir si proche d'elle, tant physiquement qu'émotionnellement. Parce que, pour eux, c'est un grand pas en avant. Qu'ils soient si proches. Qu'il ne cherche pas à la fuir, et à fuir cette discussion qu'ils pourraient avoir grand besoin de faire venir sur le tapis. La main d'Aaron frôle la sienne et, cette fois, elle ne fait rien pour s'en dégager. Difficile de dire pourquoi. L'envie d'oublier ce qu'elle a découvert ? Ou une forme de tendresse qu'elle ne voit que rarement sur le visage d'Aaron et qui lui semble omniprésent là, pour le coup ? En tout cas, elle est hypnotisée par son regard, par ses yeux bleus qui lui semblent plus proches que jamais.

Elle ne bronche pas, ne bouge pas d'un poil. Hors de question. Elle attend. Parce qu'elle sait que quelque chose va venir. Quelque chose de positif pour le coup.

Il s'est approché, et Robyn ne bronche toujours pas. Non, elle, elle ne lâche pas ses yeux. Et elle essaye de maîtriser les battements de son cœur, qui menace d'exploser à tout moment. Il est proche, et les mots s'échappent d'entre ses lèvres, enveloppent Robyn dans une atmosphère des plus agréables. Il sait. Il vient d'évoquer ses découvertes, sans doute a-t-il tout compris depuis le début. Il a deviné et maintenant il la rassure, sans même qu'elle ait eu besoin de lui poser de questions à ce propos.

En soit, cette découverte est déjà un grand pas en avant. Et, pour Robyn, une occasion comme une autre de s'évanouir si elle n'y prend pas garde. Mais la fin de son petit monologue l'achève pour de bon. T'aimer. Son cœur fait un triple salto, avant de se mettre à battre à vive allure. Ses doigts, inconsciemment, exercent une pression plus forte sur ceux d'Aaron. Et sa gorge se noue, pas du mauvais côté et de la peur de le perdre. C'est autre chose. Quelque chose qu'elle n'avait jamais ressenti jusqu'à aujourd'hui et qui déferle sur elle brusquement. Elle ne peut tout bonnement plus le lâcher du regard. Et elle se sent incapable de dire quoi que ce soit. Tant et si bien que le silence finit par s'installer entre eux.
Un silence plutôt agréable.

Finalement, un grognement lui échappe et elle se penche légèrement en avant pour s'emparer de ses lèvres. Leur baiser est court, mais furieux. Il témoigne de la frustration qui est la sienne depuis quelques jours, depuis quelques mois même. Pourquoi ne peuvent-ils pas être un couple normal pour de bon, bon sang ?
Rapidement, elle s'écarte de lui. Son visage est toujours prêt du sien, et l'une de ses mains tient toujours l'une des siennes, mais elle peut désormais plonger ses yeux dans les siens. « Viens… »

Habilement, elle se dégage des couvertures, et sort du lit. Elle fait un peu pression sur le bras d'Aaron pour l'embarquer à sa suite ... Jusqu'à son bureau, à lui. Là, sur le seuil de la porte, elle l'abandonne et va fouiller dans le tiroir du meuble. Ignorant sciemment les photos - et non sans un pincement au cœur en posant les yeux dessus -, elle récupère les papiers du divorce et les lui amène. Elle les lui tend, à vrai dire, un petit sourire aux coins des lèvres. « Et si on allait ... Les brûler ? Je ne peux pas vivre avec cette espèce de ... D'épée de Damoclès au-dessus de la tête. J'ai besoin .. Qu'on s'en débarrasse. Qu'on avance. » Et elle se mord la lèvre, un peu gênée. Il ne le prendra pas mal, hein ? Difficile de savoir, avec lui, parfois ...
Made by Neon Demon


··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·

en présence très réduite jusqu'au 9 août
You don't own me, I'm not just one of your many toys. You don't own me, don't say I can't go with other boys, don't tell me what to do and don't tell me what to say. Please, when I go out with you, don't put me on display.

You don't own me, don't try to change me in any way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
love on brain
▲ en ville depuis le : : 06/05/2017
▲ mes mots d'amour : : 119
▲ mon sosie : : Dan Stevens
▲ deuxième compte : : Je galère déjà avec un seul, alors deux !
▲ copyright : : Tumblr
▲ âge : : 32 ans
▲ mon adresse : : Church Street - Greeneville
▲ ce que je fais dans la vie : : Directeur Financier
▲ oooh needed me : : ROBYN
CAROL & ROBYN
CAROL
NOAH
ALICE
CHANGER

MessageSujet: Re: Your heart is as cold as the ground (ft. Aaron) Jeu 15 Juin - 18:48



Your heart is as cold as the groundRobyn & Aaron J’écoute avec attention chacun de ses mots. Le baiser qu’elle me vole demeure si court et intense…

Sa bouche est venue
Se pose sur la mienne.
Je suis devenu aveugle,
Sourd, muet.
Né pour cette seconde-là. 

Elle échappe habilement à mon regard, m’entraîne en direction de mon bureau. Lorsqu’elle me tend les papiers du divorce en me proposant de les brûler, pour elle, pour nous, j’acquiesce d’un bref signe de la tête.

« Où sont les allumettes ? »

Demandais-je d’un air taquin avant de rouvrir le tiroir. Je sais exactement comment mon bureau se compose, ce qui repose dans mes tiroirs. Je sais qu’elle a vu les différentes photographies de mes ex-petites amies. S’il n’y en avait qu’une… Aujourd’hui je ne les compte plus. Sans perdre de temps je les sors toutes, les poses sur mon bureau avant de m’adresser à elle.

« Elles avaient toutes le même problème, tu sais… Elles n’étaient pas toi… »

Ajoutais-je en m’approchant de Robyn.

« C’est toi, Madame Callaghan, c’est à toi que j’ai dit “oui”, c’est avec toi que je partage ma vie. C’est avec toi que je veux vivre Robyn, toi et personne d’autre. Mais le plus important… C’est toi que…. J’…. »

Je n’achève pas ma phrase volontairement. Je préfère la laisser en suspens. Sans attendre une réponse de sa part, je l’attrape par la taille. Cette proximité, qui jadis était inexistante, devient de plus en plus commune. Nos lippes s’accolent de nouveau tandis que je tente de lui faire comprendre qu’elles ne représentent plus rien à mes yeux.

« Robyn… Est-ce que tu veux m’épouser ? »

Demandais-je d’un air très sérieux en caressant sa joue d’un revers de pouce. Je suis très sérieux dans ma demande. Cette fois il ne s’agira pas d’un mariage à vocation professionnelle, mais à vocation personnelle. J’aime cette femme, pour tout ce qu’elle est et tout ce qu’elle n’est pas. J’embrasse son front tendrement tout en la laissant s’éprendre de mon buste.

« Tu es une femme exquise Robyn. La plus merveilleuse qu’il m’a été donné de rencontrer. Pour rien au monde je ne veux te perdre, encore moins par la faute d’un imbécile qui ne sait pas du tout te dire qu’il est heureux à tes côtés. »

C’est vrai. Chaque matin je la cherche du regard, je ne peux pas m’empêcher de vérifier si elle demeure bien à mes côtés. S’inquiéter c’est utiliser son imagination pour créer quelque chose que je ne veux pas. Et moi je ne veux pas la perdre, jamais.

© Justayne

··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·



« Aimer c’est savoir dire je t’aime sans parler. »

« […] et au premier battement de ses paupières, je l’ai connue. C’était elle, l’inattendue et l’attendue […] » 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
love on brain
▲ en ville depuis le : : 27/04/2017
▲ mes mots d'amour : : 564
▲ mon sosie : : Emma Watson.
▲ copyright : : blue walrus, beerus.
▲ âge : : 25 ans.
▲ mon adresse : : church street, greenevile.
▲ ce que je fais dans la vie : : journaliste free-lance, aspirante écrivaine.
▲ oooh needed me : :

MessageSujet: Re: Your heart is as cold as the ground (ft. Aaron) Ven 16 Juin - 0:06

Your heart is as cold as the ground

Aaron & Robyn

Ces papiers, Robyn veut les voir brûler. C'est sans doute idiot de sa part - et elle se sent idiote en lui faisant cette proposition -, mais elle le fait tout de même. Elle lui demande de les brûler. La réaction d'Aaron ne se fait pas attendre ... Et la satisfait au plus haut point. Un mince sourire étire alors ses lèvres. « Dans la cuisine. » Ils iront après. Pour l'instant, Aaron fouille dans le tiroir et sort les fameuses photos. D'emblée, le sourire de Robyn se fige. En même temps, s'il les met là, c'est sans doute parce qu'il veut la rassurer. Et c'est le cas, c'est ce qu'il fait.

Alors que la phrase d'Aaron reste en suspens, la jeune femme réalise que son souffle à elle est coupée. Depuis qu'il a commencé sa tirade. Et plus encore avec son c'est toi que j'... qui n'est jamais terminé. Il laisse les choses ainsi, et elle ne sait pas si elle est frustrée ou soulagée. Sans doute un peu les deux. Mais surtout soulagée ... Parce qu'il est de toute façon d'ores et déjà auprès d'elle. Il la serre contre lui, il l'embrasse. Aucune difficulté, pour Robyn, à en profiter et à y répondre. Ses propres bras s'enroulent autour de sa nuque, ce qui lui permet d'être un peu plus à sa hauteur sans avoir à lever trop haut la tête.
« Aaron ... » Elle n'est pas capable de dire grand chose de plus. Elle a peut-être moins de difficulté que lui à être proche des autres, mais elle n'en reste pas moins très novice en ce qui concerne les histoires d'amour. Parce que c'est bien ce qui les lie, n'est-ce pas ?

Une fois de plus, elle a le souffle coupé. Cette proposition d'Aaron, elle ne sait pas si c'en est réellement une, ou si elle est lancée dans l'impulsion du moment. En tout cas, la suite la met sur la voie d'une réponse potentielle. « Aaron ... Ne le sommes-nous pas déjà ? Mariés ? » Elle est peut-être idiote, mais elle ne comprend pas le sens de sa proposition. Elle le devine peut-être un peu ... Mais elle veut l'entendre de sa bouche. C'est surtout ça, en fait. Et plutôt que de regarder ailleurs, c'est lui qu'elle regarde. Fixement. Elle veut voir sa réaction. Elle veut lire les mots sur ses lèvres quand il les prononcera. S'il les prononce. « Et ces photos ... Est-ce que je peux savoir pourquoi tu les gardais ? » Loin d'elle l'envie de le braquer, ou de le couper dans son élan ... Mais elle a envie de savoir. Besoin de savoir.
Made by Neon Demon


··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·

en présence très réduite jusqu'au 9 août
You don't own me, I'm not just one of your many toys. You don't own me, don't say I can't go with other boys, don't tell me what to do and don't tell me what to say. Please, when I go out with you, don't put me on display.

You don't own me, don't try to change me in any way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
love on brain
▲ en ville depuis le : : 06/05/2017
▲ mes mots d'amour : : 119
▲ mon sosie : : Dan Stevens
▲ deuxième compte : : Je galère déjà avec un seul, alors deux !
▲ copyright : : Tumblr
▲ âge : : 32 ans
▲ mon adresse : : Church Street - Greeneville
▲ ce que je fais dans la vie : : Directeur Financier
▲ oooh needed me : : ROBYN
CAROL & ROBYN
CAROL
NOAH
ALICE
CHANGER

MessageSujet: Re: Your heart is as cold as the ground (ft. Aaron) Ven 16 Juin - 21:24



Your heart is as cold as the groundRobyn & Aaron Elle murmure mon prénom comme si c’était la première fois que nous nous rencontrions. L’écho de son timbre de voix mêlé à la proximité qui nous commence à nous caractériser accentue ce sentiment intimiste. Ses lèvres cherchent les miennes tandis que ses doigts manucurés parcourent ma nuque charnue.

« Je veux t’épouser parce que nous en avons tous les deux envies Robyn. »

Répondais-je avant de l’embrasser furtivement. Lorsqu’elle me pose une seconde question, je fronce les sourcils. Que cherche-t-elle à savoir, à connaître ? Je l’ignore, mais je lui fais suffisamment confiance pour savoir que son but n’est pas de me piéger, mais de comprendre.

« Ce sont des souvenirs auxquels je suis attaché… Enfin, elles ne comptent plus à mes yeux. Mais si je ne les avais pas connus, peut-être que nous ne serions pas connus… »

J’ignore si elle comprend le sens de ma phrase, mais je ne veux pas qu’elle croie qu’elles comptent autant qu’elle. C’est faux. À mes yeux je ne vois qu’elle. Pourquoi ? Parce que j’ai vu en elle ce que je cherchais en moi. Nous nous complétons, certes pas comme tous ces couples lambda, mais à notre manière. C’est sans aucun doute cela qui fait notre charme.

« Viens… Nous avons des papiers à brûler ! »

Cette fois c’est à mon tour de l’entraîner dans la cuisine. Elle me suit, papier à la main. Une fois dans la cuisine j’ouvre un tiroir afin d’en extirper une boîte d’allumettes.

« À toi l’honneur ! »

Lançais-je en lui tendant la boîte d’allumettes.

« J’oubliais... »

Sous ses yeux, je déchire en deux les papiers du divorce.

« À vous l’honneur Madame Callaghan ! »

Ce petit clin d’œil taquin je sais qu’elle va le comprendre. Robyn n’est pas une femme comme les autres, loin de là. Elle arrive à déceler certaines de mes émotions. Par exemple lorsque je suis calme et serein ou bien en colère. En société, à présent, il m’arrive souvent de lui prendre la main. Soit parce que je suis à deux doigts d’imploser, soit pour faire comprendre aux autres mâles écervelés qu’elle n’est pas libre ou bien tout simplement pour créer un rapprochement entre nous.

« Tu es libre le week-end prochain ? »

Demandais-je d’un ton innocent.

© Justayne

··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·



« Aimer c’est savoir dire je t’aime sans parler. »

« […] et au premier battement de ses paupières, je l’ai connue. C’était elle, l’inattendue et l’attendue […] » 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
love on brain
▲ en ville depuis le : : 27/04/2017
▲ mes mots d'amour : : 564
▲ mon sosie : : Emma Watson.
▲ copyright : : blue walrus, beerus.
▲ âge : : 25 ans.
▲ mon adresse : : church street, greenevile.
▲ ce que je fais dans la vie : : journaliste free-lance, aspirante écrivaine.
▲ oooh needed me : :

MessageSujet: Re: Your heart is as cold as the ground (ft. Aaron) Sam 17 Juin - 20:26

Your heart is as cold as the ground

Aaron & Robyn

Cette histoire de mariage, elle ne la comprend pas bien. Ce n'est pas une vraie demande, si ? Pour éviter qu'un désaccord -de plus- s'installe entre eux, elle garde le silence. Et enchaîne plutôt sur une autre question. Pas tout à fait neutre, celle-là. Mais elle avait besoin de la poser, c'était primordial. Et oui, pour ça, elle était prête à le vexer, Aaron. Tant pis. De toute façon, la réponse finit par survenir, et elle hoche la tête, l'air de dire qu'elle a compris.
Dans le fond, elle n'en est pas certaine. Sa réponse reste très vague, très générale, très ... Bizarre, en fait. Tout simplement. Elle ne comprend pas tout. Pourquoi garder ces photos si elles ne comptent plus à ses yeux ? Dans un sens, il vaut peut-être mieux qu'elle ne le sache pas. Et elle n'a pas la force d'insister ... Pas ce soir.

Quelques baisers partagés par-ci par là, et Aaron l'entraîne à sa suite pour brûler les papiers. Elle hoche la tête, n'ajoutant rien. Il n'y a rien qu'elle puisse dire là, tout de suite. Enfin, ça viendra. C'est elle qui tient les papiers entre ses mains, et elle le suit jusqu'à la cuisine où il a déjà sorti tout ce dont ils pourraient avoir besoin.

Ils échangent ce qu'ils avaient en leur possession - soit une boîte d'allumettes contre les papiers du divorce -. Robyn est celle qui va allumer la flamme, donc. « Tiens-toi prêt, au cas où l'alarme incendie se déclenche. » Dans le doute, elle prend d'abord la peine d'ouvrir en grand la fenêtre, et de se glisser vers l'évier. C'est là que, finalement, elle lance le feu. Et c'est ce moment-là que choisit son mari pour l'interroger sur le week-end à venir. « Et bien ... Oui, il me semble bien. » Elle hausse un sourcil, ne tournant pas la tête dans sa direction. Elle surveille les papiers, mais elle finit par les lâcher dans l'évier. Là, elle pourra l'éteindre quand il sera temps.
« Pourquoi cette question ? » Cette fois ?, se retient-elle d'ajouter. Avec Aaron, il faut toujours qu'elle se montre patiente ; il lance des trucs et elle doit lui demander avant d'obtenir des éclaircissements. Il va falloir qu'elle s'y fasse, parce que c'est comme ça qu'il semble fonctionner.
Made by Neon Demon


··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·

en présence très réduite jusqu'au 9 août
You don't own me, I'm not just one of your many toys. You don't own me, don't say I can't go with other boys, don't tell me what to do and don't tell me what to say. Please, when I go out with you, don't put me on display.

You don't own me, don't try to change me in any way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
love on brain
▲ en ville depuis le : : 06/05/2017
▲ mes mots d'amour : : 119
▲ mon sosie : : Dan Stevens
▲ deuxième compte : : Je galère déjà avec un seul, alors deux !
▲ copyright : : Tumblr
▲ âge : : 32 ans
▲ mon adresse : : Church Street - Greeneville
▲ ce que je fais dans la vie : : Directeur Financier
▲ oooh needed me : : ROBYN
CAROL & ROBYN
CAROL
NOAH
ALICE
CHANGER

MessageSujet: Re: Your heart is as cold as the ground (ft. Aaron) Sam 17 Juin - 21:26



Your heart is as cold as the groundRobyn & Aaron « Tu penses que je plaisante… Comme s’il était dans ma nature de faire des blagues ! »

Robyn ne répond pas à ma demande en mariage. Je pourrai me vexer et prendre mes distances comme j’en ai l’habitude mais non… Pas cette fois, je ne relève pas son silence que je prends évidemment comme un refus. Je serais froid et distant plus tard. À ce moment même j’hésite à continuer de lui faire part de mon idée.

« Je… Je me disais qu’il serait agréable pour toi, pour nous… De se retrouver autour d’un week-end… Je n’ai pas été présent cette semaine donc… Enfin si tu es d’accord évidemment ! Je pensais qu’on pourrait rattraper le temps perdu ! »

Proposais-je timidement. Les papiers du divorce brûlent. La fumée âcre qui s’en dégage s’échappe par la fenêtre alors que je m’approche de Robyn. J’ignore si elle sera prompte à me suivre durant quelques jours, après tout je ne suis pas le mari idéal. Au fond j’aimerai qu’elle accepte, pour elle, pour nous.

« Si tu ne réponds, je prendrai cette réponse pour un non… »

Glissais-je, non sans une référence à son silence précédent. Je comprends à présent que si c’était à refaire elle ne dirait pas « oui ». Alors pourquoi brûlons-nous les papiers du divorce ? Peut-être que dans quelques semaines ils auraient été au goût du jour, qui sait ? Je hausse les épaules en continuant d’attendre sa réponse. Les flammes finissent de consumer le papier tandis que je referme la fenêtre de la cuisine. Je ne tiens pas à ce que la voisine loufoque nous entende !

« Robyn ? »

L’interrogeais-je de nouveau. Les photographies qu’elle a trouvées ne signifient plus rien à mes yeux, je suis simplement nostalgique de ces années-là. J’étais libre, libre de faire ce que bon me semblait où je voulais. Aujourd’hui je suis enfermé entre quatre murs tous les jours. Je ne peux plus partir ou tout envoyer balader. Loin de là… Je ne peux plus courtiser qui je désire. Je suis pieds et mains liées à une femme exquise. Au fonds j’aurai aimé que cela en soit autrement… J’ai toujours été réticent à l’idée de me fixer stablement avec une femme. Pourtant depuis que je suis avec elle, j’ai l’impression qu’elle efface peu à peu cette peur. C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles je ne veux pas d’enfants, pas maintenant. J’imagine que pour elle, cela représente un objectif de vie… Cependant moi non. Je vois d’abord l’homme d’affaires puis l’époux et enfin le père que je pourrai être.

« Tu peux me dire non lorsque cela ne te plaît pas, tu sais… »

Ajoutais-je en esquissant un pas en arrière. Oui je m’éloigne physiquement d’elle mais je ne veux pas retomber entre ses bras, une nouvelle fois. Je ne veux plus qu’elle exerce un quelconque pouvoir sur moi. Elle n’a qu’à m’appeler pour que j’accoure… La raison de tout ce paroxysme ? J’ai peur de la perdre… C’est paradoxal mais je me plais à croire qu’elle est mieux sans moi. Cette semaine sans moi a dû lui faire le plus grand bien. Grincheux n’était pas là pour grogner… Elle a pu décorer la maison comme bon lui semblait, décoration qui me plaît fortement à ce propos, tout en entretenant sa vie sociale.

© Justayne

··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·



« Aimer c’est savoir dire je t’aime sans parler. »

« […] et au premier battement de ses paupières, je l’ai connue. C’était elle, l’inattendue et l’attendue […] » 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
love on brain
▲ en ville depuis le : : 27/04/2017
▲ mes mots d'amour : : 564
▲ mon sosie : : Emma Watson.
▲ copyright : : blue walrus, beerus.
▲ âge : : 25 ans.
▲ mon adresse : : church street, greenevile.
▲ ce que je fais dans la vie : : journaliste free-lance, aspirante écrivaine.
▲ oooh needed me : :

MessageSujet: Re: Your heart is as cold as the ground (ft. Aaron) Dim 18 Juin - 14:00

Your heart is as cold as the ground

Aaron & Robyn

Sans aucun doute possible, Robyn espère secrètement qu'Aaron ne dira rien sur le fait qu'elle n'a pas répondu à sa proposition pour le moins étrange et venue d'ailleurs. Mais dans le fond, elle se doute que ce ne sera pas aussi simple. Ce n'est pas un refus, mais c'est tout comme. Et Aaron n'est pas homme à essuyer pareille chose aussi facilement. Elle croit avoir "gagné", l'espace de quelques secondes, quand il parle du week-end à venir. Elle ne lui répond pas tout de suite, trop occupée qu'elle est à veiller à ce que les flammes ne se propagent pas trop. A l'inverse, elles sont en train de s'éteindre peu à peu, emportant avec elles les papiers maudits. Evidemment, elle n'est pas dupe et devine que sa dernière phrase a un lien direct avec le fait qu'elle ne lui a pas répondu un peu plus tôt. Mais elle fait mine de rien, au moins au début.
« Ce serait avec plaisir, oui. » Pas très élaborée comme réponse, mais elle se doute qu'autre chose va survenir sous peu. Et, en effet, elle avait raison.

Un soupir lui échappe discrètement. Il vient de fermer la fenêtre et maintenant il s'éloigne d'elle, elle le devine parce que sa voix se fait plus lointaine. Avant de lui répondre pour de bon, elle éteint, à l'aide d'un torchon et pour de bon, les dernières braises. Puis elle se tourne dans sa direction.

Qu'est-elle censée lui dire ? Si elle lui explique le pourquoi de sa non-réponse, il va mal le prendre. Mais elle n'a pas envie, non plus, de se plier à la moindre de ses exigences à chaque fois qu'il les lui fait connaître. « Aaron ... » C'est cette distance entre eux qu'elle ne supporte pas, qu'elle ne veut plus avoir à supporter. Alors elle fait un pas en avant. « Ce n'est pas que ça ne me plaît pas, c'est que ... Je ne suis pas sûre de comprendre. On est déjà marié, non ? Alors à quoi bon changer ça ? Je ne suis pas dans ta tête, je ne peux pas deviner chacune de tes intentions si tu ne les prononces pas à voix haute ... » Et c'est là l'un des points les plus compliqués de leur relation : Aaron ne se confie pas. Pratiquement jamais, tout du moins.

Elle achève de s'approcher de lui, jusqu'à pouvoir enrouler ses bras autour de lui. Elle a un peu peur qu'il la repousse, mais le voir ainsi est inhabituel pour elle. Presque ... Fragile. Hésitant. Timide. Elle pose sa joue sur son torse, espérant ainsi lui couper l'herbe sous le pied et lui éviter, à elle, de se retrouver dans une situation aussi délicate qu'embarrassante.
« Et si on utilisait le voyage que tu m'as offert ? Aller au Canada tous les deux, ça serait bien, non ? » Cette fois, elle ne passe pas par quatre chemins pour lui faire cette proposition : elle y va direct.
Made by Neon Demon


··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·

en présence très réduite jusqu'au 9 août
You don't own me, I'm not just one of your many toys. You don't own me, don't say I can't go with other boys, don't tell me what to do and don't tell me what to say. Please, when I go out with you, don't put me on display.

You don't own me, don't try to change me in any way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
love on brain
▲ en ville depuis le : : 06/05/2017
▲ mes mots d'amour : : 119
▲ mon sosie : : Dan Stevens
▲ deuxième compte : : Je galère déjà avec un seul, alors deux !
▲ copyright : : Tumblr
▲ âge : : 32 ans
▲ mon adresse : : Church Street - Greeneville
▲ ce que je fais dans la vie : : Directeur Financier
▲ oooh needed me : : ROBYN
CAROL & ROBYN
CAROL
NOAH
ALICE
CHANGER

MessageSujet: Re: Your heart is as cold as the ground (ft. Aaron) Dim 18 Juin - 15:33



Your heart is as cold as the groundRobyn & Aaron “Robyn…”

La distance que je nous ai imposée se réduit lorsqu’elle s’approche de moi. Ses petits bras s’amourachent contre mon buste alors qu’elle repose sa tête contre mon torse. L’un contre l’autre, je ne peux rien lui refuser. J’écoute avec attention ce qu’elle me dit et… Robyn a raison. Je ne prononce jamais mes intentions, mais les insinue discrètement. De toute manière je pense que cela ne sert à rien de le clamer haut et fort. La preuve, j’étais sérieux lorsque je lui ai demandé de m’épouser, mais son silence me renforce dans mon idée. Alors je ne relève pas sa phrase et me contente de soupirer.

« Tu as raison, tu es n’es pas dans ma tête. Tu es dans mon cœur… »

Je suis totalement incapable de me comporter comme tous ces maris mielleux, non. Je suis différent d’eux. De par mon passé, mais également par mon présent. Jamais je n’aurai pensé être marié à une femme telle que Robyn. Jamais… Aujourd’hui je me retrouve dans ses bras et elle me propose de voyager, ensemble, au Canada.

« J’accepte à une seule condition… »

J’aime toujours autant garder le suspens à son comble, surtout lorsqu’il s’agit de mon épouse. Pourquoi ? Juste pour pouvoir lire dans ses yeux ce que je cherchais en moi. Ses orbes pétillent d’impatience alors que mes lèvres épousent les siennes.

« … Que je puisse t’embrasser à chaque instant… »

Je finis ma phrase en l’attrapant par la taille afin de la poser contre le plan de travail. Nous nous regardons, nos regards se cherchent tandis que je continue de cerner sa taille.

« Je te laisse tout diriger et orchestrer pour notre voyage, même le contenu de ma valise ! »

Je ne me laisse pas souvent contrôler ni diriger, mais là… Avec elle, je n’ai pas peur. Je n’ai pas peur de lui faire confiance, de la laisser me guider. Non. Bien au contraire. Mais le plus important… Elle m’a appris à aimer et être aimé.

« J’ai confiance en toi… »

Murmurais-je en relevant son visage en direction du mien. Bien évidemment que cette idée de voyage me plaît, peut-être que loin d’ici, des affaires je serais plus calme et à même de parler de moi… Loin de cet environnement stressant et angoissant…

« Promis mon téléphone sera éteint durant tout le voyage. Je ne serais qu’à toi ! »

© Justayne

··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·



« Aimer c’est savoir dire je t’aime sans parler. »

« […] et au premier battement de ses paupières, je l’ai connue. C’était elle, l’inattendue et l’attendue […] » 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
love on brain
▲ en ville depuis le : : 27/04/2017
▲ mes mots d'amour : : 564
▲ mon sosie : : Emma Watson.
▲ copyright : : blue walrus, beerus.
▲ âge : : 25 ans.
▲ mon adresse : : church street, greenevile.
▲ ce que je fais dans la vie : : journaliste free-lance, aspirante écrivaine.
▲ oooh needed me : :

MessageSujet: Re: Your heart is as cold as the ground (ft. Aaron) Lun 19 Juin - 13:08

Your heart is as cold as the ground

Aaron & Robyn

Très souvent, avec Aaron, Robyn a l'impression de marcher sur des oeufs. Avec lui, elle doit souvent prendre ses précautions. Pas tellement parce qu'il est susceptible mais parce qu'elle a la sensation qu'il n'aime tout bonnement pas être contredit. Cela ne l'empêche pas, elle, de lui faire savoir régulièrement sa façon de voir les choses. Elle ne va quand même pas se laisser tout le temps faire sous prétexte de le ménager. Cette fois encore, elle essaye de lui expliquer son point de vue tout en s'assurant de ne pas être brusque. Cela a l'air de fonctionner, puisqu'Aaron lui répond d'une voix douce, sans essayer de s'extraire de son étreinte.

Rapidement, en fait, il l'attrape par la taille et la fait s'asseoir sur le plan de travail. Un sourire étire alors les lèvres de Robyn. Elle aime être si proche de lui. Et elle aime l'idée qu'il accepte sa proposition. « Tu en auras parfaitement le droit. » Comme pour sceller leur accord, elle dépose à son tour un bref baiser sur ses lèvres.

Une fois de plus, il lui laisse gérer toute l'organisation, tout comme il l'avait laissée faire les travaux de la maison - toujours en cours et à peine commencés, d'ailleurs -.
« Génial alors ! Je nous organise tout de A à Z, avec les réservations et tout ça. On peut partir vendredi aux alentours de vingt heures et revenir lundi matin suffisamment tôt pour que tu retournes travailler ? » Si Robyn ne peut pas accepter l'idée qu'il la change dans le but de tout contrôler, l'inverse est également vrai. Son travail est très important pour lui, elle n'a donc aucune envie d'essayer de l'en priver. Ils peuvent concilier tout ça, elle en est sûre.

Leur position s'y prêtant, elle l'étreint de nouveau contre lui, soulagée qu'une fois de plus, tout se termine bien. Visiblement, ils sont faits pour avoir une vie de couple faite de hauts et de bas. Cette fois, c'est dans son cou et qu'elle glisse son visage, et elle en profite pour fermer les yeux et humer son parfum viril. « J'ai hâte d'y être. » Murmure-t-elle comme s'il s'agissait d'un secret. Dans le fond, il doit pourtant déjà le savoir, ça.
Made by Neon Demon


··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·

en présence très réduite jusqu'au 9 août
You don't own me, I'm not just one of your many toys. You don't own me, don't say I can't go with other boys, don't tell me what to do and don't tell me what to say. Please, when I go out with you, don't put me on display.

You don't own me, don't try to change me in any way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
love on brain
▲ en ville depuis le : : 06/05/2017
▲ mes mots d'amour : : 119
▲ mon sosie : : Dan Stevens
▲ deuxième compte : : Je galère déjà avec un seul, alors deux !
▲ copyright : : Tumblr
▲ âge : : 32 ans
▲ mon adresse : : Church Street - Greeneville
▲ ce que je fais dans la vie : : Directeur Financier
▲ oooh needed me : : ROBYN
CAROL & ROBYN
CAROL
NOAH
ALICE
CHANGER

MessageSujet: Re: Your heart is as cold as the ground (ft. Aaron) Jeu 22 Juin - 23:27



Your heart is as cold as the groundRobyn & Aaron « Je peux prendre ma matinée si tu veux… »

Lui proposais-je afin que nous passions le maximum de temps ensemble. Certes cela n’est pas raisonnable, mais si c’est le prix à payer pour être à chaque instant avec elle… Son visage se faufile contre ma nuque. Son souffle chaud et court l’effleure alors que je l’attrape de nouveau par la taille. Quelques minutes plus tard, nous nous retrouvons dans notre chambre, je déboutonne un à un les boutons de son chemisier d’un air innocent.

« Si tu veux la mienne pour dormir… Il va falloir me l’ôter, Madame Callaghan ! »

J’aimerai qu’elle porte mon nom et uniquement. D’un autre côté je comprends qu’elle ne puisse pas totalement abandonner son nom de jeune fille… Si on me demandait de délaisser le mien, ma réponse serait sans appel… Alors je m’attelle à faire tomber le dernier bouton en nacre, je me mords la lèvre inférieure en découvrant la lingerie qui recouvre sa poitrine galbée.

« Vous êtes magnifique… »

Murmurais-je en me rapprochant d’elle. Certes je n’oublie pas son refus silencieux vis-à-vis de ma demande en mariage, mais je ne veux pas lui en reparler de suite. Je préfère la laisser y réfléchir de son côté… Sans la prévenir, nous basculons contre notre lit. Pour une fois c’est elle qui me surplombe tandis que j’arque mon torse afin de lui voler un nouveau baiser.

« Robyn… »

Quelques instants plus tard, elle se glisse sous les draps avant de se blottir contre moi. Dire qu’il y a quelques mois nous nous regardions à peine…
L’étreinte que nous partageons révèle à la perfection la tendresse qui habite Robyn. La manière dont ses yeux caressent mon visage en dit long… J’ai l’impression qu’elle me regarde comme jamais aucune femme ne m’a regardé auparavant.

« Bonne nuit mon Cœur… »

L’appeler ainsi deviendrait presque une habitude. Une habitude plutôt agréable d’ailleurs… Alors que Morphée la gagne, je dépose un nouveau baiser contre son front tout en caressant son épaule dénudée.

© Justayne

··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·



« Aimer c’est savoir dire je t’aime sans parler. »

« […] et au premier battement de ses paupières, je l’ai connue. C’était elle, l’inattendue et l’attendue […] » 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Your heart is as cold as the ground (ft. Aaron)

Revenir en haut Aller en bas

Your heart is as cold as the ground (ft. Aaron)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» ▿ you've got a fire inside but your heart's so cold.
» junarlie ★ that heart is so cold
» you've got a fire inside but you heart's so cold (alba)
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Cause your love got the best of me
 :: Church street :: Habitations
-