AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

I'm not a good husband but i'm a good friend...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
love on brain
▲ en ville depuis le : : 06/05/2017
▲ mes mots d'amour : : 145
▲ mon sosie : : Dan Stevens
▲ deuxième compte : : Je galère déjà avec un seul, alors deux !
▲ copyright : : Schizophrenic
▲ âge : : 32 ans
▲ mon adresse : : Church Street - Greeneville
▲ ce que je fais dans la vie : : Directeur Financier
▲ oooh needed me : : ROBYN (en attente)
NOAH (à terminer)
ALICE (en attente)
SIENNA (en attente)

MessageSujet: I'm not a good husband but i'm a good friend... Ven 11 Aoû - 19:03



I'm not a good husband but i'm a good friend... Sienna & Aaron Je n’ai pas le caractère facile. Je suis, sans aucun doute, l’un des hommes les plus intrigants de tout Greenville. Peu de personnes me connaissent réellement. Mon épouse à découvert, il y a peu, les raisonne de ma présence. Notre voisine loufoque me connaît à peine et tant mieux. Non. La seule femme qui me connaisse un peu plus que les autres c’est mon amie Sienna. Ne croyez surtout pas que je lui raconte ma vie, bien au contraire. Généralement c’est elle qui doit me poser des questions, pour que j’y réponde ou pas. Parler de moi n’est véritablement loin d’être simple pour moi. Sans doute parce que je n’aime pas parler de moi ni de ce que je ressens. Cette distance et froideur que je m’impose face aux personnes que j’apprécie demeure l’un des facteurs récurrents de nos disputes de couple. Pourtant elle doit être l’une des seules personnes de Greenville à en connaître davantage sur mon passé. Même Robyn n’en connait pas, encore, tout autant. Peut-être qu’un jour je lui en parlerai… C’est vrai qu’avec elle je suis plus distant, je ne me confie pas facilement, même lorsqu’elle m’esquisse son petit sourire enjôleur.

Pourtant je parais sensiblement moins froid et distant avec mon amie Sienna. Peut-être que ce que nous avons vécu, conjointement, nous a rapproché sans que l’un ou l’autre nous le voulions. Je me souviens de ce soir où elle s’est confié à moi. Je venais de perdre mon père et elle son frère... J’ai appris eut vent qu’elle venait passer quelques temps à Greenville, pour les affaires sans doute ? J’ignore sa réaction lorsque je passerai le pas de sa porte, mais je meurs d’envie de la revoir. Pourquoi ? Elle représente cette part de moi que j’ai laissé en arrivant à Greenville. Elle est cette parcelle d’Angleterre au beau milieu des comtés américaines.

En me présentant à l’accueil de l’immeuble de son travail plusieurs regards se pose sur ma personne. Je suis aussi connu sur le loup blanc suite au contrat que nous avons conclu la semaine dernière. En poussant la porte de son bureau, je soupire d’aise. Beaucoup de chose ont changé depuis notre dernière rencontre. Je suis marié, d’une manière non conventionnelle certes mais marié tout de même, je suis Directeur Financier, les relations que j’entretiens avec ma mère se sont davantage dégradés… Et elle… Qu’en est-elle ? A-t-elle quelqu’un ? Mariée ? Divorcée ? Maman ? Ou bien demeure-t-elle cette femme indépendante et manique du contrôle ?

« Mademoiselle Collins ? »

Lui lançais-je tandis qu’elle relevait le visage dans ma direction. Instinctivement je souris lorsque nos regards se croisent. Elle me rappelle tant de chose… Tant de bêtise, fou rire, larme… Mais également ces baisers volés, ces nuits si courtes…

« J’aurai peut-être dû prendre rendez-vous ! »

J’aime toujours autant la taquiner. Je referme la porte de son bureau avant de m’approcher d’elle l’air défieux.

« C’est comme cela que l’on salue un ami en Angleterre, à présent ? »

Je n’ai pas oublié toutes mes années londoniennes, loin de là même… Aujourd’hui j’ai besoin de parler, depuis mon accident de voiture beaucoup de souvenirs douloureux sont remontés. Je ne veux pas en parler à Robyn tout de suite, je refuse de lui montrer mes faiblesses. Avec Sienna je ne risque plus rien car elle les connaît déjà, sauf si elle les a oubliés évidemment.

« Comment vas-tu ? »

Cette bouffée d’air frais loin du bureau me permet de me concentrer de nouveau tout en faisant le vide des personnes qui m’entourent ou bien des piaillements incessants des secrétaires. Alors que j’arrive à la hauteur d’une silhouette familière je lui tends une poignée professionnelle. Oui Sienna et moi avons toujours apprécié cette alternance de relation professionnelle et personnelle. C’est l’une des choses qui caractérise le mieux notre relation je crois.

© Justayne

··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·



« Aimer c’est savoir dire je t’aime sans parler. »

« Elle avait un vrai talent pour le silence, on pouvait se taire avec elle sans jamais sentir qu’on n’avait rien à se dire. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
want to have fun
▲ en ville depuis le : : 03/08/2017
▲ mes mots d'amour : : 18
▲ mon sosie : : Lyndsy Fonseca
▲ copyright : : avatar : lydie
▲ âge : : 30 ans
▲ mon adresse : : Greeneville.
▲ ce que je fais dans la vie : : Je suis commerciale pour une industrie pharmaceutique qui exporte ses produits à travers le monde.

MessageSujet: Re: I'm not a good husband but i'm a good friend... Lun 14 Aoû - 0:06

I'm not a good husband but I'm a good friend
Siaaron

Petit à petit, je m'habitue à ma vie à Greeneville. Je prends mes marques, essaie de mémoriser les adresses des restaurants dans lequel m'emmènent parfois des clients ainsi que le nom de ceux que je rencontre. Ce n'est pas une chose facile, d'apparence mais ça l'est devenu pour moi. Il faut dire que je ne reste jamais longtemps au même endroit et qu'au-delà du fait de vendre des produits aux pharmacies et aux hôpitaux, mon métier consiste aussi à bouger et à rencontrer des individus tous plus différents les uns que les autres. Perdre mes repères pour en trouver de nouveau fait donc partie de ma vie, même si je suis toujours heureuse lorsque je prends des vacances et que je les passe en Angleterre. Là-bas, c'est la maison. Et un bout de la maison se trouve justement ici, à Greeneville, sous les traits d'Aaron. Je sais qu'il vit dans le coin, d'après les dernières nouvelles. Sauf que celles-ci ne datent pas d'hier et que je ne suis pas certaine qu'elles soient toujours d'actualité. Peut-être a-t-il déménagé. Je n'ai pas encore eu le temps de mener mon enquête, ni même de le contacter. Le boulot et mon emménagement m'ont pris bien plus de temps que ce que je croyais.

Je suis loin de me douter que je vais le revoir lorsque je passe la porte de l'immeuble où je bosse, ce matin-là. Sans m'en soucier, je passe par l'accueil, salue l'hôtesse et fonce ensuite me prendre un café dans la salle commune aux employés avant de remonter dans mon bureau. Pas de route à faire aujourd'hui, juste des bilans à rédiger et une stratégie à mettre en place avant d'aller rendre visite à un hôpital voisin demain. Le programme est chargé mais j'ai l'habitude et je me mets au travail, alternant doigts sur le clavier de mon ordinateur et doigts autour de mon gobelet de café en carton. Je suis toujours en train de bosser lorsque j'entends quelqu'un toquer à la porte puis entrer sans attendre la permission. Déjà prête à faire savoir à l'intrus à quel point c'est impoli de sa part, je suis coupée dans mon élan lorsque je découvre le visage d'Aaron. Nos regards se croisent. Il sourit. Moi aussi.

« J'aurais peut-être dû prendre rendez-vous !
C'est vrai, t'aurais dû, y a que les VIP qui peuvent venir à l'improviste. », je réponds, adoptant cet air taquin qui nous caractérise tant.

Je me lève finalement, poussant un peu mon ordinateur, signifiant ainsi que je peux aisément prendre du temps pour lui et que les affaires peuvent attendre un peu. Un sourire espiègle et un haussement d'épaules répondent à sa réflexion sur les salutations en Angleterre. Dieu que ce pays et la vie que j'avais là-bas me manquent. Je ne sais pas s'il en est de même pour Aaron, lui qui a quitté le bercail depuis un moment. En y songeant, je me dis que je ne suis pas contre l'idée qu'on y retourne tous les deux, un de ces quatre. Peut-être pour les prochaines vacances ? Ça, ce serait une idée. La gardant dans un coin de mon esprit, je contourne mon bureau, me place devant ce dernier tandis que le trentenaire vient à ma rencontre.

« Comment vas-tu ?
Je vais bien, je réponds avec le sourire, heureuse de le revoir. Et toi ? »

Il s'avance, me tend cette main qui se veut professionnelle. Je baisse les yeux vers celle-ci un bref instant, me remémorant ce jeu à mi-chemin entre le personnel et le professionnel que nous avions installé. Mais aujourd'hui, je me laisse un peu aller. Après tout, ce n'est pas tous les jours qu'on retrouve une personne chère à notre cœur. Alors, lorsque je serre sa main, j'en profite pour le tirer vers ma personne et le serre dans mes bras avant de le relâcher et de lever les yeux vers lui.

« Je suis contente de te revoir. C'est ici que t'es venu t'installer, alors ? Si ça se trouve, tu vis à côté de chez moi et je ne le savais même pas ! »

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
love on brain
▲ en ville depuis le : : 06/05/2017
▲ mes mots d'amour : : 145
▲ mon sosie : : Dan Stevens
▲ deuxième compte : : Je galère déjà avec un seul, alors deux !
▲ copyright : : Schizophrenic
▲ âge : : 32 ans
▲ mon adresse : : Church Street - Greeneville
▲ ce que je fais dans la vie : : Directeur Financier
▲ oooh needed me : : ROBYN (en attente)
NOAH (à terminer)
ALICE (en attente)
SIENNA (en attente)

MessageSujet: Re: I'm not a good husband but i'm a good friend... Lun 14 Aoû - 11:22



I'm not a good husband but i'm a good friend... Sienna & Aaron Retrouver une personne chère à mon cœur ? Une personne qui me rappelle ma vie passée ? Une personne pour qui j’éprouve une grande affection ? Malheureusement ce n’est pas tous les jours que cela arrive. J’ai beau être débordé par le travail actuellement je suis heureux d’avoir pu m’échapper du bureau afin de retrouver Sienna. Elle n’a pas changé, ou presque. Toujours ce petit sourire en coin, cet air faussement professionnel lorsque nous nous rencontrons… Je vais finir par croire que le temps ne l’atteint pas autant que moi. Il est vrai que mon mauvais caractère et ma barbe naissante n’arrangent rien…

« Tu me donneras ton secret pour être encore plus radieuse malgré les années ! En somme je pourrais te comparer à une bonne bouteille de vin rouge. Plus tu vieillis, plus tu gagnes en valeur ! »

Je me rappelle que nous avons toujours été de bons amis en ce qui concerne la gastronomie. Durant l’un de nos séjours en France nous avions tenu à goûter chaque mets et dessert. Si ma mémoire s’avère exacte, Sienna avait réussi à embrasser un certain Florentin Beaufort… Lui et son petit accent franglais, et elle avec ses mimiques anglaises : deux comiques.

« Si ça se trouve, c’est toi qui m’espionnes chaque soir dans mon lit ! Je me disais bien que ma voisine avait subitement rajeuni ! »

Le rapprochement qu’elle insinue entre nous me dérobe un petit sourire taquin. Elle veut jouer ? Parfait, mais qu’elle ne vient pas se plaindre. L’espace d’un instant, je retrouve ses bras, son parfum ainsi qu’un panel de souvenirs anglais. C’est dingue ô combien le simple fait de la retrouver me laisse un sentiment de bien-être absolu.

« Et oui c’est ici que je suis venu m’installer ! Enfin… Je dois renouveler mon visa, il a expiré depuis quelques semaines et je n’ai pas encore eu le temps de m’en occuper. Tu me connais, moi et le travail c’est une histoire d’amour qui ne cesse de durer ! »

Des dix-sept mille personnes qui peuplent Grenville, Sienna est l’unique qui me connaisse autant, pour le moment. Quand je repense à tous nos souvenirs, heureux ou non, ils laissent place à une terrible nostalgie.

L’Angleterre me manque.
Londres me manque.
Ma vie d’antan me manque.
Si je le pouvais, je retournerais y vivre sans hésiter.

Promptement mes orbes balayent sa silhouette, puis son annulaire gauche. Ainsi donc elle n’est toujours pas mariée ni fiancée ! Intéressant. Nos enveloppes charnelles ne se quittent pas, nous restons relativement proches.

« Je vais bien merci. Mais toi ! Raconte-moi tout ! Je veux tout savoir ! Les amis, amours et ennuis ! Je suis certain que tu as brisé beaucoup de cœur ! Tu en brisais déjà beaucoup à l’époque hein ! »

Lui soufflais-je en l’invitant à s’asseoir sur l’un des canapés qui ornent son bureau. Nous nous retrouvons tels de vieux amis, compagnons de galère… J’ai beau apprécier mon travail je crois qu’il passera au second plan pour le reste de la journée.

© Justayne

··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·



« Aimer c’est savoir dire je t’aime sans parler. »

« Elle avait un vrai talent pour le silence, on pouvait se taire avec elle sans jamais sentir qu’on n’avait rien à se dire. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
want to have fun
▲ en ville depuis le : : 03/08/2017
▲ mes mots d'amour : : 18
▲ mon sosie : : Lyndsy Fonseca
▲ copyright : : avatar : lydie
▲ âge : : 30 ans
▲ mon adresse : : Greeneville.
▲ ce que je fais dans la vie : : Je suis commerciale pour une industrie pharmaceutique qui exporte ses produits à travers le monde.

MessageSujet: Re: I'm not a good husband but i'm a good friend... Lun 14 Aoû - 23:15

I'm not a good husband but I'm a good friend
Siaaron

Un léger rire s'échappe d'entre mes lippes lorsqu'il me sort son premier compliment. Comme une bouteille de bon vin, mh ? Pourquoi pas ! Au moins, il m'a comparé à un met de qualité. Peut-être que j'aurais un peu fait la tête s'il m'avait comparé à autre chose mais là, ça passe et ça m'amuse, même. Et à vrai dire, je pourrais lui retourner le compliment. Aaron vieillit bien. Les années ont passé mais il n'a rien perdu de son charme. Toujours ce regard pétillant, toujours ce petit sourire espiègle. Il n'y a que la barbe qui pourrait physiquement le vieillir mais celle-ci lui va comme un gant.

« C'est que t'es encore bien conservé, toi aussi. », je réponds, l'air de rien.

Ce n'est pas vraiment un compliment, ni une remarque. Ma réponse n'a qu'un seul but : le taquiner. Il n'a sans doute pas besoin de moi pour savoir qu'il est séduisant. Il y a sans doute quelqu'un dans sa vie, pour le lui dire. Une petite-amie, une femme peut-être ? A trente-deux, c'est plus que probable. Quoi que... Je vais moi-même sur mes trente-et-un ans et aucune alliance n'orne mon annulaire. C'est mon travail, mon compagnon. Une carrière qui ne cesse de grandir. Comme la sienne, je suppose. La question me brûle les lèvres, je veux savoir où il en est dans sa vie, je veux savoir ce que j'ai pu louper. Cela fait un moment que nous ne nous sommes pas vus, cela pourrait prendre des heures. Mais le travail attendra, pour une fois. Il n'y a bien que pour lui que je pourrais sacrifier des heures de boulot simplement pour bavarder.

« Si ça se trouve, c’est toi qui m’espionnes chaque soir dans mon lit ! Je me disais bien que ma voisine avait subitement rajeuni ! 
- Je plaide coupable, j'aime bien te regarder enlever tes fringues, le soir. »

Bien qu'amusée, je dissimule toutes traces d'humour et lui adresse plutôt un clin d'oeil. Puis mes bras l'entourent, les siens font de même et nous retrouvons l'esquisse de notre vie d'antan, lorsque tout était simple pour les étudiants que nous étions, lorsqu'on jouait au chat et à la souris. Maintenant, nous sommes plutôt deux tigres et lui comme moi en avons conscience. Je m'écarte finalement de son corps, sans m'en éloigner, préférant prendre appui contre mon bureau, juste derrière moi. Je reste ainsi face à lui, ce qui m'offre tout le loisir de le regarder lorsqu'il évoque son travail. Un sourire aux lèvres, sa réflexion me pousse à jeter un coup d'oeil à sa main gauche, à laquelle je découvre une alliance.

« En parlant d'histoire d'amour, Monsieur a visiblement oublié de m'inviter ! », je lance en prenant sa main, l'air faussement offusqué. « Tu vas me raconter tout ça. », j'ordonne alors qu'il fait de même à mon encontre.

Il est visiblement temps de rattraper le passé et de retrouver nos repères. Ensemble, nous prenons place sur l'un des canapés de mon bureau.

« Par quoi je devrais commencer ? Qu'est-ce qui t'intéresse le plus ? »

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
love on brain
▲ en ville depuis le : : 06/05/2017
▲ mes mots d'amour : : 145
▲ mon sosie : : Dan Stevens
▲ deuxième compte : : Je galère déjà avec un seul, alors deux !
▲ copyright : : Schizophrenic
▲ âge : : 32 ans
▲ mon adresse : : Church Street - Greeneville
▲ ce que je fais dans la vie : : Directeur Financier
▲ oooh needed me : : ROBYN (en attente)
NOAH (à terminer)
ALICE (en attente)
SIENNA (en attente)

MessageSujet: Re: I'm not a good husband but i'm a good friend... Mar 15 Aoû - 16:30



I'm not a good husband but i'm a good friend... Sienna & Aaron « Mais tu as toujours aimé me regarder, mais que dis-je m’admirer, lorsque je me déshabille très chère ! »

Un clin d’œil taquin accompagne mes propos. Par le passé nous nous sommes joués de cette limite entre le professionnel et personnel, mais aujourd’hui c’est différent. Nous avons grandi et vieilli simultanément. Pourtant certaines choses ne changent pas : les taquineries, les sous-entendus emplis de souvenirs ou encore ces regards complices. Comme je m’y attendais, le sujet relatif à nos vies amoureuses ne tarde pas à se faire entendre. Si elle savait ô combien mon mariage n’est pas des plus anodins. Preuve en est, je n’ai invité que peu de personne de mon entourage à y assisté. 

« Et oui je suis marié maintenant enfin... C’est compliqué ! »

Nous prenons place l’un à côté de l’autre tandis qu’elle m’interroge du regard. Sienna veut des explications et ne me laissera pas partir tant qu’elle n’en aura pas eu. Même si cela a le don de m’agacer fortement, c’est l’une des seules solutions pour que je daigne en parler.

« C’est... Un mariage arrangé. Son père m’a demandé d’épouser sa fille... Et j’ai fini par accepter... Je ne te cache pas que j’ai longuement hésité avant de donner mon accord. Donc oui aujourd’hui je suis marié, mais viens dîner un soir à la maison, je te la présenterai avec plaisir ! »

J’imagine que ce n’est pas ma réponse à laquelle s’attendait mon amie. Sans doute aurait-elle préféré que je lui conte une histoire plus anodine. Si elle me demande pourquoi j’ai accepté de l’épouser, je lui répondrai simplement « Parce que c’était elle, parce que c’était moi. » Avant même qu’elle ne me pose la question, j’extirpe mon téléphone portable de ma poche afin de lui présenter Robyn. Je n’ai pas besoin de déverrouiller mon cellulaire puisqu’elle demeure mon fond d’écran. 

« Regarde... »

J’attends avec impatience sa réaction. Sienna me connaît par cœur, lorsque je change de fond d’écran au profit de quelqu’un elle sait ce que cela signifie.

« Mais parlons un peu de toi ! Je veux tout savoir. Les amours pour commencer ! Les amis j’imagine que ça va puisque je suis là ! »

Mon petit côté narcissique ne tarde pas à apparaître grâce à cette petite phrase. J’ai toujours apprécié ma personne, mais j’en joue davantage en sa compagnie.

« Les ennuis... Hmm... Le premier qui ose t’embêter, tu sais ce qui risque de se produite hein ! »

Lançais-je en faisant référence à l’un de ses précédents petit-amis.

© Justayne

··∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙···∙·



« Aimer c’est savoir dire je t’aime sans parler. »

« Elle avait un vrai talent pour le silence, on pouvait se taire avec elle sans jamais sentir qu’on n’avait rien à se dire. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I'm not a good husband but i'm a good friend...

Revenir en haut Aller en bas

I'm not a good husband but i'm a good friend...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» You can be a good neighbor only if you have good neighbors. ft Rafael
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» Good Morning England - Demande de partenariat
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» Good morning, Ireland ! (23/01/12 à 10h12)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Cause your love got the best of me
 :: Depot Street
-